AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir du pouvoir » w/ rhys blythe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: « il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir du pouvoir » w/ rhys blythe. Dim 6 Déc 2009 - 17:01


R H Y S & N O B O D Y
la souffrance que j'endure est une broutille à côté du malêtre que tu me procure

Nobody était effrayée par un nombre incalculable de choses. Il y avait tout d'abord les fourmis, ces petites bêtes noires vicieuses qui se faufilent absolument n'importe où et ce sans votre consentement, elles étaient répugnantes et mauvaises, elles étaient le diable en personne pour la blondinette c'est donc pour cela que leur existence toute entière lui donnait envie de vomir. Elle avait également peur du temps. Le passé, le présent & le futur, nous ne sommes jamais à l'abri du danger et ça elle le savait. Elle n'avait pas réussit à se débarrasser de son passé car son présent en était imprégné et que son futur résultait en grande partie des conséquences des deux premiers sur le dernier. Il y avait pleins d'autres choses. Nobody ne supportait pas les UV, la pluie, les Anglais, la danse classique & l'Opéra. La mort. La mort était sans aucun doute la seule chose qui ne l'effrayait pas. Après tout la mort est la raison de notre vie. Chacun d'entre nous ne vit que pour mourir. La mort est le point culminant d'une existence, quelle qu'elle soit. La mort est le véritable point commun du peuple, la mort est concrète et c'est peu-têtre parce qu'elle était sûre que la mort viendrait la frapper un jour que Nobody n'en était pas effrayée.

William Blumm Junior (1957-2001). Nobody n'avait jamais connu cet homme, mais cela ne l'empêcha pas de se poser sur sa triste tombe. Cet homme n'avait eut que quarante quatre ans pour vivre sa vie. Quarante quatre ans pour commettre et réparer ses erreurs, quarante quatre ans pour vivre et quarante quatre ans pour mourir. Sur sa tombe Nobody pouvait lire ─ a notre père, frère & mari. Elle comprit donc que sur sa tombe jamais elle trouvait ce genre d'inscriptions en sa mémoire. Elle entamait bientôt sa vingt-quatrième années et elle n'avait toujours pas d'enfants, ses parents adoptifs n'avaient pas eut la joie d'avoir d'autre enfants qu'elle, elle ne partageait donc aucun lien quelconque avec un frère ou une soeur. Épouse, elle l'avait été, quatre fois déjà, mais visiblement incapable de le rester. Elle pensa alors à Jovan, peut être est-ce le bon, peut être serait-il le cinquième, le dernier et l'unique. Celui qui ferait alors graver sur le marbre de sa tombe ─ a notre mère & épouse. Peut-être lui donnerai-t-il la joie de ne pas mourir seule.

La solitude Nobody la connaissait, elle la connaissait depuis de nombreuses années. Caitlyn avait été la seule à la sortir de ce cercle vicieux qui aujourd'hui faisait d'elle cette personne acariâtre et froide. Caitlyn l'avait sauvée, mais Caitlyn l'avait replongée dans se malêtre, de manière toute à fait innocente la plus jeune des deux participait passivement au malheur de l'autre. C'est donc le cul posé sur la froideur du marbre de la pierre tombale de ce chers William que Nobody déboucha vulgairement une vieille bouteille de Chivas de trente ans d'âge en pensant à cette jeune femme qui lui avait tout apportée avant de tout lui reprendre.

« Tu veux que je te dises mon petit William, t'en a de la chance de te trouver ici. La vie est une chienne mon pote. Elle te donne tout et ne te demande même pas la permission pour te reprendre la moindre petite chose (...) A la tienne l'ami ! »

Sur cette dernière parole la petite blondinette aux apparences angéliques descendit l'une des meilleures bouteilles du siècle, qu'elle venait de trouver à un prix exorbitant quelques heures plus tôt, d'une seule traite. Une fois la gorge vide, ses yeux s'emplirent d'eau pour finir par faire glisser sur l'une de ses joues une larme remplit d'amertume et de souffrances. Elle se laissa tomber, les bras en croix, sur le lit de mort de cet homme qu'elle ne connaissait pas et ses larmes brûlantes vinrent alors rencontrer la glace que représentait le marbre. Elle ferma les yeux tout en songeant à la complexité de la nuit qui s'offrait à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir du pouvoir » w/ rhys blythe. Jeu 10 Déc 2009 - 22:45


Qu'il neige ou qu'il vente, qu'il pleuve ou qu'il tremble, Rhys Blythe passait au cimetière toutes les deux semaines pour venir se recueillir sur la tombe de son père défunt. Parfois il passait devant celle de son grand-père comme pour s'assurer qu'elle n'avait pas bougé mais la plupart du temps, il ne prenait pas la peine de faire ce détour. Il venait dans ce cimetière uniquement pour rendre visite à son père décédé plusieurs mois plus tôt dans un terrible accident de voiture. Accroupi face à la tombe de son père, les mains croisées devant lui, il fixait la pierre tombale de Douglas Blythe en essayant de comprendre, sans grand espoir, ce qui avait réellement pu se passer la nuit de sa mort. Perdre le contrôle d'un véhicule, sans alcool ni consommation illicite dans le sang, il fallait le faire … Rhys n'allait pourtant pas recevoir d'inédites informations de la part du marbre qui lui faisait face, il le savait, mais c'était un réconfort certain de s'y rendre. Il finit pourtant par se redresser, après avoir conclu d'une prière. Son père n'avait pas été une figure de bonté, loin de là, mais son fils espérait sincèrement qu'il ai réussi à trouver la paix à présent. Lorsqu'il eut fini, Rhys s'apprêta à rejoindre sa voiture garée à l'entrée du parking lorsque son attention fut attirée par une silhouette s'agitant. Il n'était pas seul dans le cimetière. Mieux encore, la figure qu'il pensait détecter à quelques mètres seulement de lui lui était familière. Étonnamment familière. Intrigué et légèrement agacé, il faut l'avouer, Rhys se déplaça dans la direction qu'il fixait et, une fois arrivé sur place, plissa les yeux face au spectacle qui se présentait à lui. C'était bien Nobody qui était là. Aussi paradoxal que puisse sonner cette pensée … Rhys s'était toujours dit que les parents de la jeune femme devaient être de sérieux cas sociaux pour avoir imaginé un tel prénom pour leur enfant. Quoiqu'il en soit, il ne tarda pas à remarquer la présence de la bouteille d'alcool qu'elle tenait entre ses mains et Rhys ne put s'empêcher de grimacer. Elle ne devait même pas connaître Blumm puisqu'il était décédé bien avant son arrivée à Ocean Grove. A quoi jouait-elle ? S'approchant d'elle discrètement, Rhys entrouvrit la bouche pour lui ordonner de faire preuve de plus de respect pour le défunt sur lequel elle s'était affalée lorsqu'il remarqua que le visage de Nobody était teinté d'une mélancolie et que des larmes perlaient sur ses joues. Voilà qui était plutôt déstabilisant et délicat comme situation … L'étudiant aurait sans doute pu faire preuve de compassion envers elle, s'agenouiller et lui demander si tout allait bien … Mais il ne le fit pas. Il n'avait jamais été particulièrement à l'aise avec les sentiments et c'était sans doute encore plus difficile avec ceux des autres. Inspirant profondément, comme s'il s'apprêtait à effectuer une tache désagréable, il se pencha vers la jeune femme et d'une main, secoua doucement son épaule pour la sortir de son état de laisser-aller. D'une voix froide et n'osant pas la regarder franchement – comprenant qu'elle serait très probablement gênée de se savoir surprise dans un tel état de vulnérabilité, Rhys prit la parole.

« Il faut que tu bouges, Nobody. J'imagine bien que Blumm est aux anges de te savoir allongée sur lui mais … pense à sa veuve. »

Quel tact, quel savoir faire avec la gente féminine en larmes. Mais ne vous méprenez pas, c'était simplement un signe de son malaise et de son manque d'expérience dans ce genre de situation qu'il essayait de masquer derrière un humour vaseux.
Revenir en haut Aller en bas
 

« il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir du pouvoir » w/ rhys blythe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: St. Patrick's Church & Cimetière-