AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I still remember all of the things you said to me | Parfaite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyDim 18 Oct 2009 - 11:34

Il y avait dans le monde des choses évidentes, et d'autres qui l'étaient moins. Ma relation avec Parfaite était de celles-là. J'avais beau me creuser la tête, essayer de comprendre comment on avait pu en arriver là, surtout de là où on en était parti, je n'y comprenais rien. Je n'étais pas doué pour avoir des relations "normales" avec les autres, mais là ça atteignait des sommets... Tout avait commencé avec une proposition assez indécente, tard dans la nuit, que j'avais poliment refusé, allez savoir pourquoi en plus. Et puis quelques temps plus tard nous nous étions retrouvés par hasard sur le perron de l'église d'OG, où elle m'avait déballé tout ce qu'elle avait sur le coeur après que j'aie cassé le nez du prêtre qui venait de la contrarier. Aucune logique je vous disais, mais la suite n'était pas mieux.

    FLASH BACK

    "Retrouve moi à 19 heures, au parc il faut qu'on soit tranquille. Nous sommes surveillés. Ne fais surtout rien, reste calme."
    Chose plus facile à dire qu'à faire, surtout quand un baiser vient mettre fin à la discussion. Basil la regarde s'éloigner, l'air décidée, et puis tourner le coin de la rue. Les mots résonnent dans sa tête, sans qu'il ne les comprenne. Qui les surveille? Et pour quelle raison? Sont-ils en dangers? En grave danger? Il réfléchit à toute vitesse, essayant de lier les pièces du puzzle entre elles, mais sans succès. Il se lève finalement, allume une nouvelle cigarette quand la lumière du soleil s'assombrit brutalement.
    Jeune homme, il faut qu'on parle.
    Basil lève les yeux vers l'homme qui s'est planté devant lui. Grand, imposant, le genre de type avec qui on ne veut pas avoir d'histoires.
    Désolé, je suis un peu pressé et...
    C'était pas une question. D'où vous connaissez Mlle Garbage?
    Je... de la fac. C'est une amie et on se croise de temps en temps...
    Et vos amis ont l'habitude de vous embrasser en partant?
    Oh ça! Je suis anglais, on a l'air frigide mais ça en fait fondre plus d'une. Si vous voulez bien m'excuser, je suis réellement pressé...
    Et Basil part droit devant lui, sans se demander où il va, car la seule chose qu'il cherche pour le moment est le moyen de mettre fin à cette conversation. Il estime avoir passé pour un idiot, mais si ça peut lui permettre de sauver sa peau ça l'arrange. Mais sauver sa peau de quoi? Car même si Parfaite a encore des choses à lui expliquer, et la raison de l'interrogatoire de ce type en fait partie, Basil sentait qu'il valait mieux ne pas trop s'attarder, un pressentiment comme ça.

    FIN DU FLASH BACK


Et puis certaines vérités avaient été dévoilées, d'autres à peine effleurées, au fil des jours et des rencontres. Il s'en était passé des choses en fin de compte même si je ne le réalisais pas au moment même. Il me fallait un peu de recul pour que je prenne conscience de l'étendu du changement qui avait affecté, et notre relation, et Parfaite. Comment dire... Je n'avais plus constamment l'impression que j'allais m'en prendre une si je disais un mot de travers ou qu'elle allait faire demi tour sans raison apparemment, juste parce que ma compagnie ne lui convenait plus et qu'elle avait vu quelqu'un de plus intéressant à approcher. Ce genre de détails étaient encore présents, mais plus en excès comme je les lui avait connu les premiers temps. Elle était enfin devenu humaine en quelque sorte, même si la comparaison était un peu exagérée.
Et là je l'attendais, arrivé en avance pour une fois, debout près de la mare aux canards auxquels je lançais quelques morceaux de pain apportés pour l'occasion. Avec le début de l'automne il n'y avait plus grand monde dans le parc, juste quelques joggeurs et amoureux dans les allées, et des enfants au terrain de jeu. Les canards n'attiraient désormais plus la foule et c'était aussi bien comme ça, quitte à attendre en leur compagnie je préférais le faire dans le calme. Et les canards sont d'excellente compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyDim 18 Oct 2009 - 20:54

    Il est donc temps, vous allez comprendre ce qui ma poussait à faire ce que de toute manière toutes personnes, ayant une morale et un sens de la vie aurait certainement faite aussi. Ce sentiment étrange que je ressentait a mon égard, cette soudaine puissance que j'avais eu en arrivant à Ocean Groove, j'avais tout perdu, en l'espace d'une demie journée et il m'était pour moi insupportable de faire ce que je ne pouvais plus être.
    Les personnes qui m'entouraient habituellement, je ne pouvais plus les voir, l'envie et le fait que j'ai découvert tellement de chose, m'avait donner envie de couper à ce monde. Ce monde qui avait été pour moi de toute manière, une véritable catastrophe. Oui, je peu le dire maintenant, je ne regrette en rien mes choix et mes actions passées, mais chaque être humain tente d'évoluer, de devenir meilleur, c'était ce que j'essaie de faire, changer de ne plus ressembler à mon ancien moi. Ce jour-ci, ce qui ne remonte pas à très longtemps quand j'y pense, c'était peu de temps après cette horrible soirée organisé par les Blythe, encore une plus grande raison qui m'avait décidé à ne plus fréquenter ce genre d'endroit et les personnes vraiment trop superficiel. Ce que j'étais, ce que je suis peut être encore aujourd'hui ?
    Je me suis regardais dans le miroir ce matin là, comme tout les matins précédent. J'ai respirer longuement devant ma figure qui n'avait plus rien d'heureuse, et j'avais pris le temps d'enfiler mes lunette de soleil avant de m'attacher les cheveux, enfilé un jogging trop large pour moi, certainement à mon frère ? Peut importe, je n'en avait plus rien à faire de ce qu'on pouvait penser de moi ou de ce que je pouvais laisser paraitre. Je voulais simplement être une fille de 21 ans, qui n'est pas obligée de passer pour la pouffiasse de service.

    Depuis le jour ou j'avais vus Basil sur les marches de l'église et le fait qu'il soit là malgré ce que j'avais pu lui faire ou dire à son sujet m'avait montré que la bonté humaine était bien différente dans chacun des gens.

    J'avais pris les petit chemin, je prenais le temps de respirer l'air du quartier sourire à mes voisins que j'avais trop longtemps insulté de « pauvre ». Dans l'histoire il n'y avait vraiment pas de quoi se vanter de cette argent.

    « Mes amis » n'aimaient pas la façon dont je tournais, et le nouvel ami que je m'étais fait. Basil Lane, était vraiment la seule personne hormis mon frère a qui je pouvais faire confiance. C'était le seul qui avait pus me dire non et bien que sur le moment, j'avais été vexé, je peu comprendre aujourd'hui que ce mec et bien différent que beaucoup de jeune garçon vivant dans ce quartier.

    Le fait que mon sourire ne s'affichaient pas sur mon visage, les personnes autours de moi semblaient ne pas me voir, ils continuaient leurs chemins comme si de rien n'était. Le gala m'avait traumatisé, mais il ne fallait pas non plus trop en montré, je devais pensé à ma mission première, je devais le faire jusqu'au bout, heureusement que j'avais un précieux allié avec moi. Dans le parc a quelques mètre de la mare Basil, mon sourire se dessina enfin, depuis le jour l'église, il y avait eu de nombreux autre rencontre avec le jeune Lane.



    Parfaite : Basil !! J'espère que tu n'attends pas depuis trop longtemps.

    C'est ici que j'avais donné rendez vous la première fois au jeune homme et c'est rester notre endroit, l'endroit ou nous venons parler.


    [FLASH-BACK]

    Parfaite : Je t'attendais Lane tu en auras mis du temps !!

    La jeune fille était assise sur un banc, regardant les canard se battre au loin pour des miettes de pain laissées par les passants. Elle était habillé d'une robe blanche, de ses même paires de lunette noir, qui permettait de cacher ces yeux, et de son sourire légèrement dominant au bout des lèvres. L'opposé de ce nouveau jour en somme.

    Parfaite : Je dois te le dire maintenant....


    [FIN FLASH-BACK]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyJeu 22 Oct 2009 - 23:58

Je n'aimais pas spécialement attendre, mais il y avait quelque chose d'assez agréable à le faire pour Parfaite. Je ne dis pas ça dans l'idée que son absence était plus agréable que sa présence à mes côtés, mais tout simplement parce qu'il s'agissait de quelques minutes où je me retrouvais avec moi même, sans avoir à réfléchir à autre chose que moi. Etre avec elle, c'était se donner tout entier, corps et âme. Ne prêter attention à rien d'autre qu'elle. J'avais toujours eu tendance à ne focaliser mon attention que sur une seule chose à la fois, incapable de mener plusieurs conversations, ou de parler en réfléchissant, et elle était du genre à nécessiter toute mon attention, qu'elle en ait conscience ou non. Et puis elle me fascinait, c'était le mot. Elle avait su piquer ma curiosité, et ne jamais la combler totalement. J'aimais connaitre mes amis sur le bout des doigts, mais dès que j'avais l'impression d'entrevoir qui elle était elle me montrait une autre facette et je continuais de lui courir après, jamais satisfait. Ainsi je l'attendais, en ce même endroit où nous nous étions déjà vus plusieurs fois. Je tenais à ce que nous nous retrouvions ici plutôt que sur le petit banc où l'on continuait généralement nos discussions: je n'aimais pas attendre assis, ça me rendait dingue. J'arrivais rarement le premier, mais quand même.
Basil !! J'espère que tu n'attends pas depuis trop longtemps. Et elle était là. Elle avait cessé de m'appeler "Lane", et encore mieux "tête de fouine" sans que j'aie à le lui demander. Elle avait du voir que ça ne me plaisait pas tant que ça. Contrairement à ce qu'elle avait laissé paraitre pendant très longtemps elle savait comment "bien" se comporter avec les autres. Elle n'étais pas la peste manipulatrice et tentatrice que l'on m'avait décrire. Ou ne l'était peut être plus, tout simplement. Certaines personnes n'avaient pas compris pourquoi nous nous voyions. Plusieurs m'avaient même dit que je n'avais rien à faire avec elle, à moins que je ne cherche juste une fille pour de bêtes histoires de jambes en l'air . S'ils savaient, les jaloux...
    Pour une fois que je suis avance, je peux bien faire un effort! Et puis je repensais à des trucs...

A chaque fois que je me trouvais seul je ne pouvais m'empêcher de repenser à plein de choses. Ce que j'allais faire dans les jours à venir, quel genre de note je pourrai écrire pour mon blog, ce à quoi me faisait penser un détail du quotidien... Et puis je m'engouffrais dedans, capable de dérivé sur un rien pendant des heures.
    Tu sais, quand j'étais petit je voulais un chat. On n'avait une petite cour et je m'imaginais jouer avec lui, mais ma mère a pas voulu. A la place elle m'avait offert un caneton. J'ai jamais compris d'où elle avait eu cette idée d'ailleurs, mais c'était sympa!... Enfin je sais pas pourquoi je te raconte ça. Tu vas bien?


    FLASH BACK

    Basil n'a pas d'excuse pour arriver en retard autre que cette désastreuse manie qui est devenue la sienne. Il s'en voudrait presque. S'il n'avais pas passé une partie de son après midi à s'inquiéter, et l'autre à se demander ce qu'elle allait bien pouvoir lui raconter.
    Je t'attendais Lane tu en auras mis du temps !! Je dois te le dire maintenant....
    Il la coupe avant qu'elle ait eu le temps de terminer sa phrase. Près de 5h de réflexion et de torture mentale ça vous ôte toute courtoisie.
    Ecoute-moi s'il te plait. Je sais que je t'ai fait une promesse mais je sais absolument pas dans quoi je me suis en gagé, et je veux le savoir avant que ça aille plus loin. J'ai besoin de le savoir.

    FIN DU FLASH BACK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyVen 23 Oct 2009 - 20:55

J'avais au début voulu prendre Basil, pour faire ce que j'avais à faire parce qu'il avait été la seule présente face à moi. Même si j'éprouvais un certain dégout pour ce qu'il représentait, ce que je devais haïr, ne pas supporter. Mais savez-vous qu'il n'est pas bon de jugez une personne sur une première impression ? Savez-vous qu'une personne peut simplement jouer un rôle, juste pour ce faire aimer des autres. Mais quand on arrive à saturation que ce passe t'il ? Hé bien moi je sais, rien de bon !

Parfaite : « Je vais bien, j'ai pus avoir un entretiens d'embauche dans un bar dans les rues de Miami, j'ai un peu peur. J'ai jamais fait sa !! »


Je rigolais, d'une manière que peut de personne avait vus, je ne moquais, juste que la réflexions me fis sourire.

Parfaite : « Et tu lui avais donné un nom à ton petit caneton ? »

Je n'avais plus de contact avec mes anciennes copine, j'avais été radié de leurs groupes. Au j'avais toujours mon caractère, car on ne change pas du jour au lendemain. Mais je ne jouais plus à faire la blonde superficielle, Basil m'avait appris à ne pas me cacher, ne pas jouer un rôle que je n'avais plus envie. Je ne devais pas baiser les bras, je devais continuer et pas fuir mais j'avais peur de ne pas pouvoir arriver jusqu'aux bouts.

Parfaite : «  J'ai peur Basil, j'ai peur de faire ce que je m'apprête à faire... C'est normal tu crois ? »


[FLASH BACK]


La jeune fille gardait un visage fermé, elle n'avait pas envie de faire quoi que ce soit avec Basil, seulement vouloir expliquer les faits, et lui demander qu'elle l'aide dans ce qu'elle devait accomplir.

Parfaite : « Écoute, tête de fouine, je veux que tu m'aides à faire tomber mon père... Il ne doit pas continuer. »

Elle était déterminer, elle n'avait pas de doute. Il devait arrêter de faire ce qu'il faisait, ne plus abusait des gens. Oui parfaite, avait compris d'ou venait toutes sont argent et elle ne voulait pas en profiter d'avantage. Parfaite allait commencé sa transformation.

[FIN FLASH BACK]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyDim 25 Oct 2009 - 21:37

On ne sait jamais à quoi s'attendre quand on se décide à faire confiance à quelqu'un. On peut être déçu bien sûr, être trompé, manipulé, mais parfois le jeu en vaut la chandelle, pour de bon. Parce qu'il existe certaines personnes sur cette terre qui font plus que simplement vous permettre de passer le temps que vous avez à votre disposition. Elles n'ont rien d'exceptionnel à proprement parler, mais vous émerveillent, vous poussent dans des voies que vous n'auriez pas même supposées. J'en étais arrivé à apprécier le parc alors c'était le lieu d'Ocean Grove que je trouvais le plus inintéressant auparavant, tout ça grâce à Parfaite. Les gens nous changent plus que l'on ne voudrait l'admettre. Par souci d'orgueil on se persuade que si ça nous arrive, c'est par nous même; que nous évoluons en tant qu'êtres dotés de raison. Mais si l'on réfléchit 2 secondes... et j'aimais me dire que j'avais une part dans le changement effectué chez Parfaite. A la manière d'un artiste qui perfectionne son œuvre, qui la couve du regard de peur qu'elle ne perde son éclat à une lumière autre que celle qu'il lui porte. Comment dire... Elle devenait plus légère, plus aérienne dans sa façon de se comporter. Il n'y avait qu'à l'écouter parler. Tout paraissait lui sembler nouveau, et son enthousiasme était contagieux. Elle riait, passant d'un sujet à un autre sans s'appesantir sur aucun. "Et tu lui avais donné un nom à ton petit caneton ?" Bien sûr, comme à chacun de mes jouets. J'avais la manie de tout nommer, et si les animaux du quartier y avaient droit, il n'y avait pas de raison qu'il y échappe.
    Il s'appelait Michelangelo, comme ma Tortue Ninja préférée. Je lui faisais même manger de la pizza mais ça n'avait pas l'air de trop lui plaire...

Et puis, au milieu des rires, sans prévenir, elle était redevenue sérieuse.J'ai peur Basil, j'ai peur de faire ce que je m'apprête à faire... C'est normal tu crois ? Après des années de dépendance financière vis à vis de ses parents, elle prenait enfin son envol, et ça passait par un premier travail. Elle angoissait, comme n'importe qui dans cette situation. Elle était adorable. Mais si elle comptait sur mon expérience pour la réconforter elle tombait très mal.
    Je pense, mais bon j'ai jamais travaillé tu sais... Mais je suis sûr que ça se passera bien. Y'a pas de raison que tu ne leur fasse pas une bonne impression de toute façon! Et puis s'ils t'engagent ils sont certains d'avoir un client supplémentaire!

Je savais que ça la rassurerai un peu, et c'était la seule chose que je pouvais faire pour elle. Pourquoi est-ce que je me sentais toujours impuissant en sa compagnie? Je détestais l'idée de ne pas maîtriser la situation et elle était particulièrement douée pour me le faire penser. Elle n'avait pas perdu ses talents de manipulatrice, ils étaient peut être même moins flagrants désormais, et d'autant plus dangereux.

    FLASH BACK

    Écoute, tête de fouine, je veux que tu m'aide à faire tomber mon père... Il ne doit pas continuer.
    Il l'écoute, sans comprendre où elle veut réellement en venir. L'aider à faire tomber son père? Et après, quoi d'autre? Lui proposer de combattre les super-vilains en sa compagnie, en collant fluo et cape assortie? C'était le genre de rêve qu'il avait à 8-10ans, mais là ça virait au ridicule. Quand elle s'était mise à pleurer sur le parvis il s'était dit que c'était forcément quelque chose de grave, qu'il devait faire quelque chose, mais si elle ne voyait les choses que comme un jeu de plus...
    Bon... T'es mignonne mais j'ai mieux à faire que de t'écouter faire ton intéressante. Te rabaisses pas à ce genre de trucs à l'avenir, ça sert à rien. Surtout avec moi. Allez, salut.
    Il se lève du banc où il l'avait rejointe, la regarde une dernière fois, l'air désolé plus qu'autre chose. Comment a-t-il pu se faire avoir, croire qu'elle avait vraiment quelque chose d'important à lui confesser. Juste à lui. Elle doit avoir une foule d'admirateurs bien mieux placés que lui et qui se damneraient juste pour un sourire. Il ne savait pas à quoi s'attendre de sa part, mais elle vient de le décevoir. A moins que... A quelques mètres d'elle, il repense à un détail. Ce type tout à l'heure, qui l'a interrogé. Si elle a tout inventé, qu'est-ce qu'il vient faire là?... Basil retourne sur ses pas, et se plante devant elle.
    Juste un truc. C'était qui l'armoire à glace qui nous surveillait devant l'église tout à l'heure?

    FIN DU FLASH BACK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyMar 27 Oct 2009 - 22:11

    Je me suis retrouve face à lui, vous savez ce qu'il se passe dans ma vie au moment ou je m'apprête à essayée de changer ma vie de princesse, en une vie certainement de misère. Je ne changerais pas entièrement cependant, il y à des choses que je ne peut n'empêcher d'avoir. Ne vous attendez pas me voir courtoise avec tous, je ne serais tolérer qu'on me prenne pour la gentille fille. Je pense qu'il y a seulement d'autre valeur que l'argent pour justifier l'importance d'une personne. Basil est bien une personne plus agréable, que cette idiote de Victoria blythe ou de l'autre dépressif de Wayhne. D'ailleurs ces deux idiots allaient payés, je n'avais pas oublié ce que je devais faire...
    Basil à dans un sens une certaine emprise sur moi, quelques choses de surprenant, quelques choses que je n'avais pas ressentis, jamais ressentis.

    Parfaite : « Je pense qu'il va falloir que j'essaie diverse tenue, pour pas faire trop... garce ? »

    Je pouvais maintenant être de cette façon avec Basil, il était devenu un ami, un confident une personne sur qui je pouvais me reposer sans pour autant entièrement me dévoiler, je regrette tout le moment de dispute que j'ai pu avoir avec lui. Il est pourtant tellement plus courtois que la plus part des autres garçons que je rencontre, cela ne me surprend pas de lui de toute manière.

    Parfaite : « J'ai pu monter un dossier assez solide, mon frère, me soutiens aussi et il est fière de moi... J'aurais jamais penser pouvoir m'entendre un jour aussi bien avec mon frère jumeau... »


    Le changement, je le voulais, pouvoir comprendre ce que je n'étais pas et ce que j'allais certainement devenir. Il était sur que je ne pouvais plus profiter de cette argent, je ne devais plus en profiter. Mon père, bien qu'il reste mon seul parent ne peut malheureusement plus continuer comme ceci, et je dois avouer que, j'ai honte de tout ce que j'ai pus faire jusqu'à maintenant dans ma vie, enfin pas pour tout...

    • [Flash BACK]


      Fille d'une vingtaine d'année, belle, jalousie était sur son passage, qu'est qu'elle pouvait faire avec un geek ? L'agression n'était pourtant pas la bonne solution si elle voulait de l'aide.

      « Ne prend pas la mouche pour un rien !! Lane !! »

      « C'est le garde du corps que papa, a voulus que je prenne avec moi. Mais je l'ai licencier au moment même ou je suis rentrais chez moi, en lui expliquant qu'il n'avait pas à agresser mon petit ami. »


      Sans pause elle avait enchainé la phrase. Elle avait levé les yeux au ciel en prononçant les mots « petit ami » à croire que Basil n'était certainement pas assez bien pour elle.

      [FIN FLASH BACK]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyMer 28 Oct 2009 - 22:33

Elle papotait et c'était bien agréable, surtout que je l'avais vue dans des états bien pires. La plupart des trucs que je n'aimais pas avoir à faire avec des gens, je les avais fait avec elle. Même pas sous le coup d'une obligation en plus. Non, ça me paraissait normal, la meilleure des choses à faire. J'arrêtais de penser à moi et rien qu'à moi pour me consacrer à quelqu'un qui en avait plus besoin. Y'en a qui devaient être jaloux, mais c'était bien fait pour eux. Et puis tout le monde ne peut pas avoir droit aux mêmes faveurs, c'était comme ça, tant pis pour eux. Je n'avais pas hérité du désir de ma mère de combler tout le monde, allant jusqu'à passer des journées comptant plus d'heures que ce qui devait l'être, courant sans cesse d'une personne à l'autre. Probablement que je l'avait trop vue le faire pour avoir l'envie de m'y mettre aussi, préférant que l'on s'occupe de moi sans que je n'aie à chaque fois à me signaler. Les "hey, je suis là!", très peu pour moi.
Je pense qu'il va falloir que j'essaie diverses tenues, pour pas faire trop... garce ? Je réprimai à peine un sourire. N'importe qu'elle remarque ne serait que trop facile, mais c'était là aussi qu'était le plaisir
    Prévoie du temps libre, ça risque de pas être facile.

Et j'accompagnais ma remarque d'un sourire idiot, montrant à quel point j'avais conscience que ce que j'avais dit était nul. Et c'était aussi pour cela que je me le permettait, parce qu'elle était désormais capable de comprendre que ce n'était qu'une blague. De pas très bon goût, mais blague quand même. Je ne m'amuse pas à faire pleurer une fille deux fois de suite, une seule me suffit.
J'ai pu monter un dossier assez solide, mon frère, me soutiens aussi et il est fier de moi... J'aurais jamais penser pouvoir m'entendre un jour aussi bien avec mon frère jumeau... Et là ça fit "tilt" dans ma tête. Frère jumeau? Elle m'avait parlé de son père tant de fois que j'avais l'impression de le connaitre depuis toujours, aussi bien mentalement que physique, je le connaissais même mieux que mon propre père. Pas dur bien entendu, mais ça me faisait quand même bizarre. Mais là le coup du frère je ne l'avais pas vu venir.
    Frère jumeau...?

En simultanée j'avais une image de Parfaite en mec, et c'était assez bizarre à imaginer. surtout que la vision que j'avais se limitait à remplacer les seins par des muscles, se robe par une tenue plus masculine et à lui rajouter une moustache. Le résultat était assez comique d'ailleurs, et si je m'y étais plus attardé j'aurais sûrement éclaté de rire. Heureusement que la nouvelle ne me laissait pas le temps d'égarer plus loin mon imagination.

    FLASH BACK

    Ne prend pas la mouche pour un rien !! Lane !! C'est le garde du corps que papa, a voulu que je prenne avec moi. Mais je l'ai licencier au moment même ou je suis rentrée chez moi, en lui expliquant qu'il n'avait pas à agresser mon petit ami.
    Debout devant le banc qu'il venait de quitter, il n'en revient pas. Il fait ça pour lui et elle ose l'envoyer promener? Lui parler sur ce ton?! Et lui faire comprendre qu'il n'est pas assez bien pour elle?! Mais qu'elle se trouve quelqu'un de mieux si c'est ce qu'elle pense, il ne pleurera pas pour s'être fait jeté par une hystérique pourrie-gâtée dans son genre. Il s'en portera même mieux!
    Comporte toi un peu moins comme une garce et je réagirai peut être mieux! Tu crois pas que c'est de ton côté qu'il vient, le problème?

    FIN DU FLASH BACK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyJeu 5 Nov 2009 - 23:00

    Les blagues de Basil, n'avait plus le même impact sur moi, elle me faisait sourire. J'avais pas vraiment eu l'habitude de rire à ces blagues de gamin à moitié attardé, maintenant j'y prenais plaisir de les écouter et parfois de rajouter une petite couche dessus.

    Parfaite : « Non ne t'inquiète pas j'ai vus comment s'habiller les « pétasse de mon genre »... Je ne le ferais plus !! »

    Oh oui !! j'avais étais une garce, une parfaite mégère, et malgré mon changement avec Basil, il ne faut pas vous y méprendre mon caractère de petite garce et toujours bien présent, je choisi seulement les gens avec qui je doit me tenir correctement ou non. Basil avait été, est et un garçon pour lequel j'attache une sincère admiration pour son écriture, pour son côté qu'il assume chose que je n'arrivais pas avant.

    Parfaite : « Mon frère jumeau, tu as du le voir pourtant !! il est presque aussi bien foutus que moi... »

    Mon rire sortit de manière tout a fait normal, moi qui n'aimait pas qu'on ce moque de moi, je me trouvais à me moquer de moi même. Puis je repris ce sourire niait, sourire que j'avais prit au fur et a mesure des rendez-vous avec le jeune Lane. Je m'énervais à m'imaginais comme ça devant lui, comme une idiote. Je me levais de mon banc, puis attrapa la main de Basil.

    Parfaite : « Viens Basil on va faire un tour !! »

    Je ne lâchais cependant pas la main du jeune homme, quand nous nous retrouvions dans le petit chemin du parc, au loin un groupe de fille, tous habillé de rose avec des sacs de grande marque.

    « Hey Parfaite !! Tu te cache pour ramener ton nouveau fiancé... LANE !! Tu es tombé bien bas... »

    Je souris à la jeune fille, de ce même sourire qui était mien quand mon caractère de petite garce reprenait le dessus.

    Parfaite : «  Becky !! Dis donc tu as repris le groupe des mal fringués, mal baissé »

    Becky : «  Oui, ta place était vacante donc... Depuis que tu traine avec ce... »

    Parfaite : «  Ferme la idiote !! »

    Becky : «  Regardez moi sa !! elle défend son abrutis de petit copain. »

    Parfaite : «  Nous sommes seulement ami !! et Basil est certainement plus intéressent qu'une bonne de salope de votre genre, qui n'ont fait que me copier tout au long de leurs pathétique vies. A la seule différence que j'ai compris, que nous pouvons changer et évoluer, il suffit de trouver la personne pour cela. »

    Mon regard se posa un instant sur Basil, mes pommette rougis légèrement, le groupe de fille. Fis la même démarche que j'avais eu pendant tellement longtemps. Puis s'enfonça vers ocean Groove nous laissant seul tout les deux.

    Parfaite : «  Excuse moi Basil, ce son des idiotes !! mais ce qui m'attriste encore plus, c'est que j'ai était comme elle. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyVen 6 Nov 2009 - 23:58

J'avoue, j'avais bloqué sur le fait que Parfaite avait un frère jumeau. Pourquoi est-ce que cela me touchait aussi? J'en sais rien. Peut être parce que je m'imaginais en avoir appris assez sur elle ces derniers temps pour ne pas passer à côté d'une révélation de cette envergure... Mais sa réponse me ramena sur terre. Mon frère jumeau, tu as du le voir pourtant !! il est presque aussi bien foutu que moi... J'éclatais de rire. Non vraiment ça ne pouvait pas correspondre à l'image que j'en avais eu alors puisque le résultat tendait plus du clown que du canon de beauté.
    Alors j'ai pas encore eu cette chance, sinon je l'aurai remarqué je pense...

Je regardais suffisamment attentivement les gens quand je marchais pour m'en rendre compte si quelqu'un ressemblait à une personne de ma connaissance. D'ailleurs je repérais toujours les gens de loin, l'avantage d'avoir une bonne vue et l'habitude de tout regarder, tout le temps. Alors le frère jumeau de Parfaite, il n'y avait aucune raison que je le loupe celui-là! Par contre, la suite je ne l'avais pas vue venir. Parfaite qui m'attrapa la main tout en se levant pour m'emmener faire un tour. Sans réfléchir, je la suivis. Elle me souriais, alors je n'avais pas pu résister. J'étais incapable de résister à n'importe qu'elle forme de tentation, ou presque, alors là je n'avais fait qu'une chose, me lever pour lui suivre. On avançait le long du petit chemin du parc, main dans la main. Je réalisais alors que c'était une chose qui me manquait pour ne jamais avoir eu beaucoup d'occasions de le faire. Tenir quelqu'un par la main ne voulait pas dire grand chose, mais ça restait agréable. Comme si l'on avait l'impression d'être lié de manière assurée à quelqu'un. Mais les moments de paradis ne durent jamais bien longtemps c'est bien connu, et les démons qui allaient nous tirer hors du notre n'étaient qu'une bande de filles à papa, pourries jusqu'à la moelle, toutes vêtues de roses pour faire croire à une innocence qu'elles avaient depuis bien longtemps perdu. Je les connaissais de vue, à force de les voir chauffer toute la ville j'en étais bien obligé. Je sentis la main de Parfaite serrer un peu plus la mienne quand la plus garce du lot lui adressa la parole. Et ma chère Mlle Garbage s'en sortait à merveille toute seule. Me lâchant elle reprit ses vieilles habitudes de meneuse de ce genre de groupe, mais en y ajoutant cette petite étincelle nouvelle qui était la sienne. Elle était vraiment fascinante, je ne m'étais pas trompé là dessus. Elle avait un don pour surprendre les gens. Pour me surprendre.
"... suffit de trouver la personne pour cela." Et le quatuor de blondasses de s'éloigner, trop étonnées pour oser dire quoi que ce soit de plus. Mais si elle avait envie de détails croustillants, alors je pourrais leur en servir aussi.
    Au fait Becky, rappelle moi si tu as encore besoin de moi.
    C'est toujours un pur bonheur de donner du plaisir à quelqu'un d'aussi frustré que toi...

Et je lui adressais un clin d'œil. Je n'avais bien évidement jamais couché avec elle, je choisissais quand même des gens mieux que ça, mais ça mettrait le doute dans la cervelle de ses suivantes.
    Et voilà, elle vont avoir de quoi cogiter pendant des mois avec ça...

Tournant la tête de Parfaite je la découvris en train de rougir. Aujourd'hui était véritablement la journée des nouveautés... Excuse moi Basil, ce sont des idiotes !! mais ce qui m'attriste encore plus, c'est que j'ai était comme elles. Elle me laissait sans voix. Sans rire. Pourquoi avait-elle à s'excuser pour ces filles que rien ne pourrait jamais rattraper? Ce n'était pas de sa faute, et pourtant je voyais que ça lui pesait. Comme quoi un groupe de garces peut faire beaucoup plus de mal que ce que l'on pourrait croire. Et pourtant, je m'en foutais. Je me foutais de l'avis de ces gamines persuadées que tout se résumait à la carte bancaire de papa, ou du mari d'ici quelques années, et au nombre de mecs avec qui elles allaient baiser dans la semaine. N'importe qui n'y aurait pas prêté attention, alors moi encore moins. Mais en revanche, c'était les paroles de Parfaite qui m'avaient atteintes.
    T'as pas a t'excuser, tu vaux beaucoup mieux qu'elles maintenant. Et merci d'avoir pris ma défense, j'apprécie que tu te sois pas défilée.

En réalité, je ne réalisais qu'à moitié ce qui venait de se passer. Bien sûr j'y avais assisté, mais comme avec l'impression que tout se déroulait loin de moi. Car tout me paraissait se faire avec une logique déconcertante, comme si les choses allaient d'elle même.
    Tu es devenue quelqu'un de bien tu sais. Je suis fier de toi darling.

Et je lui souris tout en lui reprenant la main. Marcher étant plus agréable comme ça, et puis l'on allait pas rester indéfiniment planté là, au milieu de la route. Qui sait, si les blondasses se décidaient à refaire une apparition...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyLun 9 Nov 2009 - 21:20

Comme je vous les dis, je n'avais complétement perdu mon syndrome de petite peste, j'arrivais cependant à me maitriser et à faire la part des choses, le rapport avec les gens n'était plus les même. Je savais qu'il me resté encore beaucoup de chemin à parcourir, mais je savais que Basil ne me laisserait pas tomber.
Sa dernière phrase me fis sourire, un compliment dans un sens, je me retrouvais devant Basil comme une idiote à lui sourire. Jamais un homme avait eu autant de pouvoir sur moi, ce qui était frustrant et déstabilisant.

Parfaite : «  Merci, mais j'ai un bon professeur sur l'apprentissage de la vie... »

Les mots n'était pas choquant ou mal choisit, bien au contraire, l'écrivain m'apportait quelques choses que jamais on m'avait apporté jusqu'à lors, personne ne m'avait regardé de cette manière, personne n'avait cette emprise que je n'aurais jamais pouvoir avoir sur moi, je me pensais impossible de ressentir se genre de chose. J'aimais le changement qui s'effectuait en moi, j'aurais pu avoir peur et fuir loin, mais le sourire de Basil et la confiance de mon frère m'aidait à tenir et continuer ma démarche. Car les agissement de mon père n'étaient pas forcement glorieux, mais devoir dénoncer son propre père, cela pouvait montrer toutes la méchanceté et le sadisme que la personne pouvait avoir. Moi j'étais mal, je n'avais plus quoi faire et donc, il se passait ce qu'il se passa. Je mis sans aucune raison apparente à pleurer, je venais de quitter mon sourire pour les larmes. Au début quand j'avais demandé de l'aide à Basil, j'attends juste quelqu'un pour que je puisse me défouler, sans que la personne en face ne disse rien, un « attrape tout » comme j'appelais sa. Mais heureusement ou malheureusement, je ne sais pas cela dépendra de votre point de vus, au fil du temps j'éprouvais une toute autre envie à l'égard du jeune écrivain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyLun 9 Nov 2009 - 23:56

Il ne faudrait jamais sous-estimer la personne en face de soi, quelle qu'elle soit. Non pas pour de quelconques prétentions morales, mais seulement parce que nous disposons de capacités d'émerveillement telles que chercher à se convaincre que les autres n'ont rien à nous apprendre est complètement idiot. Au contraire, il faut savoir profiter de leur compagnie car ils sont plus aptes à nous montrer d'étranges réalités que si l'on voulait les découvrir par nous même. Les remerciements de Parfait m'étaient bien évidement destinés, tout comme la seconde partie de sa phrase. J'ai un bon professeur sur l'apprentissage de la vie... Comment vous dire... ça ne me semblait pas si juste que ça. J'avais beau lui avoir expliqué quelques trucs utiles pour être en bonne relation avec les autres et essayé de l'aider à revenir dans ce qui lui semblait être le bon chemin, je me voyais assez mal dans le rôle de celui qui donne des conseils pour réussir sa vie. Après tout j'avais suffisamment fait foirer la mienne à plusieurs reprises pour ne pas m'estimer comme doué avec mes semblables. D'ailleurs je ne l'étais absolument pas. Il y avait bien des personnes avec qui je m'entendais bien et je n'étais pas un sauvage, toujours replié dans son petit coin, mais les relations sociales n'étaient pas mon point fort. Mais si les choses que je lui présentais lui convenaient, j'étais tout disposé à continuer sur cette voie là. Passer du temps avec elle était loin d'en être une perte et je n'aurai échangé nos heures ensemble contre rien au monde. Je commençais à être attaché à elle. Et elle était actuellement l'une des personnes de qui j'étais le plus proche, ayant réduit au quasi-néant deux liens très forts en l'espace de quelques moi. Peut être que d'une certaine façon elle m'avait changé moi aussi, tout comme elle semblait dire que je l'influençais, elle semblait avoir une certaine emprise sur moi aussi. Juste échange des choses.
Et puis d'un coup le sourire qui illuminait son visage glissa au passage de larmes. Elle pleurait. Je sentis quelque chose en moi s'affoler. Pourquoi pleurait-elle? Je n'avais rien eu le temps de dire, donc je n'avais pas pu sortir une connerie qui l'aurait blessée. Ces filles alors? Non, elle leur avait tenu tête et leurs petits jeux étaient bien loin d'elle maintenant. Alors quoi?...
Alors je fis la seule chose qui ne me parut pas complètement stupide sur le moment. Je la pris dans les bras. Avec le recul je n'arrive pas à me décider si ça l'a été ou pas, mais à cet instant là je ne vis pas d'autre solution. Je ne savais pas quoi lui dire, comment me comporter vis à vis d'elle, alors je fis ce qui me sembla le plus naturel et la serrai contre moi. Pourquoi fallait-il que nos rencontres se passent avec des larmes? On était si bien sans, mais elles s'invitaient toujours en notre compagnie. Tout s'acquiert dans la douleur m'a t-on dit une fois, et il semblait en être de même de nos rapport avec les gens, puisque rien n'est jamais aussi simple que ce que l'on voudrait.
    Allez, ça va aller...

Comme vous le savez, je ne sais pas consoler les gens. Le simple fait de trouver ces quatre mots et de les prononcer relevait quasiment de l'exploit. Je les entendais résonner dans ma tête, réalisant à chaque écho à quel point ils n'étaient pas d'une grande utilité, mais le génie littéraire vient rarement quand on en a besoin dans le quotidien.

    FLASH-BACK

    Il attend, planté devant elle, qu'elle réponde un truc, mais rien de vient. Il soupire, sur le point de partir à nouveau, sauf que la curiosité le titille désormais. Qu'elle raconte des histoire, soit, mais s'il y a un garde du corps les choses prennent une tournure différente. Tout devient plus réel, et plus excitant aussi.
    Bon, et si tu me disais ce que tu tenais tant à me révéler tout à l'heure...
    La curiosité est souvent la plus forte, même quand on sait que l'on ferait mieux de faire demi tour et d'oublier tout ça en buvant un café. Mais non, il est parfois plus évident faire le choix de l'inconnu, et du nouveau.

    FIN DU FLASH-BACK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptySam 14 Nov 2009 - 23:24

Voilà une nouvelle chose que je n'avais certainement pas prévus, tomber amoureuse de Basil, je n'aurais jamais pensé pourvoir ressentir ce sentiment, que je trouvais faible et sans utilité. J'avais qu'une idée en tête, non je ne voulais pas faire ce que j'avais l'habitude de faire avec les hommes, Basil avait une place différente, je voulais qu'il soit là pour moi. Mais c'était quelques choses d'égoïstes de vouloir faire ça, j'avais peur d'avouer ce que je ressentais au jeune homme, et j'avais peur d'être rejeté ou qu'il s'imagine que j'avais ce plan juste pour l'avoir dans mon lit. J'en aurais été capable ? Je ne sais plus vraiment ce que j'aurais pus faire ou non. Puis le jeune homme, me serra dans ces bras, ma surprise fut total, ce réconfort que j'avais ressentit, cette sensations que mon coeur battait à tout va, je n'avais pas envie de quitter cette étreinte, je voulais que le temps ce fige. Puis les mots s'envolèrent sur mes lèvres sans vraiment que je me rend réellement compte de ce que je disais ou ce que je faisais.

Parfaite : « Je t'aime... »

Certainement les mots les plus beau de la terre, si on peut le dire comme ça mais j'avais peur et le fait de les avoir dit sans réel, contrôle me fit reculer et je m'enfuyais dans le parc, je ne voulais pas entendre la réponse de Basil, j'avais trop peur qu'il me rejette, qu'il ne me croit pas qu'il ne pense qu'au soir ou il y a eu cette rencontre, ou j'ai était une véritable garce.

  • {Flash-Back}

    La jeune fille regardait, Basil avec un sourire en coin et son air supérieur, celui qui la caractérisé tellement à l'époque.

    « J'ai besoin de ton aide, pour différent point. Comme je tes dis mon père à fait des choses. Que même moi, je ne peut tolérer. J'ai donc besoin de toi, Lane pour m'aider dans cette tâche... Tu comprend, je ne peut pas mettre une de mes amis dans cette histoires.... L'image que j'aurais par la suite !! »

    La jeun fille garda son sérieux puis les explications s'enchainèrent, jusqu'au moment de la séparation de nombreux rendez-vous se suivirent jusqu'à celui-ci.

    {Fin Flash-Back}



J'avais fuis mes sentiments, j'avais fuis par peur de connaître la vérité, Je ne pouvais tolérer de me faire jetée même si je n'avais pas pris le temps d'écouter ce que le jeune homme avait à me dire. J'étais à l'entrée du parc essoufflée et en pleure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite EmptyLun 16 Nov 2009 - 22:57

    A l'époque déjà, je ne craignais pas grand chose. Malgré quelques petites phobies banales et ordinaires, des chiens pour m'être fait mordre étant enfant et du vide qui m'impressionnait fortement, je n'étais pas du genre à perdre mon sang froid facilement et les films d'horreurs avaient plus tendance à m'amuser qu'à me faire hurler de terreur. Il n'y avait au final qu'une chose qui pouvait me plonger dans un état de réelle inquiétude, c'était l'impression de perdre tout contrôle sur mon existence. Vous savez, cette impression que tout s'accélère autour de vous, sans vous laisser le temps de réfléchir à ce qui se passe et aux raisons qui vous poussent à agir d'une manière plutôt que d'une autre. Je détestais ne pas être maître de mon destin et ne pas pouvoir contrôler entièrement ma vie. En tenant Parfaite serrée contre moi, nous étions dans une sorte d'équilibre parfait. Je ne savais pas vraiment ce que je faisais, ni là où cette situation nous emmènerait, mais j'étais bien et ça me convenait pour le moment. D'une certaine façon, nous nous réconfortions mutuellement. Ce n'était que lorsqu'elle avait glissé sa main dans la mienne ou que je l'avais attirée contre moi que j'avais réalisé qu'il s'agissait t de choses que je n'avais plus dans ma vie. Quand on rompt avec quelqu'un, on pense au fait de ne plus revoir cette personne, à la douleur de ne plus pouvoir l'embrasser à n'importe quel moment de la journée, de ne plus sentir son corps contre le sien, de ne plus entendre sa voix, son rire, de ne plus lui envoyer de textos jusqu'à saturation pour combler son absence... En étant à nouveau seul j'avais perdu tout ça bien sûr, mais plus encore. Car on oublie généralement ces petits rien qui sont communs à toutes les relations et qui les cimentent à chaque fois. J'avais perdu ce frisson d'être tout proche de quelqu'un. J'avais perdu la plus belle preuve d'amour, celle de la communion de deux êtres sous l'immensité du ciel.
    Et puis trois petits mots. Pas grand chose, mais quand même. Je t'aime... Trois petits mots qui s'étaient envolés jusqu'à mon oreille et jusqu'à mon cœur qui accéléra à leur écoute. Et leur auteur qui recula et s'enfuit. Et moi qui le regardais partir en courant sans rien tenter pour la rattraper. Étant en talons, je savais que je pouvais la rattraper en quelques secondes mais l'idée ne me traversa même pas l'esprit. Il n'y avait que sa silhouette en contre jour, disparaissant peu à peu. Et puis tout se brouilla devant mes yeux, comme si d'un coup la surface du sol s'était décidée à s'incliner de 45° parce que c'était plus rigolo. Je fis quelques pas jusqu'à l'arbre le plus proche contre lequel je m'appuyai, tentant de me calmer. Tout était devenu noir devant moi et la moindre bouffée d'air me donnait l'impression d'avoir été cherchée à l'autre bout du monde tandis que mes jambes se pliais d'une façon presque élastique pour ce que j''en avais comme sensation. Je donnais un coup de poing contre l'écorce. Pourquoi fallait-il que j'aie une crise d'angoisse, pourquoi maintenant?! C'était une nouvelle à laquelle je ne m'étais pas attendu, à laquelle je ne croyais qu'à moitié, mais je n'arrivais pas à comprendre pourquoi la réaction produite était si violence. Il n'y avait aucune raison qu'elle le soit à ce point. C'était une situation vraiment frustrante que de savoir qu'une personne vous aime et que la seule chose que vous trouvez à faire, plutôt que de lui dévoiler vos propres sentiments, est que votre corps vous ôte toute conscience des choses et possibilité d'agir.

      Monsieur, vous allez bien?


    Tentant de me réhabituer à la luminosité ambiante je clignais des yeux vers cette voix. Un charmant blondinet s'inquiétait pour moi et visiblement il n'était pas le seul puisque quelques autres joggeurs s'étaient arrêtés à proximité, leurs regards fixés sur moi. Et voilà que je me retrouvais au centre de toutes les attentions pour une chose qui ne le méritait pas. J'avais quitté un ange pour en retrouver un autre, sous les regards inquiets de ses compagnons. Mais à travers ce qui ne devait être que de la compassion j'y voyais aussi un acte d'accusation: celui de ma culpabilité. Aspirant à pleines bouffées tout l'air que je pouvais je tentais de rattraper au plus vite le temps perdu. Tout était probablement trop tard, mais je me refusais de laisser Parfaite seule après ce qui venait de ce passer. Je n'aurai pas valu mieux que ceux qu'elle tentait d'oublier.

      Oui oui, merci de vous inquiéter mais c'était juste un point de côté. Merci!


    Je leur lançai un dernier signe de la main en guise de remerciement avant de partir dans la direction qu'avait prise Parfaite. J'entendis quelques joggerus s'étonner, disant que pourtant je ne courrais pas, mais je les laissai blablater entre eux. Je n'avais pas à leur expliquer quoi que ce soit, je n'avais pas à me justifier. Il n'y avait qu'auprès d'une personne que je devais le faire, parce qu'elle avait besoin de moi et que moi j'avais besoin de réponses; et qu'elle n'était pas là.
    Mais arrivé à l'entrée du parc il n'y avait personne non plus. Deux hypothèses alors, soit je n'avais pas prit le bon chemin, soit elle était directement rentrée chez elle. Quoi qu'il en soit, j'étais désormais confronté à quelque chose que je n'avais jamais connu auparavant, et je ne savais pas quoi faire. La réaction la plus normale et logique aurait été de sonner à sa porte ou de l'appeler, mais je ne m'en sentais pas capable: que lui dire? Je n'en savais rien non plus. Il n'y a que dans les films que les héros savent précisément la nature de leurs sentiments et la façon dont ils veulent les vivre. Toute personne réelle ne peut les définir si bien, et ainsi Parfaite me semblait en cet instant presque irréelle...

      FLASH BACK

      Basil écoute, hoche la tête par moment, laisse échapper un sifflement à d'autres... il est bon public et l'histoire qu'elle lui raconte le fascine. Elle est une bonne conteuse, alors même s'il ne croit qu'à la moitié des choses, il écoute.
      Tu me diras ta réponse plus tard Lane, je crois que tu auras besoin d'un peu de réflexion.
      Et il la regarde s'en aller. Pour une fois il n'a rien à ajouter. Et effectivement il a besoin d'un peu de temps pour y réfléchir, ce qu'elle vient de lui dévoiler étant tellement... énorme. Et cette manière de ne pas le laisser parler, même avant qu'elle ne parte, est un bon moyen de s'assurer qu'ils se reverront pour en reparler. Basil n'est pas du genre à laisser les choses se tasser toutes seules, surtout quand il est concerné.

      FIN DU FLASH BACK




    SUJET TERMINE

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





I still remember all of the things you said to me | Parfaite Vide
Message(#) Sujet: Re: I still remember all of the things you said to me | Parfaite I still remember all of the things you said to me | Parfaite Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

I still remember all of the things you said to me | Parfaite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Greynolds Park & Cabane du gardien-