AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La religion, c'est l'opium du peuple ft. J.L. Levingston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: La religion, c'est l'opium du peuple ft. J.L. Levingston Dim 11 Oct 2009 - 19:13

Un jour de pluie comme un autre. Les gouttes qui s'écrasent sur la fenêtre du bus ne font qu'accentuer ma mélancolie. Je regarde le monde comme une grosse pomme pourrie. Je suis épuisée aujourd'hui. Plus que je ne l'ai été depuis quelques mois. Ils disent que ces normal. Je ne pense pas que ça le soit. J'évite les questions parce que c'est plus simple comme ça. Les autres semblent me narguer, ils suivent le fil de leur existence gentillement préservée. Ils se moquent de perdre leur temps. Ils se moquent d'avoir l'impression de rater leur vie. Ils se projettent bêtement dans le futur en se disant que tout va s'arranger. Rien ne s'arrange. Le temps qui passe est un pas immense vers la fin de tout espoir, de tout souffle de vie. Le temps qui passe est celui qui me rapproche inéxorablement de la mort. J'en frissonne. J'aurais préféré vivre dans l'ignorance la plus totale, rêver d'une maison à barrière bleu, de 3 enfants et d'un chien. Aucun espoir ne m'est accordé. Je trouve ça bête. J'en ris. Dans le bus, des regards d'incompréhension se retourne sur moi. Je décide de descendre plus tôt du bus, et tant pis pour la pluie, tant pis pour la pneumonie qui me guette, tant pis pour cette jolie petite robe achetée il y a trois jours, tant pis pour le regard des autres et tant pis si cela doit être la dernière chose que je fais.
A l'extérieur du bus, le froid me mord la peau. je regrette de ne pas avoir emmené mon impair. Le ciel est noir, et je n'arrive pas très bien à savoir si c'est bientôt la nuit, ou si c'est simplement l'averse. La pluie fouette mon visage, elle devient de plus en plus violente. Je reconsidères l'idée de sortir plus tôt du bus. C'était une connerie. A présent, je suis non seulement en colère contre le monde entier, mais en plus trempée jusqu'aux os. Je décides de rentrer dans le premier bâtiment, même si je ne vois rien et que je pourrais avec la plus grande malchance dans une crèche. Pire, une église. J'aurais du rester coucher ce matin. Je m'approche avec lenteur du fond de l'église. Aucun bruit. On prie, on allume des bougies, rien de plus. je trouve ça d'une bêtise affligeante. Je m'assoies et regarde Jésus qui me dévisage. Je frisonne, parce que j'ai froid, et que la froideur ambiante de l'église n'arrange rien. Derrière mois, j'entends des pas. Probablement un fervent catholique venu me dire que ma tenue ne convient pas à la sainte Église. J'attends en silence, prête à sortir mes griffes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La religion, c'est l'opium du peuple ft. J.L. Levingston Lun 19 Oct 2009 - 20:38

Une journée sans véritable encombre pour Jonny Lee. Il aime le ciel gris puisqu'il déteste le soleil. Sa peau est blanche, pas vraiment adaptée pour les grosses chaleurs et le petit ciel gris, la température ni trop chaude, ni trop froide, tout ça, c'est vraiment le pied pour lui. Le temps d'aller faire quelques courses, voilà que le temps change et se décide à lui balancer de l'eau sur la gueule, c'est dommage, il n'a aucun moyen de protection ! Là, c'est la panique, il n'a pas pensé une seule seconde à rester abriter dans le centre commercial, c'est sûrement l'inconvénient d'avoir un trop gros cerveau puisqu'il ne peut pas penser à tout... Bref, Levingston commenca à trottiner pour enfin finir par accélérer jusqu'au premier bâtiment visible. Il ne regardait plus devant lui mais au sol pour éviter de se prendre toute l'eau au visage. Jonny Lee est un vaillant mais pas trop quand même. N'ayant pas pris sa moto, il était déjà heureux parce que les motos détestent la pluie mais là, rentrer en courrant jusqu'à chez lui, c'est mission impossible. Quand il fut à l'abris, il lui fallut une bonne quinzaine de secondes pour réaliser qu'il était sous le porche d'une église, l'église d'Ocean Grove, il n'y est jamais allé...

N'étant ni croyant, ni pratiquant, il n'avait rien à faire là mais quand on jète un oeil au déluge qui s'abat sur la ville, on comprend qu'il ait des affaires à faire à l'église du coin. Le jeune homme observa quelques secondes encore la rue d'où les bouches d'égout recrachaient toujours un peu plus d'eau et se retourna, se décidant alors d'aller faire un petit tour dans le sanctuaire...avec ses courses ! Là, il entra et ne repéra aucun prêtre à l'horizon, ce qui est sûrement normal puisqu'on ne peut croiser que des curés mais il n'y comprend rien à toute cette hiérarchie catholique. Mister pénétra encore un peu plus dans l'Eglise et c'est là qu'il repéra la belle Exodus, cette demoiselle d'un an sa cadette qu'il a rencontré sur la belle plage d'Ocean Grove, ou plutôt, Ocean Beach. Il hésita à aller la voir, pensant qu'elle était en pleine méditation mais il se rappella de son caractère très vite et il déduisit rapidement qu'elle ne devait pas être pratiquante, forcemment pas. Il s'approcha, s'assit à côté d'elle sans même la regarder et lui tendit le livre des chants, déclarant ironiquement :

- Page 34, verset 2, après moi... 3, 4 !

Et il s'apprêta à chanter mais rien ne vint, sinon un petit rire avant de se tourner vers elle.

- Comment vas-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
 

La religion, c'est l'opium du peuple ft. J.L. Levingston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: St. Patrick's Church & Cimetière-