AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Après la fête, communions saintement. (Maxwell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Après la fête, communions saintement. (Maxwell) Ven 24 Avr 2009 - 22:11

Il devait être aux alentours d'une heure du matin. Une fête continuait de battre son plein sur un des toits en terrasse de Miami. Une fête où j'avais été invitée, mais dont j'avais fini par m'éclipser. On ne peut pas être tranquille sur un toit. Comment ça « tranquille pour quoi ? » ? Ne vous faites pas plus naïfs que je ne le suis généralement. J'avais envoyé un texto à Robynn et à Grover pour leur dire que je me barrais et qu'ils n'avaient pas à m'attendre. Ils étaient assez grands pour rentrer tous seuls comme des grands. Moi, j'avais autre chose à faire. Notamment me faire raccompagner en voiture par une personne que je ne m'étais pas attendue à croiser à la fête. Ce qui n'était pas plus mal, la surprise était bonne. On roulait depuis cinq minutes genre, lorsqu'il se gara devant des marches. Et en levant les yeux vers la voûte céleste, je compris où on était. St Patrick's Church. Il avait osé. Un « Tss » franchit mes dents serrées tandis qu'un sourire amusé se dessinait sur mon visage. J'ouvrais la portière et sortit de la voiture. La brise fraîche de la nuit venait mordre mes joues et mes épaules dénudées, ainsi que mes mollets. Tout ça parce que j'avais mis une robe s'arrêtant juste avant les genoux. Logique après tout, j'avais des jolies jambes, il n'y avait pas de raisons que je ne les montre pas. Croisant mes bras pour tenter de me réchauffer un peu, j'envisageais un instant de retourner dans la voiture, puis j'eus une autre idée -qu'il avait peut-être eu aussi- et je m'avançais vers l'Église d'un pas assez rapide, mes ballerines crissant sur les gravillons qui restaient sur les marches.
Posant ma main sur la porte de l'Église, je constatai qu'elle était ouverte, et un sourire malicieux fut celui que j'adressai -joueuse- au gentleman qui s'était offert pour me raccompagner à Ocean Grove. En penchant légèrement la tête sur le côté, je finissais par demander, lascive et un brin provocante :


    « J'ai une furieuse envie de me confesser. Est-ce que par un hasard quelconque, tu t'en doutais ? Ou bien serait-ce une envie commune ? »


Hum, pardon. Une Église ? Où ça ? Ah, derrière moi ? C'est possible. Sans l'attendre, je pénétrai à reculons dans le lieu saint. Puis je me retournais, et observai le spectacle qui s'offrait à moi. L'Église était pratiquement entièrement plongée dans la pénombre. Seuls les cierges allumés par les fidèles luisaient, lumières pour exaucer les souhaits de certains, guider les âmes d'autres. J'avançais lentement à travers les rangées de bancs, oubliant un instant avec qui j'étais venue. Maxwell Fisher, quand même. Un très bon coup, pour parler crûment. Avec qui j'avais l'habitude d'aller dans un coin tranquille pour nous adonner à la communion de nos corps âmes, bien entendu. Tout ceci était purement sexuel intellectuel. Je ne sais pas ce qu'a mon esprit en ce moment, peut-être était-ce l'alcool qui faisait que j'avais des pensées blasphématoires au sein d'un lieu saint. La porte s'était refermée avec un temps de retard, par conséquent, Maxwell était entré à ma suite, mais dans cette semi-pénombre, impossible de savoir où il était. Quant à moi, j'étais sans doute beaucoup trop repérable, à m'être approchée des cierges allumés.


    « C'est beau une Église la nuit… »


Ceci était ce que j'avais certes pensé, mais c'était aussi une ruse pour tenter de localiser mon partenaire compagnon. Non, décidément, j'arrête de boire aux fêtes, ça me met l'esprit dans un état pas possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Après la fête, communions saintement. (Maxwell) Sam 25 Avr 2009 - 0:11

    Un coup d'oeil sur sa montre renseigna Maxwell de l'heure qu'il était, en ce beau soir d'avril. Il était à présent une heure sept du matin. Le jeune homme revenait tout juste d'une fête de bourges ayant lieu à Miami, sur un des toits en terrasse. D'habitude il n'était pas vraiment fan des fêtes de riches, mais il devait avouer que celle-ci était assez impressionnante, et très divertissante. Vous vous demanderez donc la raison pour laquelle il avait décidé de la quitter aussi tôt, alors qu'elle ne devait se terminer que des heures plus tard. Cette raison avait un nom, des cheveux longs, ainsi qu'une belle poitrine... Lullaby Walkers. La rencontre avec cette jeune femme s'était faite lors d'une des innombrables fêtes qui avaient lieu à Miami, durant laquelle ils s'étaient livrés à de fougueux ébats dans une chambre quelconque. Ce n'était pas le lieu qui importait... Pour être franc, Maxwell avait réellement pris son pied, et le fait de retrouver la jeune femme lors d'autres fêtes ne lui déplaisait pas. Il est donc inutile de vous décrire son contentement lorsqu'il remarqua qu'elle était également présente à cette fête, ce soir-là. Après quelques verres, il décida de s'éclipser de la soirée; mais pas seul. Il emmena avec lui la belle Lullaby, après lui avoir proposé de la ramener en voiture. Mais ce n'était pas son intention, il avait une autre idée en tête.

    Après cinq minutes à peine de conduite, le jeune homme se gara près d'un bel édifice, que l'on nomme communément église. Un petit « tss » se fit entendre de la part de Lullaby, avant qu'elle ne sorte de la voiture. Il en fit de même, et la suivit, affichant un sourire au coin de ses lèvres. Apparemment l'idée de faire une petite escale dans cette église ne lui déplaisait pas...

      « J'ai une furieuse envie de me confesser. Est-ce que par un hasard quelconque, tu t'en doutais ? Ou bien serait-ce une envie commune ? »

      « Je dirais un peu des deux. »


    Son sourire s'élargit suite à cette réponse. Maxwell continua à suivre la jeune femme, qui s'était retourné vers lui avec un sourire joueur. Elle se recula puis fit face à l'église dont elle venait d'ouvrir la porte.À quelques pas d'elle, il put également pénétrer dans ce lieu qui réunit tous les saints. La présence de ces deux pécheurs souillait certainement cet endroit de paix et de croyance, ce qui ne parut pas leur déplaire le moins du monde. Il referma la porte derrière lui; ce qui plongea l'église dans une pénombre quasi totale, uniquement troublée par la lumière que produisaient les cierges. Il repéra la silhouette de la jeune femme, qui s'était justement approchée de ces derniers. Maxwell, lui, marchait silencieusement dans la pièce, tout en gardant les yeux fixés sur elle. Sa voix vint rompre le silence pour résonner dans l'église.

      « C'est beau une Église la nuit… »


    Il ne répondit pas immédiatement, et vint se placer derrière elle, sans un bruit. Il approcha sa bouche de son oreille droite et lui susurra quelques mots.

      « Mais tu ne crois pas qu'on ne devrait pas être ici ? Deux pécheurs comme nous n'avons pas le droit de venir troubler la sainteté de cet endroit... Non ? »


Dernière édition par Maxwell Fisher le Mer 29 Avr 2009 - 13:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Après la fête, communions saintement. (Maxwell) Sam 25 Avr 2009 - 11:09

C'était donc ça, il avait lu dans mes pensées, et il semblait aussi décidé à se confesser. Confesser ses pêchés, pour passer le temps ? Sans doute. Mes yeux noisettes fixés sur les flammes vacillantes des cierges, j'avais l'impression d'être dans un rêve. D'où mon admiration, et les mots louant la beauté de ce spectacle. Le silence fut la seule réponse que j'obtins pendant un moment, puis la voix de Maxwell s'éleva, au creux de mon oreille. Il en avait profité et s'était donc placé derrière moi. Pour dire des bêtises, bien entendu.


    « Mais tu ne crois pas qu'on ne devrait pas être ici ? Deux pécheurs comme nous n'avons pas le droit de venir troubler la sainteté de cet endroit... Non ? »


Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres tandis que je réfléchissais un instant à ce qu'il venait de susurrer. Quoi, pour une fois, il trouvait que ce que nous faisions était mal ? Que notre présence ici était blasphématoire ? Sacrilège ? Que nous allions attirer sur nous le courroux de Dieu -s'il existait ? La bonne blague. Surtout venant de lui. Mais passons. Je n'étais pas vraiment croyante. Mes parents ne l'étaient pas, ils ne m'avaient pas vraiment forcé à aller à un quelconque catéchisme. Je connaissais l'histoire sainte parce que j'avais décidé de m'informer un peu, de connaître l'histoire, de savoir de quoi ça parlait, mais en réalité, je n'avais jamais ressenti une quelconque nécessité de faire partie intégrante de la communauté croyante. Athée, j'étais. Ce qui n'empêchait pas que je visite des églises de temps en temps, parce qu'elles étaient belles. C'était le cas cette nuit. Ou était-ce d'autres motivations qui m'avaient menée à l'intérieur de l'enceinte du bâtiment religieux ? Qu'en savais-je… Certes, je suis consciente de mes actes, je connais mes raisons, mais laissons cela. Je reprenais la parole après quelques secondes seulement de silence, suite aux mots de Maxwell.


    « Justement, ne sommes-nous pas là pour nous laver de tous nos pêchés ? Où est le confessionnaire ? »


Certes, je n'avais pas utilisé le bon mot, mais en même temps, en ne me confessant jamais à l'Église, comment aurais-je pu savoir que l'isoloir où l'on dévoilait sa vie de débauché s'appelait un confessionnal ? Notez, je ne le sais que depuis que ma Créatrice vient de me signaler que j'avais fait une faute. Qu'importe.
Mais soudain, une autre idée -stupide, en effet- vint à mon esprit, alors que je faisais volte-face afin de faire face -justement- à mon très cher amant camarade. Ce cerveau est fatigué, n'y voyez pas là une perversité à toute épreuve. L'alcool fait juste son chemin et me fait penser des mots inappropriés. Le sourcil arqué, je le toisais avant de lui demander, l'air inquisiteur au possible :


    « À moins que tu ne m'aies traîné à l'église pour me forcer à t'épouser parce que tu ne peux plus supporter de multiplier les entorses aux commandements de Dieu… »


Que ça soit bien clair, je n'étais pas sérieuse. En finissant ma phrase, j'avais pris un air horrifié et j'avais commencé à reculer. Et en me reculant, je heurtais un chandelier -éteint par contre- et manquais de le faire tomber. Contournant donc l'obstacle tout en fixant toujours l'étrange personne qui se tenait en face de moi -et dont je voyais mieux le visage, éclairé quelque peu par les flammes des cierges- je semblais méfiante, alors que ça n'était finalement qu'un jeu.
Dire que j'avais engagé Maât Blythe-Sheldon pour qu'il organise mon mariage fictif, sur la base d'un défi non-connu à part par Vicky -instigatrice d'une telle idiotie… Ça devait être pour ça que j'avais mentionné un mariage. Et aussi parce qu'on était bel et bien dans une Église. Bah, Maxwell comprendrait bien que je me moquais légèrement de lui, à moins qu'il ait trop bu et prenne ça pour une invitation à me faire sa demande. Non, j'ai trop bu aussi, c'est définitif. Et je continuais donc de reculer lentement, mais il fallait bien que je sois bloquée pour de bon au final, et ce fut une paroi en bois qui me retint. Paroi en bois. Était-ce un isoloir ?


    « Le confessionnaire me bloque, ou c'est une impression ? »


Oui, je réitérais mon erreur de vocabulaire. Et alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Après la fête, communions saintement. (Maxwell)

Revenir en haut Aller en bas
 

Après la fête, communions saintement. (Maxwell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: St. Patrick's Church & Cimetière-