AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky] Mer 29 Juil 2009 - 0:08

La Simplicité a parfois du bon.

Entre Cousins Jovan&Sky Smile


Le soleil brillait, le vent soufflait dans ma chevelure blonde et mes yeux s'émerveillaient devant la mer. Je savourais mon joint. Je me trouvais à Crandon Park Beach. L'endroit rêvé pour décompresser, oublier un peu tout ce qui fonde la vie et se ressourcer. J'étais bien trop pensive ces derniers temps pour être bien. Il était seulement 14H00 et j'éprouvais déjà le besoin de décompressé, à peine réveillé ma chère mère m'avait pris la tête "tu penses qu'à sortir, à boire, à te droguer tu vas finir par mourir de cette façon!" m'avait telle dit, ah ma chère maman si tu savais comme je m'en moque. Après la mère c'est le père qui s'y est mis et oui pas l'un pour rattraper l'autre, " Tu as vu comme tu es maigre, tout ça pour être mannequin alors que tu pourrais être scientifique ! Quel gâchis" Bah écoute si tu le dis papa. Je vous assure, famille de vieux Lourd moi je vous dis. Je ne travaillais pas aujourd'hui alors autant en profité j'avais enfilé mon maillot de bain bleu ciel, il était tout simple, le bikini classique mais, tellement mignon et qui attire le regard de tous les garçons sur moi. Pourtant, aujourd'hui je me moquais bien qu'un mec me regarde ou pas, d'être jolie ou moche, d'être peste ou gentille. Je me moquais de tout, j'avais envie de rester simple, respirer, j'allais dire respirer l'air frai mais, je respire plus la fumée de mon joint qu'autre chose. J'avoue & J'assume : Je ne suis pas une simple droguée je suis carrément devenu toxico. Complètement dépendante de la drogue et de l'alcool. Bon j'avoue que si j'avais la volonté il me serait facile d'arrêter tout ça mais, la volonté n'est pas là. Bien au contraire il m'arrive souvent d'abuser, d'être au bord de l'overdose ou du coma. Le seul qui arrive à me freiner, c'est Jovan, mon cousin. Nous sommes proches et ça fait au moins un membre de ma famille qui n'est pas con vieux ou ringard. Jovan est l'une des seules personnes, peut-être même la seule à qui je peux confier sans honte sans crainte. Il sait tout, je sais tout et je crois que c'est bien comme ça. Je m'étalais sur le sable et je fermai les yeux. Je replongeais dans le passé ce qui était plutôt une mauvaise chose mais, une fois plongée dedans je ne trouvai jamais le courage d'en sortir. Les souvenirs aussi bien de mon enfance que de mon adolescence remontaient en mois. La raison pour laquelle je ne m'envolais pas dans les bras de Morphée c'est que mon joint n'était pas terminé. Finalement après à peine cinq minutes à supporter les gnomes qui criaient dans mes oreilles, je décidai de me lever. Mes pieds trempés dans l'eau froide mais agréable de la mer. Je souriais toute seule, mon joint était consumé mais, ce n'était pas cela qui m'avait fait sourire, ce qui m'avait fait sourire c'était le simple fait que l'eau chatouille mes pieds. Un sourire sur mon visage était tellement rare et je savais l'apprécier même s'il ne tenait qu'à moi de sourire plus souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky] Jeu 30 Juil 2009 - 14:59

Encore un jour où Jo avait refusé d'avouer à mamie ce qui s'était réellement passé au bar. Alors de ce fait, il s'était dépêché de se préparer pour aller travailler, et avait réussit à filer sans qu'elle ne pose encore des questions. Il avait maintenant cinq heures devant lui. Il avait décidé d'aller faire un tour près de la plage. Comme à son habitude, il n'avait pas prit de caleçon de bain. De toute façon, il ne nageait jamais. C'était devenu un rituel depuis maintenant douze ans: il ne va plus dans l'eau, si ce n'est un bain. Il ne prend même plus le bateau. Cet étendue d'eau, ces vagues, et juste cette couleur bleue le faisait flipper depuis le drame qui s'était passé chez les Galloway des années plus tôt. Alors, aujourd'hui, nager c'était comme renoncer à elle, et comme tout oublier, et dans un sens, c'était justement ce qu'il ne voulait pas.

Il était donc vers quatorze heures, et Jovan passait son temps à glandouiller, marchant pieds nus sur le sable chaud de Miami. Il aurait pu aller voir son oncle et sa tante, mais il fallait bien avouer que malgré leurs sourires aimables et polis, ils avaient encore du mal. Il aurait pu aller voir Sky, sa cousine. Il lui avait envoyé un message sur l'ordi, mais évidemment, elle n'avait pas répondu. Elle était sans doute sur une autre planète à cette heure-ci. La savoir comme ça faisait du mal à Jovan. Il aurait tellement préféré qu'elle soit extravertie, blagueuse, et etc, mais qu'elle ne soit pas une toxico. Parce qu'on pouvait le dire ce mot, pour la qualifier. Elle ne pouvait sans passer.

Il était en train de marcher, lorsqu'un gamin vint le voir. Il devait avoir quatre-cinq ans, et courrait après son ballon. Celui-ci avait attérit directement sur les pieds de Jovan. Amusé, celui-ci prit le ballon, et donna un petit coup dedans. Manque de pot, le ballon vint heurter la tête d'une jeune femme qui marchait tranquillement les pieds dans l'eau. Aie.. Le gamin le regarda, et dit alors à Jovan.

" Si elle s'énerve, je dis que c'est toi qui a lancé!"


Sympa le mioche.. Sur ce à quoi Jo répondit avec une grimace. La jeune femme quand à elle s'est retournée, avait prit le ballon, et regardait d'où ça venait. Amusé, Jovan se dit qu'il allait bien s'amuser s'il faisait peur au gamin. Il avait reconnut la jeune femme. EN plus de tenir dans ses mains le ballon, elle avait un joint. Bravo c'était très discret cousine. Jovan dit alors au petit.

" Fais gaffe, je crois bien que c'est la meilleure amie du Père Noel."


Sur ce, il laissa le petit qui faisait une drôle de tête, de peur de ne pas avoir de cadeaux dans quelques mois. il s'approcha alors de la jeune femme, et annonça d'une voix joyeuse, mais un peu ferme.

" On ne t'a jamais dit de ne pas fumer devant les enfants? "


Sur ce, il prit de ses mains le ballon, et le joint -qui était quasi finit d'ailleurs. Il lui sourit, et donna un coup de pied dans le ballon pour l'envoyer près du gamin, qui le reçut juste à ses pieds. D'ailleurs, le petit leva le pouce en l'air, l'air de dire "hey, parfait!". Jovan se retourna vers sa cousine, et avant de lui coller un bisou sur la joue demanda.

" Ca va? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky] Jeu 30 Juil 2009 - 21:05

Je détestais les mômes, enfin surtout quand ils venaient m'énerver, crier dans mes oreilles, ou m'envoyer un ballon de plage sur la tête. Voilà pourquoi je m'apprêtais a piqué une crise, pour un simple ballon. Je prenais ce fameux ballon entre mes mains prenant soin de ne pas faire tombé mon joint même s'il était pratiquement fini. Je me retournais et un sourire s'afficha sur mon visage quand j'aperçus les magnifiques prunelle de mon cousin, d'un coup ma minuscule fureur s'évanouit et je ne ressentais plus que de la joie de le voir et un léger sentiment de honte en vue du joint que je tenais dans ma main gauche. Je le regardais parler à ce petit nain de jardin avant qu'il vienne me voir. D'une voix joyeuse mais, cependant un peu ferme j'eus le droit à une remarque.

" On ne t'a jamais dit de ne pas fumer devant les enfants ? "

Je répondais d'une voix tous aussi joyeuse que la sienne.

"En effet je crois que j'ai déjà entendu ça quelque part."

J'étais pas mal dans le genre "fille égoïste" je ne pensais pas à la santé des autres en fumant devant eux, en même temps nous n'étions pas dans une pièce fermée et avant que les gnomes puissent atteindre ma hauteur ils devraient manger un peu de soupe quand même. Enfin j'aurais aimé dire à Jovan que ce n'était pas un petit joint qui allait me tuer mais, cette remarque aurait été de trop, surtout qu'il n'aurait qu'à répliquer un truc du genre " un joint ne va pas te tuer mais, la quantité de drogue que tu avales si.". Oui, je le connaissais bien se discourt et pourtant il ne me stoppait pas. Je sentais le ballon se retirait de mes mains ainsi que mon joint, quel dommage ! Je n'avais même pas put profiter encore un peu de ma drogue. Mais, son sourire était bien mieux que la drogue alors je n'avais rien dit, pas une remarque et pourtant ça aurait été une autre personne que Jovan il aurait senti ça joue s'enflammer au contact de ma main violente dans le visage. Je souriais en voyant le gamin lever le pouce face au tir réussit de mon cousin.



" Ça va ? "
me demanda-t-il avant d'offrir un tendre baiser sur ma joue.

" Hormis quelque turbulence tout va bien et toi comment tu vas ?"

Je lui souriais. Il savait parfaitement que je parlais des engueulades répétées avec mes chers parents & de quelque soucis avec un dénommé Maxim. Il est vrai que je ne leur faisais pas de cadeau mais, eux non plus. La vie de famille était bien compliquée. Jovan était le seul de ma famille avec qui tous était différent et qui pouvait me faire une réflexion sans que je démarre au quart de tour. Il m'avait connu petite, à l'époque où j'étais l'enfant prodige. Mais, il m'avait aussi vu devenir ce que je suis aujourd'hui, l'enfant rebelle qui fait du tord a papa et maman, qui sort le soir pour se bourré la gueule ou se droguer sans aucune remarque. Mes pieds étaient dans l'eau les siens encore sur le sable chaud, je savais qu'il ne viendrait pas se baigner et, je savais pourquoi, c'est certainement pour ça que je ne le forçai pas à se baigner, je me contentais de le regarder droit dans les yeux en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky] Ven 31 Juil 2009 - 18:34

La jeune fille avait déjà entendu ça quelque part. Evidemment.. Tout le monde ne cessait de lui répéter, maintes et maintes fois que fumer n'était pas bon pour la santé, que les gens autour d'elle fumaient aussi, et que se droguer était encore plus dangereux, et qu'au final, si quelqu'un se drogue, il peut en finir totalement accroc. Oui, tout le monde lui disait, et pourtant rien ne l'arrêtait. Jovan était sans doute le seul à pouvoir dire quelque chose, ou tenter quelque chose, sans qu'elle ne s'énerve, et redouble de colère.
La preuve en est, là, il venait de lui piquer son joint, et se trouvait maintenant lui-même comme un drogué, cigarette à l'herbe entre les doigts. Mais elle ne lui disait rien. C'était peut-être aussi parce qu'il n'y avait rien à dire: le joint s'était apparemment consommé tout seul, et il ne restait plus grand chose.

" Et apparemment, t'as toujours pas comprit le sens de cette phrase!"


Il avait répondu ça non sans méchanceté, et non sans sous-entendu. S'il parlait avec ce ton là, et ce sourire aux lèvres, c'était plus pour rigoler avec elle. Certes, il n'aimait pas trop qu'elle fasse celà devant des gamins, mais en disant celà, il faisait aussi référence à la blondeur de ses cheveux, et à tout ce qu'on dit sur les blondes. Qu'elles ne comprennent rien, et etc..

Se rendant alors compte que lui-même pouvait se retrouver arrêter parce qu'il tenait dans sa main droite quelque chose d'illégal, Jovan balança le joint à la mer. Après tout, la mer emportait tout, et personne ne retrouverait ce mégot. Et quand bien même quelqu'un le retrouverait, il ne serait alors plus bon pour planer.
Son regard se reposa alors sur la jeune femme, gardant toujours ce petit sourire aux lèvres. Sous-entendait-il que les blondes ne comprenaient rien à rien? Maybe.. En tout cas, ça n'avait pas été une remarque offensive, ni même un reproche. Ou du moins, ça ne l'était pas directement.

" Ca va très bien.. Je sais pour tes parents, j'ai croisé ton père ce matin."


Pour l'histoire de Maxim, il savait aussi. De toute façon, sur la vie de Sky, Jovan connaissait tout sur tout, et c'était sans doute pour celà qu'il ne se permettait de pas la juger, ou d'essayer de l'arrêter de faire ces conneries. Après tout, elle verrait un jour par elle-même qu'avec tout ça, ce n'était pas la meilleure solution.
Mais ses parents n'étaient pas de cet avis. En même temps, voilà quoi. C'était des parents, et ils ne voulaient qu'une chose: que leur file reste la petite fille exemplaire qu'ils avaient eu. Parce que malgré tout ce que l'on peut penser, Sky avait un jour été une enfant calme, sage, et obéissante. L'opposé de maintenant.. Et l'oncle et la tante de Jo ne comprenaient encore pas ce qui s'était passé pour qu'elle devienne comme ça aujourd'hui.
Il vit le gamin essayer de shooter dans le ballon, et exquisa un sourire. Il dit alors à Sky.

" C'est dingue comme les parents se répètent.."


Ils disaient toujours la même chose. Soupirant sur l'avenir de leur fille. Se demandant ce qu'elle allait devenir. Et etc.. Et quand ils voyaient Jovan c'était toujours la même chose. Bien qu'ils aient un peu de mal avec lui, ils essayaient par diverses moyens de lui faire comprendre qu'il devait essayer de l'empêcher de faire tout ce qu'elle faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky] Sam 1 Aoû 2009 - 2:02

Je n'étais pas du genre à me laisser marcher sur les pieds. A écouter ce qu'on me disait, ou encore à tenir compte de tout ce que les gens pouvaient bien penser. J'étais une grande consommatrice de drogue, j'en avais conscience, j'avais aussi conscience que j'étais capable de gâcher ma vie pour la drogue. De toute façon j'étais entourée de drogue, dans le mannequina les filles qui ne se droguaient pas se faisais rare, en soirée la drogue était tellement présente que les patrons des boites ne disaient plus rien. Il y avait de la drogue partout, de la tentation a chaque coin de rue et je ne suis pas du genre à dire non aux conneries bien au contraire. Alors, oui tous les discours ça me passait au-dessus de la tête.

" Et apparemment, t'as toujours pas comprit le sens de cette phrase!" me dit-il avec son adorable sourire. Insinuait-il que j'étais l'une de ses blondes sans cervelle ? Peut-être bien mais c'était plus pour rigolé qu'autre chose.

"C"est normal, si je réfléchis a cette phrase mon seul neurone risque de grillé." lui dis-je en plaisantant avec un petit regard innocent, même si ça faisait longtemps que je n'étais plus innocente.

J'aimais me moquer de moi-même. J'étais blonde aux yeux bleu, voyez le tableau, celui de la stupidité même. En réalité j'étais bien plus intelligente que pas mal de filles, pour être manipulatrice & calculatrice comme je le suis il ne faut pas avoir un cerveau d'autruche. J'étais une garce & j'aimais le montrer. Je regardais mon cousin jetait mon pauvre joint à la mer, tans pis il était pratiquement finis et je peux comprendre que pour mon cousin se retrouver avec quelque chose d'illégal dans les mains peut être gênant. Enfin a notre époque certain flic - des jeunes je l'avoue - tolère la drogue.



" Ça va très bien.. Je sais pour tes parents, j'ai croisé ton père ce matin."


S'il allait bien c'était le plus important. Je souriais de plus bel juste de savoir qu'il allait bien, la suite n'avait pas d'importance, mon père n'avait pas d'importance, c'était certes un membre de famille mais, je dois bien avouer que je lui avais souvent souhaité du mal comme à ma mère d'ailleurs. Est-ce que je le pensais pour autant ? Non, malgré toutes les disputes & la violence qui règnent entre nous je ne peux m'empêcher de les aimer.

"Tu lui as parlé ?" demandai-je à mon cousin avec ma curiosité naturelle.

Mes parents avaient toujours refusé de me voir grandir. Cependant, je leur avais tous imposé, les garçons, mon caractère, la drogue, le mannequina, les soirées, l'alcool et leurs paroles ne pouvaient rien y faire. Ils n'avaient jamais compris ce qui s'était passé et leur seul but était que je redevienne la fille gentille, sage& obéissante que j'étais, ils voulaient me faire arrêter les conneries. Jo' avait très bien compris que ça ne servait à rien de vouloir me stopper, peut-être parce qu'il savait tous... qui sait ? Ou alors parce qu'il ne se permettait pas de juger. Peut-importe la raison le fait est que j'avais une total confiance en mon cousin et que c'était bien le seul à qui je n'avais absolument rien caché même les fois où je trichais pendant les interrogations. Tous comme Jo' je vis le minus essayer de shooter dans son ballon puis Jovan repris la parole.

" C'est dingue comme les parents se répètent.."

Je n'ai pas pus m'empêcher de rigoler à cette remarque. Devais-je comprendre que mes parents l'avaient encore torturé en lui parlant de moi&mes conneries ? Certainement. Ils ne lui parlaient que de ça.

"Ils deviennent vieux, ils radotent, c'est alzheimer qui les guettent. Qu'est-ce qu'ils ont encore dit ?"

Au fond je savais ce qu'ils avaient dit puisque c'était toujours la même chose. J'ignorais pourquoi Jovan parlait encore à mes parents, il n'y avait pas grands intêrets a les entendre parler de moi. J'avais envie de marcher.

"On marche ? Et au fait t'as dis quoi au gnomme tout à l'heure ?"

Que d'amour envers les gosses ! je sais. En même temps j'ai seulement 18 ans et ma seule envie est de m'amuser, je n'ai pas encore le besoin d'être mère & je ne suis pas sûre que je l'aurais un jour d'ailleurs. Enfin, la tête de ce petit monstre juste avant que Jo' vienne me rejoindre me revenait en tête, qu'est-ce que Jovan avait bien pu lui dire ? Des âneries sûrement.

HS - J'ai du m'y reprendre a Deux fois a cause de mon ordi qui beug >< j'espère que sa ira :P parce qu'il est un peu trop tard pour que j'ai un avis Objectif. En même temps il est 2 :02 XD. Bisous <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky] Sam 1 Aoû 2009 - 15:52

Son seul neurone grillera. A cette remarque, Jovan ne put s'empêcher de ne pas éclater de rire. Comme si elle n'en avait qu'un. Le fait qu'elle rigole de la pâleur de ses cheveux, et le fait qu'elle le prenne à la rigolade, amusait Jovan. C'était toujours comme ça. Déjà petit, dès qu'elle était en âge de comprendre les blagues de blonde -si un tant soit peu elle pouvait les comprendre-, Jovan lui en racontait. Des pourris comme toujours. Mais c'était ce qui était le plus amusant justement. Les plus pourris, et les moins difficiles à comprendre pour elle -parce qu'elle ne comprenait pas grand chose.

" Ah, ça explique tout!"


Sur ce, il sourit amusé par la stupidité de sa cousine.
La jeune fille voulut savoir ce que son père avait dit à Jovan. Pas grand chose à dire vrai. Ou du moins, pas grand chose de nouveau. Il lui avait parlé, lui avait demandé de ses nouvelles, même si évidemment, Jovan savait très bien qu'il s'en fichait. Mais pour lui demander de faire attention à elle, il fallait qu'il soit poli avec lui. Il regarda la jeune fille, et lui dit alors.

" Comme d'habitude. Il m'a demandé d'essayer de te résonner si je pouvais, -et parce que je suis apparemment la seule personne que tu écoutes encore. Il a même insinué à un moment que tu étais devenu comme ça à cause de moi.."


Evidemment, ça, il l'avait dit à la fin de la conversation. C'était peut-être ce qu'il pensait. Il est vrai que depuis le drame de sa petite soeur, Jovan avait beaucoup changé. Il avait été un ado horrible, et avait finit dans une maison de redressement. mais tout ça, ça s'était passé à Boston. Et non pas à Ocean Grove. Comment pouvait-on influencer quelqu'un quand on vit très loin de lui? Mais bon, Jovan s'en fichait de ce que pensait son oncle. Ils étaient tous pareils dans cette famille.

La jeune fille demande pour marcher. Il n'y avait aucun soucis. Il n'aimait pas trop rester en plan très longtemps de toute façon. Il emboita alors le pas de la jeune fille, et sourit en entendant sa question. Ce qu'il avait dit au petit? Rien du tout. Après tout, c'était lui qui l'avait cherché nan? En disant que si la femme s'énervait, il le balançerait.

" Ce gamin m'a dit que si tu t'énervais, il me balancerait. Alors, pour lui faire peur, j'ai juste sous-entendu qu'il se pourrait que tu sois la meilleure amie du Père Noel."


Le gamin avait d'ailleurs fait une drôle de tête. Et il y avait de quoi. A son âge, il croyait que le Papa Noel venait tout les ans déposer des cadeaux chez les enfants sages. Alors autant dire, qu'ainsi, il faisait moins le fier.
Et pour toute réponse, Jovan regarda de nouveau la jeune fille, et dit.

" C'est bizarre, il ne m'a fait aucune remarque sur ton jeune âge.. "


Sous-entendu, tu parais vieille :P. Il jeta alors un coup d'oeil sur le gamin, qui justement avait trouvé un autre compagnon de jeux: un gamin d'à peu près le même âge que lui. Il reposa alors son regard vers sa cousine. C'était vrai qu'elle pouvait percer dans le mannequinat. Dommage que ce soit sa cousine, il se l'aurait bien tapé. Mais c'est de l'inceste tout ça..
En pensant à ça, il repensa à sa famille, et également à ses parents. Il jeta son regard vers l'horizon pour poser une question à Sky. Une question qu'il voulait poser, mais en même temps, une question dont il ne voulait pas que sa cousine voye le trouble.

" Au fait, tu as des nouvelles de mes parents? "


Ses parents.. Il ne leur parlait plus, ne leur donnait plus de nouvelles. Et il avait bien conscience que pour eux, c'était comme perdre un deuxième enfant. Mais en même temps, ils n'avaient rien fait pour le garder à côté d'eux. Il avait eu des nouvelles par son demi-frère Kassian quand il était passé par là pour un concert. Mais depuis plus rien. Et même son père ne téléphonait plus à sa mamie pour avoir des nouvelles. Comme quoi, parfois, même les familles les plus unis peuvent se déssouder.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky] Dim 2 Aoû 2009 - 14:34

J'étais une habituée des blagues pourris. Jovan était le premier à me sortir les plus débiles et j'en rigolais. Je n'avais pas de raison de le prendre mal, c'était de l'humour rien de plus rien de moins. Je n'étais pas comme toutes ces blondes qui veulent devenir brunes pour ne plus entendre les blagues idiote sur les blondes. Personnellement, j'aimais trop mes cheveux pour les teindre.

" Ah, ça explique tout!" dit-il avec son sourire amusé.



"Explique tout ? Ça explique quoi ?" lui répondais-je comme si j'étais totalement idiote mais, sans pouvoir m'empêcher de rire.


Jouer avec mon image de blonde sans cervelle me plaisait beaucoup. Ce n'était pas nouveau.

Je me demandais ce que mon père avait encore bien put dire à Jovan et la réponse m'énerva un peu, pas après Jovan non mais, plutôt après mon père.



" Comme d'habitude. Il m'a demandé d'essayer de te résonner si je pouvais, -et parce que je suis apparemment la seule personne que tu écoutes encore. Il a même insinué à un moment que tu étais devenu comme ça à cause de moi.."


"Il a toujours rien compris. Il peut résoudre des équations qui donnent mal à la tête mais, comprendre que tenter de me résonner ne servira à rien il ne peut pas comprendre. Certes tu es la seule personne que j'écoute encore mais, il n'a pas à te demander ça. Je ne vois pas comment tu pourrais y être pour quelque chose, il n'avait pas à dire ça, je suis seule responsable."



Que mon père est pu insinué, ou même penser une seule seconde que c'était la faute de Jovan si j'étais comme ça et bien ça m'énerve, pire ça m'écoeure. Quel famille! La seule chose que je voulais c'était me barré de chez moi-même pour prendre une autre maison sur Ocean Grove si je n'avais pas assez d'argent, mais je voulais quitter cette baraque de fou, mon père & ma mère, ce n'était pas nouveau, mais mes économies étaient encore minces & je n'allais pas pouvoir compter sur mes parents pour m'aider.

Nous marchions tranquillement quand mon cousin me raconta ce qui s'était passé avec le minus. Je ne pu m'empêcher de rire.
" Ce gamin m'a dit que si tu t'énervais, il me balancerait. Alors, pour lui faire peur, j'ai juste sous-entendu qu'il se pourrait que tu sois la meilleure amie du Père Noël." dit-il avant de rajouter ...

" C'est bizarre, il ne m'a fait aucune remarque sur ton jeune âge.. "

"Mais c'est parce que tous les gamins savent que le père Noël préfère se taper les jeunettes que les vieilles ridées" avais-je répliqué du tac au tac

La meilleure amie du père Noël, comment le gamin avait pu gober ça ? Peut-être parce qu'il était petit. C'est mignon la naïveté des gamins, c'est beaucoup moins mignon quand ils courent partout et hurlent sans cesse.

Jovan regarda l'horizon et je compris tout de suite ce qui ce passé, avant même qu'il pose sa question j'avais compris qu'il voulait avoir des nouvelles de sa famille. Jovan ne leur parlait plus et ne donnait pas non plus de nouvelles. Mais, eux en demandait-il? Les histoires les plus complexes sont vraiment les histoires de famille.

" Au fait, tu as des nouvelles de mes parents? "

"Ma mère à téléphonait à ta mère il y a deux jours. Je crois qu'elle allait bien mais, je n'en sais pas plus."

Je regardais, à mon tour, l'horizon. Je n'en savais malheureusement pas plus, j'avais seulement entendu ma mère en parler à mon père et couper la conversation dès mon arrivée comme si le sujet était privé. Ça faisait toujours mal de voir une famille si soudées se désunir. Jo' vit avec sa grand-mère a Ocean Grove alors que ses parents et son demi-frère vivent sur Boston. Je regardais les vagues s'écrasaient sur les rochers, j'oubliais les gens et j'écoutais les vagues. Je me rapprochais de mon cousin pour poser ma tête sur son épaule. Au fond rare sont ceux qui arrivent à détester leurs parents, parce que même si on leur on veut, on ne peut s'empêcher de les aimés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky] Jeu 13 Aoû 2009 - 16:34

La jeune fille lui demanda alors ce que ça pouvait bien expliquer. Elle avait ajouté celà avec un petit sourire idiot, et avait ensuite fait glissé son masque d'actrice pour en rire. Jovan l'imita aussitôt, ne voulant pas continuer à plaisanter sur ce sujet, au risque que la charmante demoiselle ne s'acharne sur lui.

Ils en étaient venus à un sujet beaucoup plus sérieux, et beaucoup plus graves. Les parents de Sky. Ils avaient toujours cru en leur petite fille, elle, qui était si sage, si attentionnée, si calme. Et voilà qu'en quelques temps, tout avait dérapé, et elle était devenue une jeune femme incontrolable, rebelle, et passait parfois du temps à se droguer. Chose que ses parents avaient bien comprit, mais n'arrivaient pas à régler. Comme elle venait de le dire, c'était beaucoup plus simple pour son père de résoudre une équation gigantesque.
Il était vrai que Jovan n'avait pas vraiment apprécié que son oncle souligne que si elle était devenue comme ça, c'était à cause de lui. Jovan avait passé une adolescence difficile, et tout avait dérapé depuis ces moments-là -notamment depuis ce 15 Aout où sa soeur s'était noyée-. Mais jamais, il n'avait pensé un seul instant que tout puisse être de sa faute. Après tout, lui-même ne se droguait pas. Il consommait juste de temps en temps. Mais même au fond de lui-même, Jovan savait que rien n'était de sa faute. Peut-être qu'après tout, si elle disait tout àa sa famille, il comprendrait. Jovan savait. Il savait aussi que lui même ne pourrait rien y changer.

" Laisse tomber, ça change rien."


Il s'arrêta un instant. Il regarda la petite blonde. Son père avait finit par conclure sur un "je regrette le temps où elle ne faisait que dessiner". Il dit alors à la jeune fille, au risque de paraître le cousin chiant.

" Il s'inquiète c'est normal."


La jeune femme avait dit que le papa Noel préfèrait se taper les jeunettes plutôt que les vieilles ridées. A ce moment-là, Jovan ne chercha même pas à répondre quelque chose, il était bien trop occupé à rire de la bétise de sa cousine. C'était humaine ces conneries qu'elle sortait? Il en riait encore rien qu'en y repensant.

Puis il avait posé cette question qu'il voulait poser. Il n'aimait pas trop en parler, mais avec sa cousine c'était différent. Il pouvait lui demander des nouvelles de ses parents. Aussi étrange que celà puisse paraître, Jovan et ses parents ne s'étaient pas séparés à cause d'une dispute. Il y avait eu des disputes certes, comme tout parent avec son enfant, surtout avec Jovan. Mais ils avaient plutôt couper les ponts au fur et à mesure, ils avaient prit leur distance, préfèrant ne pas pardonner certaines choses à Jovan, pour finalement se séparer complètement, et ne plus se donner de nouvelle.

" Ok "


Ce fut le seul et unique commentaire qu'il dit à sa cousine. Les parents n'étaient pas chose facile à comprendre. Les deux cousins le savaient. mais qui sait, peut-être qu'eux même seront pareils avec leurs propres enfants.
Il regarda alors en direction de l'océan. Il était plutôt en train de réfléchir. Mais son regard passait de vagues en vagues, pendant que son esprit vagabondait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky] Mar 25 Aoû 2009 - 16:35

Je déteste mon père, je le dis tout le temps et sans cesse mais, c'est pourtant vrai. Je le déteste quand il me regarde droit dans les yeux pour me faire culpabiliser, quand il me fait une remarque, je le déteste en permanence & encore plus quand il met mes conneries sur le dos des autres et surtout de Jovan. Je ne pouvais pas supporter qu'il est dit ça, je le voyais très bien avec son regard a faire culpabilisé la terre entière mettre mes fautes sur le dos de mon cousin.

" Laisse tomber, ça change rien." quand mon cousin sortit cette phrase je cru un instant manqué d'air, il était évident que ça change tout ! Il me regarda avant d'ajouter...

" Il s'inquiète c'est normal."

Je me laissais tomber dans le sable tentant de me calmer. J'inspirais profondément et tortillé une mèche de cheveux.

" Bien sûr que si ça change quelque chose ! Il n'a aucunement le droit de te tenir responsables de MES conneries. S'il s'inquiète tant pour moi pourquoi n'a-t-il pas agis au bon moment ? Ma mère comme mon père son deux imbéciles incapable de voir la vérité en face, ils sont clôturés dans leur monde fait de logique et de choses carrées dès que ça ne va pas comme ils veulent, ils sont perdus et c'est toujours la faute des autres. Mais, franchement pour un prof de math et une psy ils ont bien du mal a analysé la situation... J'aimerais qu'ils comprennent que c'est MA faute et uniquement la mienne..."

Ma faute, uniquement de ma faute, ça fait 5 ans que j'essaye de m'en convaincre pourtant à chaque fois que je dis cette phrase les mots sonnent faux. Étalé sur le sable le soleil brûlait ma peau et je me demandais si tout dire à mes parents n'auraient pas été plus simple. Je ne me l'avouerais jamais mais, il m'arrive de regret le choix de leur cacher la vérité pour me protéger de leurs regards, de leur remarques, de tout ce qui au moment-là aurait pu me blesser. Je soupirais, pourquoi je m'énervais toujours quand je parlais de l'un ou de l'autre? Je veux dire de mes parents...

Puis il y avait eu ma fameuse connerie sur le papa Noël. & à nouveau un sujet sensible, du moins pour Jovan, ses parents, à croire qu'il était fait exprès que pour nous deux parlait de nos chers créateurs soit si difficile.

" Ok " fut la seule chose qu'il me répondit avant de regarder l'océan perdu dans ses pensées je suppose.

"Je crois que ma mère veut aller quelques jours à Boston, mais je ne suis pas sûre qu'elle le fasse. J'aimerais tellement en savoir plus pour te donner vraiment de leurs nouvelles..."

Je regardai l'eau, ma mère avait en effet le projet d'aller à boston pour quelque jour, comme d'habitude elle ne le ferait pas. C'était toujours comme ça, elle avait la mère de Jo' au téléphone et elle voulait se rendre a Boston mais, mon père n'était jamais très chaud pour quitter sa petite ville adorée au final ; ma mère laissait tomber cette idée et s'avouait vaincue. C'est la que je trouve que ma mère est vraiment une quiche depuis quant à ton besoin de son mari pour aller à Boston? Une voiture et c'est partis mais, ma mère n'a jamais était très indépendante bien au contraire...

Cette fois je me relevai - à croire que je n'arrive pas à rester en place plus de deux minutes - et je mettais mes pieds dans l'eau avant de pivoter face au regard lointain de Jovan. A l'inverse de moi, Jovan n'avait pas souhaité couper les ponts avec ses parents, moi je ne cherchais que ça. J'aurais vraiment aimé en savoir un peu plus pour donner de vraies nouvelles à Jo' mais ma mère restait muette comme une carpe et ma tante trouverais certainement ça étrange que sa nièce prenne soudainement des nouvelles - quoique culotté comme je peux l'être je pourrais bien osé- et de toutes façons elle trouverait certainement une excuse pour raccrocher genre "mon omelette brûle, désolé". Mais, peut-être quand j'aurais ma voiture je proposerais à ma mère un séjour a Boston - quoique qu'elle ferais certainement une crise cardiaque vu ma façon de conduire- Enfin c'est bien beau tout ça mais en attendant je n'avais aucune nouvelle à apporter à mon cousin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky] Mer 2 Sep 2009 - 16:05

Lorsque Jovan avait dit à la jeune fille que ce n'était pas grave, et qu'après tout, c'était normal puisqu'il s'inquiètait, celle-ci se laissa aller assise sur le sable, et se mit alors à ruminer contre ses parents.
Elle savait très bien que ses conneries ne regardaient qu'elle, et n'étaient que de sa faute à elle. Mais ses parents, voyant sans doute dans leur esprit toujours la petite Sky, parfaite petite fille modèle n'imaginait pas celà de la sorte. C'était tellement plus facile de penser que leur petite fille avait été influencé par son cousn, qui lui avait été dans une maison de redressement. Mais de tout celà, Jovan s'en fichait. Qu'ils pensent ce qu'ils veulent, ça ne l'empêchait pas de vivre.
Depuis déjà un bon moment, Jovan ne demandait rien à personne. Il vivait sa petite vie tranquille, loin de quasiment toute sa famille. La relation avec ses parents avaient tellement dépéri depuis douze ans qu'ils en étaient venus à ne plus se parler. De même, Jovan ne parlait plus à ses grands-parents maternels. Il ne restait de sa famille que son demi-frère Kassian, sa grand-mère Charlize, et sa cousine Sky.

Il jeta un oeil à sa cousine, assise sur le sable qui râlait, criant presque sur le dos de ses propres parents. C'était clair que pour une psy, sa tante n'était pas douée. Elle voyait que sa fille n'allait pas bien, mais ne pouvait pas l'aider. Et puis, son oncle était trop occupé à résoudre de grandes équations pour un jour lever la tête et se rendre compte de l'état de sa progéniture.
Jovan se risqua alors sur une pente dangereuse. Il savait qu'elle n'aimerait sans doute pas entendre ce qu'il allait lui proposer. Mais aux yeux de Jovan, si elle disait tout, ça irait sans doute mieux. Encore qu'il voyait bien son oncle lever un oeil de ses pages de brouillon, et hausser les épaules avant de replonger dans ses maths.
Cependant, Jovan préférait lui proposer.

" Et si.. Je sais que tu ne vas pas aimer, mais.. Si tu leur disais.."


La jeune fille ne l'avait peut-être pas entendu, il n'en savait rien. En tout cas, elle se releva et parla de sa tante. Elle allait aller à Boston. Elle allait aller voir ses propres parents. Il avait beau ne plus leur parler, il pensait souvent à eux. C'est déjà difficile pour un couple de perdre un enfant, mais là, avec cette distance qu'il y avait eu entre eux, c'était comme si maintenant, ils se retrouvaient sans enfant. Comme si Ambra, et Jovan avaient carrément disparus de leur vie. Il y avait bien Kassian, qui maintenant devait combler ce vide. Mais avec toutes ses tournées, ils devaient ne pas se voir souvent.
L'espace d'un instant, Jovan imaginea sa tante descendre de l'avion, et retrouver ses parents. Son regard se retourna vers l'océan. Bon sang, si l'eau n'avait pas emporté sa soeur, aujourd'hui, leurs vies seraient différentes. Avec des "si", on refait le monde, mais n'empêche que ces "si" nous aident, nous permettent de transplaner dans nos rêves, et d'imaginer une autre vie.
Se retournant vers Sky, Jovan revint sur terre, et comprit qu'elle s'en voulait. Elle s'en voulait pour tout. Pour l'histoire avec ses parents. Pour ne pas pouvoir donner de nouvelles à Jovan. POur tout. Et quand on a 17 ans, s'en vouloir pour autant de choses nous rongeait. Du coup, Jovan lui fit un sourire et répondit.

" C'est pas grave! J'essayerais d'en avoir par Kassian."


Kassian..Son demi-frère. Le fils que son père avait eu avant d'épouser sa mère. Un fils qui aujourd'hui était concertiste, et passait son temps aux quatre coins du pays. Ses parents l'avaient de suite acceptés comme leur propre fils lorsqu'il arriva à Boston, quand Jovan avait 12 ans. Kassian en avait 15, et malgré des débuts difficiles, ils s'étaient entendus à merveille.
Les yeux de Jovan se posèrent sur la jeune fille. Un instant après, ce fut lui qui s'installa au sol. Il ne bougerait pas tant que sa cousine ne lui aurait pas dit ce qu'elle comptait faire. Si elle comptait tout dire à ses parents, ou non.

Ses yeux se posèrent de nouveau sur l'océan, et sur les rouleaux d'eau qui attaquaient la plage de sable fin. Quand on regardait de très près ces rouleaux, on avait la tête qui tournait un peu. Alors Jovan détourna les yeux vers sa cousine. Debout, elle était juste à côté de lui. Il aurait beaucoup aimé l'aider. Mais il ne pouvait pas faire grand chose.

HJ/ désolé c'est plus court -_- :D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky]

Revenir en haut Aller en bas
 

La simplicité a Parfois du bon [Jovan&Sky]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Crandon Park Beach & Port of Miami-