AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 with or without you (8) _prv venus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: with or without you (8) _prv venus. Sam 18 Juil 2009 - 12:23


vendredi, dix-huit heures.

    Les gouttes de pluies s’écrasèrent les unes après les autres sur la tombe de Jim Stanford, à l’endroit exact où Joshua, le petit fils de ce dernier, s’était assis deux minutes plus tôt. Le jeune homme posa sa cigarette sur ses lèvres et tira un long moment dessus. Il coula un bref regard vers le ciel, s’assurant que le temps ne tournera pas bientôt à l’orage. Il pouvait supporter un moment la pluie, ce n’était pas quelque chose qui le dissuaderait de partir. L’orage… c’était différent. Josh était debout, adossé à la tombe de son grand père, son regard châtain perdu dans la contemplation de l’horizon. Un regard vague, ne fixant rien en particulier, perdu dans ses pensées.
    Josh songeait à son père. C’est « drôle » comme quelqu’un que vous méprisez peut hanter vos pensées à ce point. Il avait beau faire comme si les paroles assassines de son paternel ne l’atteignaient pas, il ne pouvait s’empêcher d’y repenser après coup. En faite, elles résonnaient sans cesse dans sa tête, comme un écho qui ne s’arrêterait jamais. Néanmoins, elles ne le feront pas culpabiliser, oh que non. Le jeune homme était persuadé de ne strictement rien avoir à se reprocher ; il jetait entièrement la faute sur son père. Pourtant, il ne pouvait s’empêcher d’y penser. Il allait finir pas y croire, admettre qu’il était un incapable, une honte pour sa famille…

      « Non ! » cria-t-il soudainement, sans qu’il puisse se retenir.

    Josh se redressa. D’un geste las, il passa sa main dans ses cheveux et tira une nouvelle fois sur sa cigarette. Il fronça les sourcils. Son crétin de père ne le ferait pas oublier qui il était ! Chaque jour qu’il passait, il le méprisait encore plus. Pour tout ce qu’il disait, pour tout ce qu’il faisait… et pour tout ce qu’il n’avait pas fait. S’occuper de son fils, par exemple. Joshua lança un regard noir à la tombe à côté de lui. Inutile, il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui réponde, bien entendu. C’était devenu un reflexe quand il songeait à son père. Il s’énervait, fronçait les sourcils, ses yeux s’assombrissaient. C’était le seul qui arrivait à le faire sortir de ses gongs de cette manière. Josh était d’ordinaire si calme, son ton était toujours posé, cassant. Il contrôlait toujours la situation, toujours.

    Il se rapprocha de la tombe de son grand-père. Jim était décédé quand le jeune garçon avait 14 ans. Sa mort l’avait profondément marqué et attristé d’autant plus que les deux hommes s’entendaient à merveille. Lui avait confiance en Josh, en son avenir. Il répétait souvent qu’il était encore jeune et qu’il devait profiter de sa vie, le travail c’était pour plus tard. Tout le contraire du discours de son père. Mais est-ce que Jim serait toujours aussi fier de son petit-fils désormais ? Depuis ses 14 ans, Josh avait énormément changé. A 14 ans, c’était encore un gentil garçon…
    Pourquoi Josh s’était retrouvé ici ? La première raison n’était pas qu’il était venu pour pleurer sur la tombe de son grand-père ou encore pour se plaindre de son paternel. Il venait pour se retrouver seul avec ses pensées, pour fumer tranquillement et réfléchir. Mais finalement, la plupart du temps, il ne savait pas exactement pourquoi il venait ici, dans un cimetière, certainement l’endroit le plus glauque dans un quartier aussi chic qu'Ocean Grove.


HJ : c'est pas terrible, comme tous mes débuts de topics, désolée ^^


Dernière édition par Joshua Stanford le Dim 19 Juil 2009 - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Sam 18 Juil 2009 - 13:00

    Il y a des lieux que certains détestent alors que d’autres les adorent. J’avais compris cela depuis un petit bout de temps mais surtout depuis la fin de mon adolescence. C’est à cette période que les relations avec mon père se sont le plus détériorer et je n’ai trouvé comme échappatoire qu’un lieu que la plupart considérait comme glauque. La première fois que j’étais venue ici, c’était surtout à cause d’une fin de soirée. Ce soir là, j’étais tombée sur un type plutôt bizarre et son trip était les cimetières. J’ai bien bu une bouteille de vodka entière ici mais surtout j’avais perdu mon collier que m’avais offert ma grand-mère. Je l’avais donc cherché pendant toute une après midi et heureusement pour moi sans doute je l’avais retrouvée exactement sur la tombe d’un certain Jim Stanford. Ce qui me surprenais le plus la dedans c’était son nom de famille, le même que Josh et en regardant bien la photo, j’y trouvais un air de ressemblance avec lui. Depuis ce jour, lorsque j’ai besoin de décompresser, je viens ici, je m’y s’en bien et puis, je me dis que grand-père Stanford ne dira pas toute les bêtises que je fais, du moins quand je devais encore les cacher à mes parents.

    Si j’étais ici, aujourd’hui c’est que j’avais besoin de décompresser, j’avais passé une mauvaise fin de soirée. J’avais encore trop exagéré et puis malheureusement, j’étais tombée sur un pauvre type comme il en existe beaucoup sur cette terre. Imaginez, une soirée avec un gars dont la seule conversation un peu censée qu’il sache dire c’est sur lui-même. Tout ce qu’il y a de plus ennuyant et puis il avait été si mauvais au lit, au moins, je savais pour les prochaines fois, ne jamais plus coucher avec un mec trop imbus de lui-même. Il pleuvait, comme il avait rarement plu, les gouttes étaient fortes et continues mais je m’en moquais un peu. Souvent j’agissais sous l’impulsion et cette impulsion m’avait dit de venir ici plutôt que de rentrer à l’appartement. Pourquoi ? Et bien parce que je sentais que j’allais encore avoir droit à une dispute avec mon cher colocataire. Il y avait certaines fois où je savais à l’avance la façon dont il réagirait. Et puis, je n’avais pas fait la vaisselle hier soir, il allait sans doute avoir des envies de meurtres. Enfin j’étais venue ici pour avoir ce calme tant voulu et pour fumer un peu près de grand-père Stanford.

    J’avançais tout doucement et ma tenue n’était comment dire pas des plus adaptés, sans doute parce que je ne m’étais pas changée depuis hier soir, je n’étais pas rentrée chez moi. Je portais toujours la même robe rouge et surtout je n’avais même pas de manteau mais tant pis. Si j’étais malade, je ne devrais en vouloir qu’à moi et si je ne l’étais pas et bien tant mieux pour moi. Je tirais une cigarette de mon paquet et de l’autre main prenait le briquet. Première fumée et déjà cette sensation d’aller mieux, de voir tous les problèmes que l’on peut avoir s’envoler. Cette sensation me faisait tellement de bien. J’étais consciente que chaque cigarette m’enlevait une minute de vie mais je m’en moquais tout ce qui comptait c’était le plaisir et cette ivresse qui me prenait à chaque fois. J’avais 13 ans quand mes lèvres touchèrent ma première cigarette et depuis, je n’ai pas arrêté.

    Tout à coup, un cri, un non prononcer avec tant de rage que j’en ai peur. Et s’il y avait un fou dangereux ? Je regarde un peu trop de film d’horreur sans doute en tout cas ce bruit devait bien provenir de quelque part. J’avance doucement, tendrement, je ne suis pas stupide mais il faudrait plus qu’un bruit pour me faire partir. Je me retrouve face à lui, celui qui avait prononcé ce non. Je le regarde, je m’approches doucement et je sens comme un malaise chez lui, quelque chose qu’il cache, qui lui fait mal. Aujourd’hui je pensais que nous allions nous disputer mais le voir mouiller, comme cela, sous la pluie ne me donne nullement l’envie de me disputer avec lui. Je m’approches encore davantage, il n’a pas l’air dans un état second.

      « Josh, ça va ? Pourquoi as-tu crié ? Et tu sais que c’est dangereux pour la santé de fumé et de sortir sans parapluie sous la pluie, remarque dans ses deux domaines je te bas mon cher. »


    Ne rien laisser paraître, toujours être la même aucune émotion ne doit filtrer, aucun différence dans ma voix. Montrer ses émotions c’est être faible ce qui n’est absolument pas mon cas. Je posais mon regard dans le sien et une nuit me revenait en mémoire, la notre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Sam 18 Juil 2009 - 16:02

    Elle était là. L’avait-elle suivi ? Non, ce n’était pas son genre. Elle était toujours là. Divine, comme d’ordinaire, même sous la pluie, malgré le vent qui lui ébouriffait et lui emmêlait sa sublime chevelure châtain. Josh leva doucement le regard vers elle pour la contempler un instant. Il ne s’en laissait pas, il la connaissait depuis tellement longtemps. C’est drôle comme il avait l’impression de la connaitre depuis toujours. Il avait tout fait avec elle. Tout apprit, tout vécu. Elle lui ressemblait tellement. Un large sourire fendit le visage du jeune homme ; Sans la quitter des yeux un instant, il attira sa cigarette à sa bouche et tira à nouveau dessus. Il rejeta la fumée, en soufflant lentement, un sourire taquin apparaissant sur ses lèvres. Il ne se gêna pas pour la dévisager, de haut en bas- il fallait être aveugle pour ne pas remarquer à quel point elle était attirante. Venus. Il pouvait avoir toutes les filles qu’il voulait, toutes, mais il fallait qu’il désire celle qu’il n’obtiendrait jamais. Ou…
    La dernière nuit qu’ils avaient passée ensemble remontait à cinq ans. C’était bien la dernière, mais également la seule, l’unique. A l’époque, Josh était encore un gamin, et pourtant. (…) Depuis, il ne c’était rien passé, du moins pas comme le jeune garçon l’aurait voulu. Non pas que Venus l’ai rejeté, c’était bien plus complexe que cela. Ils ne semblaient pas fait pour être amants, pas à la manière de Josh en tout cas. Il ne voulait pas la voir souffrir et cela semblait réciproque ; ils ne pouvaient pas s’aimer, pas de cette manière. L’infidélité des deux jeunes gens les aurait poussés à leur perte. Pourtant, depuis ce jour d’avril 2004, ils ne se sont jamais quittés. Leur relation est –et restera- indéfinissable, unique.
    Venus s’approcha lentement. Josh la regarda faire ; tout en l’observant il fumait tranquillement. Il s’attendait à ce qu’elle parle, qu’elle agisse. Pour une fois, il donnait à son interlocuteur l’occasion de diriger la conversation. C’était rare et Venus était bien la seule chanceuse à qui il permettait cela.

      Venus – Josh, ça va ? Pourquoi as-tu crié ?

    Elle l’avait donc entendu ? Josh se raidit légèrement, ce n’est pas ce qu’il aurait voulu. Sans rien dire, il tira une nouvelle fois sur sa cigarette, pas très fier de lui. Pourquoi fallait-il qu’il se comporte comme un imbécile à chaque fois qu’elle était dans les parages ? Bordel…

      Venus – Tu sais que c’est dangereux pour la santé de fumer et de sortir sans parapluie sous la pluie, remarque dans ses deux domaines je te bas mon cher.
      Josh – Tu ne devrais pas en être fière.

    Josh n’était pas vraiment bavard. Il pesait ses mots, il les choisissait un par un, à la perfection. Il avait volontairement ignoré ses deux premières questions ; Il s’était déjà assez plain de son père auprès d’elle, il ne voulait pas en rajouter d’avantage. Et puis, tout allez bien pour lui, non ?
    Il tira une dernière fois sur sa cigarette avant de l’écraser sur la tombe de son grand-père et de la jeter non loin. Il ne profanait pas volontairement sa tombe, cela ressemblait plus à de l'ignorance. Il reposa à nouveau son regard sur la jeune femme, toujours aussi sûr de lui.

      Josh – En tout cas, c’est très gentil de venir me tenir compagnie.


Dernière édition par Joshua Stanford le Dim 19 Juil 2009 - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Sam 18 Juil 2009 - 18:45

    Je le regardais droit dans les yeux comme je le faisais la plupart du temps. Je n’étais pas le genre de fille à baisser les yeux devant les gens, non, j’avais remarqué que leur tenir tête, voilà la meilleure des solutions. Il était mouillé mais cela n’enlevait rien à son charme. Et oui, il était charmant mon colocataire. A nous deux, nous formions un drôle de duo, se chamailler pour des broutilles, ramener des gens qui ne seront que de passage dans notre maison. Au final, ils ne restent toujours que nous deux, car les gens partent, jamais aucun ne reste. Deux grands célibataires qui s’entendent aussi bien qu’ils se détestent. Voilà ce qu’il y avait une relation, étrange, complexe, impossible à décrire. Joshua a été le premier, c’est sans doute tout ce qu’il y a eut entre nous. Nous n’avons été qu’une première fois, deux personnes se laissant aller à leurs envies. Certains qualifieraient notre relation d’ex. d’un soir mais c’est différent. Je ne peux pas dire que nous sommes amis et je ne peux pas dire que nous sommes amants. C’est compliqué, trop compliqué. Il y a des jours où je le regarde et où je ne peux m’empêcher de sourire, de le trouver beau. Il y a des soirs, ceux où l’on ne sort avec personne, ceux qui ne se finissent pas en coucheries, des soirées rares certes mais tellement bon. La seule que l’on fait, c’est loué un film et le regarder. Pendant ses soirs c’est comme si le monde n’était qu’à nous. Je me trouve dans ses bras et je m’y sens bien malheureusement bien. J’essayais de me reconcentrer sur son regard et d’arrêter de penser à lui. Jamais il ne saurait ce que je ressens du moins tout ce que je pense de lui. Jamais au grand jamais il ne devrait savoir que je repense à cette nuit en me demandant s’il pourrait y en avoir d’autre car de toute façon ça ne servirait à rien. La vie peut être étrange parfois je ne supporte pas l’amour mais pourtant il y a quelque chose chez lui qui me dit qu’une nuit ça ne suffirait pas mais je ne peux donner plus. Je suis une fleur sauvage qu’on ne cueille pas. Je suis unique et cela ne changera jamais.

    Je le regardais perplexe, je me demandais vraiment pourquoi il avait crié ? Est-ce que j’étais inquiète pour lui ? Je n’en savais rien une chose était pourtant sûre c’est que je n’aimais pas ce qui c’était passer. Oh que non. Je me demandais vraiment pourquoi il s’était mis à crier. S’il y a bien une chose qui était sûr avec Josh c’est qu’il ne parlait pas de ses problèmes, il était comme moi sur ce point. Je l’écoutais parler tout en ne pouvant m’empêcher de me dire que je voulais des réponses et qu’il n’y échapperait pas. J’étais vraiment têtue et son silence ne faisait que renforcer mon envie de savoir.

    « Que veux-tu. Je ne suis pas comme tout le monde et je suis fière de mes bêtises, en tout cas, ce n’est pas moi qui à 14 ans c’est ridiculiser devant une belle jeune fille ne sachant pas fumer mais pourtant en affirmant le contraire. Et pourquoi criais-tu, je te préviens que je ne te laisserais pas tranquille tant que je n’aurais pas la réponse à cette question et tu sais que je suis têtue. »

    Je le regardais et j’étais sur qu’il avait compris tout ce que je lui avais dit. Surtout que je lui remettais en mémoire la nuit que nous avions passée ensemble, je n’avais jamais su si cela avait été un bon souvenir pour lui. En fait nous n’avions jamais parlé de cette nuit aussi bizarre que cela puisse paraître. Je n’avais pas envie de parler de cette nuit du moins si c’est moi qui devais commencer. Je le regardais écraser sa cigarette sur la tombe de Jim et lorsqu’il posa sa question et bien je ne pu m’empêcher de rire. Sans doute parce je n’étais pas venu pour lui mais j’espérais qu’il ne prenne pas trop mal ce que je m’apprêtais à lui dire.

    « Désolé de t’enlever tous tes espoirs mais ce n’est pas toi que je suis venue voir. Au contraire je pensais que tu étais chez nous. C’est ton grand-père que je suis venu voir. »

    Je le regardais, tout en ne pouvant m’empêcher de sourire et puis notre paris me revint en tête et je ne pu m’empêcher de jouer comme à mon habitude. Comment et bien tout simplement en m’approchant un peu plus de lui. En effet, je mettais doucement ma main sur sa joue, il devait craquer, avant moi je voulais gagner ce paris. Mais au fond est-ce que ce n’était qu’un paris, est-ce que le faire craquer ne voulait pas dire autre chose ? Je me mis à frissonner, sans doute parce que j’étais toute mouillée et qu’en plus je ne portais qu’une petite robe sans rien au-dessus. Je m’approchais de son oreille et tout doucement lui disais ses quelques mots.

    « Je t’ai connu beaucoup plus bavard mon cher. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Dim 19 Juil 2009 - 1:55

« Love is just a game »

    Il ne pouvait la quitter des yeux, elle ne le lâchait pas du regard. C’est fou comme ils étaient semblables l’un à l’autre. Ils avaient les mêmes réflexes…et les mêmes envies ? Ils étaient vraiment faits pour finir ensemble, non ? Si Josh écoutait ce que ses désirs lui dictaient de faire, il ne resterait pas là à fumer tranquillement et à bavarder. Si Josh écoutait son cœur, ses envies, il aurait déjà pris la femme qui se trouvait devant lui dans ses bras. Il l’aurait attirée délicatement vers lui pour l’embrasser passionnément, comme il l’avait fait la première fois. Mais Josh n’écoutait pas son cœur. Ce dernier lui dictait des sentiments qu’il ne comprenait pas, qu’il n’assumait pas. Le jeune homme ne croyait pas en l’amour, il avait arrêté d’y croire il a bien longtemps de cela. L’amour n’était qu’un jeu… Alors, il marchait aveuglément, sans écouter rien ni personne. Il n’était pas sûr de faire les bons choix mais il craignait de n’avoir aucune autre solution. Il ne voyait qu’une seule issue, et même si ce n’était pas celle qu’il aurait choisit volontairement, il n’avait pas le choix. Nous n’avons pas toujours le choix, le problème était bien là.
    Josh était trempé. Les gouttelettes de pluies dégoulinaient non seulement sur son visage mais aussi sur ses habits. Il ne pleuvait pas tellement fort, mais depuis un moment. Encore une fois, ce n’est pas ce qui arrêtera le jeune garçon ; Rien ne pouvait l’arrêter. De toute manière, la pluie cesserait bien tôt ou tard. Il n’était pas le seul d’ailleurs, la jeune femme était également bien rincée. Venus le surprendra toujours ; nombreuses filles seraient déjà parties en voyant arriver la pluie, mais pas elle. C’est ce qui la rendit si spéciale, si unique. Il fallait se méfier des apparences, Venus le prouvait bien assez. Elle avait un caractère très fort, bien trempé, elle était loin d’être une midinette. Et pourtant avec son physique de ravageur, on avait bien du mal à y croire. Cette pensée le fit sourire. Josh ne pouvait détacher son regard du sien. La jeune femme le regardait néanmoins d’un air perplexe, ce qui le fit douter. Pourquoi fallait-il qu’elle s’inquiète pour lui, cette fois-ci ? Ne pouvait-elle pas se contenter d’être ici, avec Josh ? Pourquoi voulait-elle absolument connaitre la vérité ? La vérité n’était pas toujours bonne à entendre. Venus restait fidèle à elle-même : obstinée et têtue ; le silence du jeune homme ne faisait que renforcer son envie d’en apprendre plus.

      Venus – Que veux-tu. Je ne suis pas comme tout le monde et je suis fière de mes bêtises, en tout cas, ce n’est pas moi qui à 14 ans s’est ridiculisé devant une belle jeune fille ne sachant pas fumer mais pourtant en affirmant le contraire.
      Josh – Tu sais te montrer déconcertante par moment. A 14 ans je n’avais aucune expérience… Ça a bien changé depuis.

    Elle s’en souvenait donc encore ? Josh avait voulu à tout prix effacer ce moment de son esprit, il avait toujours fait comme si jamais il ne s’était produit. Même si c’était un gamin à l’époque, il en avait gardé une honte infime mais bien réelle. Mais pourquoi en arrivait-elle à parlé de cela ? Est-ce que cette soirée hantait son esprit, à elle aussi ? Pour lui, c’était impossible. Il n’était même plus persuadé d’avoir apprécié cette soirée. Il le pensait, toutefois… il avait tant fait pour l’oublier qu’elle lui semblait presque irréelle.

      Venus– Et pourquoi criais-tu, je te préviens que je ne te laisserais pas tranquille tant que je n’aurais pas la réponse à cette question et tu sais que je suis têtue.
      Josh – A cause de mon père. Rien que penser à ce salaud me met dans tous mes états. Mais ce n’est rien, passons…

    Elle voulait la vérité, elle l’avait. Josh la connaissait trop bien pour savoir qu’elle n’aurait pas laissé tomber. Elle savait se montrer tenace… Alors, il avait répondu en toute honnêteté. Ce n’était rien, pas plus que toutes les autres fois où il s’était embrouillé avec son père. Il n’y avait rien à tirer, rien à ajouter, leurs disputes étaient inévitables. Ça s’arrêtait à là.
    Quand Josh écrasa sa cigarette sur la tombe de son grand-père la jeune femme se mit à rire, ce qui l’alerta.

      Venus – Désolé de t’enlever tous tes espoirs mais ce n’est pas toi que je suis venue voir. Au contraire je pensais que tu étais chez nous. C’est ton grand-père que je suis venu voir.
      Josh – Jim ? Je savais déjà qu’il avait du succès auprès des femmes mais ce bon vieux Jim me surprendra toujours, même 7 ans après sa mort.

    Un sourire fendit le visage du jeune homme. Sur ce point là, ils se ressemblaient également. Ils avaient tous les deux une très bonne répartie.
    Venus se rapprocha soudainement du jeune homme, ce qui le surprit. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle réagisse de cette manière. Il la regarda faire, un sourire taquin se dessinant sur ses lèvres. C’était sans doute un jeu, leur jeu, mais si elle désirait qu’il rentre dedans, elle n’allait pas être déçue ; Et ça pourrait aller très loin… La jeune femme glissa doucement sa main sur sa joue, puis frissonna inconsciemment. La pluie n’avait pas que des avantages. Venus s’approcha doucement du visage de Josh et lui susurra à l’oreille.

      Venus – Je t’ai connu beaucoup plus bavard mon cher.

    “Mieux vaut ne rien dire que dire de travers” songea Josh, un faible sourire aux lèvres. Il la sentit frémir, alors il la serra légèrement contre lui. Elle ne portait qu’une courte robe et ne devait certainement rien avoir en dessous. Cette pensée le fit sourire.

      Josh – Tu as froid.

    Ce n’était pas une question. Il ne s’attendait même pas à ce qu’elle lui réponde. Josh remarqua que la pluie avait cessé, mais il faisait tout de même assez frai. Il retira son pull et l’enroula autour de la jeune femme. Il ne s’était pas reculé pour autant.


Dernière édition par Joshua Stanford le Dim 19 Juil 2009 - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Dim 19 Juil 2009 - 13:53

    On allait sans doute crever du moins, nous étions fous, pas mal de monde ne serait pas sortit dehors par ce temps. Mais, j’avais déjà remarqué que nous n’étions pas n’importe qui. Par exemple, vous connaissez beaucoup de personnes assez folles pour faire le paris stupide de faire craquer l’autre ? Non et bien moi non plus. Et puis qui aurait l’idée d’être colocataire avec quelqu’un qui ramène des filles si souvent à la maison. Enfin sur ce point là nous étions tous les deux pareils, aucun de nous deux n’avaient de relations dites sérieuses. Le pire c’était sans doute Josh car il prenait une petite amie mais en même temps se trouvait tout un tas de maîtresse. Moi, c’était différent, je ne sortais avec personne en particulier, je n’avais jamais eut de petit ami et pour l’instant, je n’avais aucune envie que cela change. Sans doute parce que ce changement annoncerait la fin de ma vie. Je voyais l’engagement comme la pire des choses, un acte horrible qui n’apportait que malheur. Certains peuvent dirent que c’est la faute de leurs parents, qu’ils se trompaient tout le temps. Malheureusement ce n’est pas mon cas, mes parents étaient heureux et amoureux mais je ne me voyais pas vivre comme eux.

    Je ne pouvais m’empêcher de sourire en présence de Joshua, cela en devenait même idiot. Je me persuadais toujours qu’il n’avait rien de différent des autres, il avait été le premier et c’était tout. Pourtant j’avais toujours eut envie de savoir s’il avait aimé. Il faut dire que je ne lui avais pas vraiment laissé le temps de le dire. A peine avion-nous finis, que j’étais déjà en train de me rhabiller. Pour ma défense nos parents pouvaient rentrer à tout moment. Enfin je n’aurais sans doute jamais de réponse à cette question. Il me fit sourire lorsqu’il me parla de sa non-expérience à 14 ans. C’est sur qu’à cette époque fumé ce n’était pas son point fort. Enfin tout le monde doit avoir ses premières fois et je suis un peu contente de lui avoir apprit à fumer comme un homme. Je me mis à rire en entendant sa réponse.

    « Je sais mon petit Joshi mais ne me fait pas croire que tu n’aimes pas cela car je ne te croirais pas. C’est sur qu’au niveau cigarette, je peux vérifier à l’instant que tu es devenu un expert ou du moins tu m’as un peu rattrapé mais juste un peu. Pour ce qui est de l’alcool je pense que tu as fait de même par contre pour la dernière chose. Je ne serais dire puisque je n’ai jamais plus essayé avec toi. Remarque sur ce dernier domaine, tu n’es pas le seul qui a acquis pas mal d’expérience. »

    Venait-on tous les deux d’affirmer que c’était notre première fois ? Je le crois bien. En tout cas je m’étais toujours posé cette question, est-ce que c’était sa première fois. J’avais toujours eut bien du mal à penser qu’oui. Sans doute parce que je m’imaginais que Josh était un vilain garçon. C’est vrai qu’à l’époque, la personne de nous deux qui était la plus dévergondée c’était moi. Je reprit mon air perplexe en attendant sa réponse, il savait que je ne lâcherais pas le morceau et je n’aimais pas le voir mal. Et oui, une des seules personnes pour qui je pouvais m’inquiéter c’était Josh, dans mon esprit ce n’était absolument pas une bonne chose. Je l’entendais parler de son père et ne pu m’empêcher de me demander pourquoi les pères nous mettent tous dans des états impossibles ? Cela me fit aussi m’interroger sur le mien dont je n’avais pas beaucoup de nouvelles. Il faut dire qu’on s’était quitté assez violemment, c’est sans doute pour cela que j’avais tant insisté pour vivre avec Josh. Je voulais quitter au plus vite mes parents mais vivre seules dans une grande maison, cela peut-être assez embêtant même si la colocation n’a pas que des qualités je l’avoue. Je crois que je ne l’échangerais pour rien au monde.

    « Alors ne penses pas à lui Josh, tu sais très bien que tout ce qu’il peut penser de toi est faux, essaye de penser à n’importe qui d’autres concentre-toi sur quelqu’un que tu apprécie mais ne pense pas à lui. Te voir dans cet état lui procurerait trop de bien et lui fait plaisir ce n’est pas ce que tu veux, tu le sais aussi bien que moi. »

    J’avais été trop gentille c’était mon pire défaut du moins avec lui. Il y avait des moments où je ne pouvais m’empêcher de le prendre dans mes bras mais pas pour l’objet du paris alors je laissais taire mes envies qui étaient trop émotives et les émotions étaient proscrites car elles amenaient le malheur et la peine. Je regardais la tombe de son grand-père et je ne pouvais m’empêcher de me dire qu’ils se ressemblaient pas mal. J’aurais bien aimer connaître son grand-père, ça avait du être un sacré gars et Josh avait sans doute tout hérité de lui car lorsqu’on voit son père, je ne vois rien de Josh en lui. J’espère au moins, qu’il ne deviendra jamais comme son père, autant le tuer de mes propres mains.

    « Bah oui Jim, je crois bien que c’est sa tombe. Il est vrai que je ne t’avais jamais dit que je venais souvent ici près de Jim cela fait 3 ans maintenant que moi et Jim entretenons une relation très sérieuses. Il a été pendant toute la fin de mon adolescence le témoin de pas mal de mes conneries. Et puis je suis sûr qu’il devait avoir pleins de succès avec les filles. Vous vous ressemblez tellement que sur ce côté-là il devait aussi être un chaud lapin. »

    Il fallait jouer, c’était une priorité, c’était un peu le moyen que j’avais trouvé pour ne pas montrer qu’il était peut-être différent des autres. L’amour n’était qu’un jeu, pas une chose bien, il fallait juste s’amuser mais surtout ne jamais y tomber. Je savais qu’il avait comprit grâce à mon sourire ce qui était en train de se tramer et d’un côté, cela ne me dérangeait pas. Jouer toute seule était une chose que je détestais et l’on était tous les deux très doués dans ce jeu. Le principe était simple faire craque l’autre avant de craquer mais le réussir n’était pas une tache facile. Ni lui ni moins ne voulions rater et c’est sans doute pour cela qu’il n’y avait toujours pas de gagnant. Jouer avec Joshua c’était un peu jouer avec un égal et faire craquer quelqu’un comme vous est cent fois plus difficile que de faire craquer quelqu’un de faible. J’avais lancé la première attaque je n’attendais qu’une seule chose qu’il me réponde. Lorsqu’il le fit, je fis une drôle de tête, sans doute parce que je ne m’attendais pas du tout à ce genre de geste enfin si mais c’était surtout les paroles qui l’accompagnaient qui me faisait un effet bizarre. C’était comme si Josh était attentionnée, qu’il faisait attention à moi et j’étais sûre que cela n’avait rien à voir avec le paris alors qu’est ce que ça pouvait être ? J’enlevais cette pensée de mon esprit et je frémis de plus belle. Cette fois-ci ce n’était pas seulement à cause du froid mais surtout d’être aussi près de lui et dans ses bras sans doute. Il mit son pull autour de mes épaules et je souris. Je ne savais pas vraiment quoi lui répondre, sans doute parce qu’il m’avait coupé toutes paroles devant un tel acte.

    « Merci, mais maintenant c’est toi qui va avoir froid non ? »

    Je m’enlevais de lui deux secondes, j’enfilais son pull et en le mettant, je sentis son odeur, sa si bonne odeur. Je m’approchais à nouveau de lui et pris ses mains pour qu’ils les passent derrière moi. Nous étions proches, peut-être un peu de trop mais c’est cela le jeu, faire craquer l’autre mais n’est-ce qu’un jeu ?
[list][*]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Dim 19 Juil 2009 - 18:43

“'Cause you give me something
That makes me scared, alright,
This could be nothing
But I'm willing to give it a try,
Please give me something
'Cause someday I might know my heart.

James Morrison - give me something


    Venus ne pouvait s’empêcher de sourire en la présence du jeune homme, ça en devenait presque déconcertant. Ils se rapprochaient physiquement de plus en plus mais ce n’était pas quelque chose d’inhabituel, en réalité, ils étaient très souvent serrés l’un contre l’autre. Encore une fois, c’était étrange. Venus semblait se sentir si bien dans les bras du jeune homme, et c’était si agréable de sentir la présence de la jeune femme pour Josh. Ca aurait pu paraitre romantique, mais ça ne l’était pas. Pas pour Josh, il refusait d’être romantique. Le romantisme n’était pas fait pour lui. Il la serrait dans ses bras tout naturellement, comme il en avait l’habitude. Non pas comme deux amants, pas encore. (…) Josh l’écouta attentivement parlé, un léger sourire aux lèvres. Il l’observait, silencieusement. Elle mentionna la cigarette, qu’il ne l’avait pas encore rattrapé soi-disant, le jeune homme voulu répliquer mais elle le devança. Alors, il la laissa continuer. C’était bien la seule à qui il permettait cela, s’avouait-il amèrement. « Par contre pour la dernière chose. Je ne serais dire puisque je n’ai jamais plus essayé avec toi. » Qu’essayait-elle de lui faire comprendre ? Inconsciemment, Josh se raidit légèrement sous l’effet de la surprise. Il passa sa main dans ses cheveux, un sourire taquin s’esquissant sur ses lèvres.

      Josh – J’étais déjà très bon à l’époque, tu sais.

    Il lui désigna un clin d’œil, il n’avait pu s’empêcher d’entrer dans son jeu, il prenait vraiment plaisir à cela.
    Elle se mit à lui parler de son père, il se contenta tout d’abord d’acquiescer silencieusement d'un signe de tête. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle revienne sur le sujet.

      Venus – Alors ne penses pas à lui Josh, tu sais très bien que tout ce qu’il peut penser de toi est faux, essaye de penser à n’importe qui d’autres concentre-toi sur quelqu’un que tu apprécies mais ne pense pas à lui.

    Se concentrer sur quelqu’un qu’il appréciait ? Josh songea un instant à Venus mais balaya rapidement cette idée de ses pensées. Penser à la jeune femme n’arrangerait rien, cela ne ferait que compliquer les choses. Il fronça les sourcils, mais il retrouva bientôt son sourire habituel.
    Josh remarqua que Venus jeta à coup d’œil à la tombe de son grand-père, ce qui l’amusa. Elle devait sans doute trouver qu’ils se ressemblaient beaucoup physiquement. Jim n’était pas mort très âgé, à seulement 59 ans. Ils avaient les mêmes traits et surtout, les mêmes yeux. Josh étudia chacune des réactions de la jeune femme. Quand elle reprit la parole, il ne put s’empêcher d’éclater de rire à sa réponse.

      Venus – Il est vrai que je ne t’avais jamais dit que je venais souvent ici près de Jim cela fait 3 ans maintenant que moi et Jim entretenons une relation très sérieuse. Il a été pendant toute la fin de mon adolescence le témoin de pas mal de mes conneries. Et puis je suis sûr qu’il devait avoir pleins de succès avec les filles. Vous vous ressemblez tellement que sur ce côté-là il devait aussi être un chaud lapin.
      Josh – Oh, heureux d’apprendre que mon grand-père est le témoin de tous tes plans culs. Et merci du compliment…, fit-il ironiquement.

    Elle lui avait lancé une première attaque, il lui répondait comme il avait l’habitude de faire, sarcastiquement et sur un ton qu’il contrôlait parfaitement. Rentrer dans son petit jeu n’était pas un problème, il le faisait avec plaisir. Il n’était pas près à craquer et elle non plus, c’était ce qui rendait leur jeu tellement palpitant...

      Venus – Merci, mais maintenant c’est toi qui va avoir froid non ?
      Josh – Je ne me fais pas de soucis pour ça, de toute façon tu es là pour me réchauffer, non ?

    Il lui désigna un sourire taquin. Josh l’observa enfiler son propre pull. Venus glissa ses mains dans celles du jeune homme, et ce dernier en profita pour attirer encore plus la jeune femme vers son torse. Il passa ses bras derrière elle et fit glisser ses mains jusqu’à ses hanches. Pour le moment, il restait raisonnable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Lun 20 Juil 2009 - 13:52

    Le sourire qui parcourait presque en permanence mon visage partit quelque peu. La raison ? La cigarette venait de se finir et dès que je n’en avais plus une dans ma bouche j’étais en manque. On poussait me traiter d’accro sans doute mais au moins la cigarette me faisait du bien, elle permettait à mon esprit d’être détendu de se sentir bien. C’était tellement bizarre d’être dans les bras de Josh, certaines personnes auraient pu penser que nous étions en couple ou que nous passion un moment romantique mais ce n’était pas le cas. Non, la seule raison qui nous poussait à agir ainsi c’était cette histoire de paris. Lequel de nous deux allaient perdre ? Je n’en avais aucune idées, il y avait des fois où j’étais sûre de gagner et d’autres où il m’arrivait même de douter de mes capacités. Une autre chose qui ne me plaisait pas, avec lui, mes capacités étaient amoindries, je me sentais plus faible et cela ne me plaisait pas du tout. Lorsque je me mis à parler de cette nuit, je le vis se raidir comme si je venais de lui dire la pire chose au monde. Avait-il détesté à ce point la nuit que nous avions passée ensemble ? Sa réaction ne me plus guère et l’envie de sourire me quitta peu à peu. Même les paroles qu’il lâcha n’eurent pour effet qu’un léger rire aux coins de mes lèvres. J’étais un peu blessée dans mon amour propre mais je savais que cela ne durerait pas longtemps malheureusement.

    « Tu es sûr ? Du moins pas avec la cigarette, l’alcool n’avait pas l’air d’être ton fort non plus et pour ce qui est du reste, je ne sais pas. Je n’avais aucun point de comparaison à l’époque. J’en ai peut-être trop dit. »

    Sur le coup je n’avais plus très envie de jouer et il a sans doute dû sans rendre compte, j’essayais au plus vite de me remettre dans le jeune ne voulant pas qu’il me trouve différente et surtout qu’il me pose la question fatigue du pourquoi car je n’aurais sans doute aucune réponse à lui donné. Enfin le silence qu’il laissait sur son père n’aidait pas non plus les choses, j’aurais aimé qu’il en parle, qu’il me dise ce qu’il en pensait qu’il réagisse tout simplement. Malheureusement, cela ne semblait pas être le cas. Je voulais l’aider sans vraiment savoir comme y arriver. J’allumais une seconde cigarette, sans doute parce que j’en avais besoin. Je l’allumais et aussitôt je me sentis mieux, je ne pensais plus à cette nuit, je ne pensais plus à rien. La seule chose que je devais faire c’était me concentrer sur Josh ou même sur son grand-père. Allez bon vieux Jim donne moi un coup de main j’en ai besoin, terriblement besoin. Je l’entendis rire face à mes paroles et je ne pu m’empêcher de faire de même lorsqu’il se mit à parler. Comme si j’avais coucher sur la tombe de son grand-père ? Je faisais ma tête choquée car je voulais qu’il pense que je lui en voulait pourtant je ne pu m’empêcher de me mettre à rire après quelques secondes.

    « Josh tu me déçois beaucoup tu sais. Comme si j’étais capable de coucher sur la tombe de ton grand-père ! Je sais que je ne suis pas une enfant de cœur mais de là à coucher sur la tombe de Jim tu as vraiment une très mauvaise estime de moi. En plus je te fais des compliments et tu me remercie comme cela. Tu devrais avoir honte et bien pour ta peine tu ne sera pas tout ce que j’ai dit à ton grand-père. Il sait beaucoup plus de chose sur moi que tu n’en sauras jamais. Et lui au moins savait parler aux femmes ce qui n’est pas du tout ton cas. »

    Et voilà une autre attaque, il voulait jouer, il allait me trouver mais je pouvais être très méchant quand je le voulais. D’un côté qu’il puisse penser cela de moi me rendait encore plus irritable. Avait-il une si mauvaise image de moi qu’il me considérait ainsi. J’entendis tout à coup sa réponse et ma tête changea quelque peu. Si je n’étais la pour le réchauffer pas vraiment enfin je le laissais penser ce qu’il voulait mais cela me faisait rire. Alors monsieur voulait jouer au plus fort et il devrait savoir qu’à ce jeu-là personne ne peut me battre. Je ne répondis rien du moins pour l’instant. Je me contentais juste de le regarder avec mon regard des plus charmeurs tout en enfilant son pull. Quand j’eus fini, je mis ses miens dans les miennes, je jouais, je voulais qu’il craque, je n’attendais que ça. Il m’attira vers lui, j’avais ma tête à quelques centimètres de son torse dans ce cimetière où nous étions trempés. Je sentis ses mains aller jusqu'à mes hanches. Il était raisonnable peut-être un peu de trop, c’est ce qui le conduirait sans doute à perdre, j’étais la gagnante celle qui pouvait aller le plus loin. Mes mains étaient libres et doucement je les fis glisser sous son t-shirt où elle touchait chaque parcelle de son torse. Je m’approchais encore plus dangereusement de lui pour lui glisser de ma voix la plus séductrice quelques petits mots.

    « Et maintenant, ça va mieux, tu as plus chaud Joshi sinon je peux continuer tu sais. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Lun 20 Juil 2009 - 23:15

    Josh surprit la jeune femme allumer une nouvelle cigarette. Si son père trouvait qu’il fumait énormément, ce n’était rien comparé à Venus. Cette dernière fumait clope sur clope, dès qu’elle en avait finit une elle en reprenait une autre. Josh avait écrasé la sienne il y a quelques minutes sur la tombe de son grand-père Jim, et il n’était pas encore en manque pour autant, bien heureusement. Elle devait vraiment mettre une fortune dans l’achat de cigarettes. Le jeune homme remarqua également que le sourire de Venus avait peu à peu diminué - l’avait-il blessé sur l’une de ses paroles ? Il ne voyait vraiment pas quand il aurait put l’offenser, à vrai dire il n’était pas quelqu’un de très attentionné. Mêmes les paroles qu’il avait lâché, amusé, quelques secondes auparavant n’avait pour effet qu’un léger sourire de la part de la jeune femme. Josh ne put s’empêcher de se poser des questions, toutefois il préféra les garder pour lui. Le fait qu’elle paraissait contrariée sur quelque chose qu’il ignorait complètement le perturbait. Qu’avait-il put bien dire de mal ? Il fronça les sourcils, perplexe. Quand elle lui répondit, il ne put néanmoins s’empêcher d’afficher un sourire taquin. Elle n’avait aucun point de comparaison à l’époque ? Cela signifiait alors que c’était sa première fois à elle aussi ? Un sentiment de fierté lui traversa l’esprit.
    Venus parut choquée quand le jeune homme avança de tels propos –qu’elle avait déjà couché sur la tombé de JIM- mais elle ne resta pas longtemps dans cet état ; il se déroula à peine quelques secondes avant qu’elle éclate de rire. Josh sembla rassuré qu’elle ne le prenne pas mal – de toute façon ce n’était pas son genre, pourquoi ferait-elle exception aujourd’hui ?

      Venus – Je sais que je ne suis pas une enfant de cœur mais de là à coucher sur la tombe de Jim tu as vraiment une très mauvaise estime de moi. (…) Tu devrais avoir honte et bien pour ta peine tu ne seras pas tout ce que j’ai dit à ton grand-père. Il sait beaucoup plus de chose sur moi que tu n’en sauras jamais. Et lui au moins savait parler aux femmes ce qui n’est pas du tout ton cas.
      Josh – COME ON Venus, tu sais parfaitement que je te connais par cœur, on peut difficilement faire mieux, même pour un Don Juan comme papi Stanford. Mais je serais curieux de savoir ce que t’entends par là ; est-ce que tu me cacherais des choses ? Et tu sais, moi je le prendrais comme un compliment, il faut être sacrément courageux pour oser coucher sur la tombe de quelqu’un dans un endroit aussi glauque. Je devrais essayer, un de ces jours...

    Il lui désigna un clin d’œil, taquin. C’était repartit pour leur éternel jeu entre eux deux. (…)
    Venus lui lança un regard séducteur tout en enfilant son pull. Il l’observa faire, sans rien dire, mais il ne pouvait se montrer indifférent à son regard. Quand il l’attira vers lui après qu’elle est glissée ses mains dans les siennes, elle passa également ses mains sous son tee-shirt pour caresser son torse. Ceci le fit décrocher un nouveau sourire, et il ne put s’empêcher de frissonner en sentant ses mains sur son corps ; pourtant, il avait plus chaud que froid désormais (aa). Il plongea son regard dans le sien.

      Venus – Et maintenant, ça va mieux, tu as plus chaud Joshi sinon je peux continuer tu sais.
      Josh – Continue. Mes lèvres sont glacées, tu sais.

    Suivant ses paroles, il approcha doucement ses lèvres de celles de la jeune femme, elles se frôlèrent presque. Un sourire triomphant fendit son visage. Il retira ses mains des hanches de Venus et les fit glisser, une dans le coup de la jeune femme et l'autre sur sa joue. Il attira délicatement son visage vers le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Mar 21 Juil 2009 - 11:36

    Une nouvelle bouffée, tout ce qui pouvait me faire oublier ce que je pouvais ressentir. Il fallait laisser tous ses sentiments enfuient mais cela était de temps en temps plus facile à dire qu’à faire. Si j’avais eut une bouteille d’alcool à l’instant même, je l’aurais vidée. L’ivresse est mon amie, elle enlève tout souvenir, me rend meilleur plus fort. Je le regardais même si j’essayais de ne rien montrer, plus dure à faire qu’à dire. En effet, il semblait que Joshua ait remarqué ma colère ou du moins mon non-contentement face à ses paroles. Je ne parlais pas, pour une fois je lui laissais le soin de faire la parole, de reprendre le jeu, pour l’instant l’envie n’y était guère. J’avais lâcher des informations que certains auraient pu voir, que certains auraient compris mais nous étions pareils et à cet instant cela n’était en aucun cas un avantage. Je l’écoutais parler de son grand-père et surtout me dire que j’étais du genre à coucher sur des tombes, une chose était sur c’est que jamais rien ne l’arrêtait. Goth avait quand même un certain talent pour me faire rire surtout quand il partait dans des idées plus que douteuses. Pour l’instant c’était un peu le cas puisqu’il parfait de coucher sur la tombe de son grand-père. Il est et restera sans doute toujours le même fou qu’autrefois. Je me demande ce qui a fait que ce soir là, on en a eu envie, qu’on a décidé de le faire. J’espérais au moins qu’il réponse à cette question qui embuait chaque fois mon esprit, est-ce que c’était sa première fois pour lui aussi ? S’il me connaissait par cœur ? Non je ne crois pas personne ne me connaît vraiment, je suis une énigme pour ce monde et même lui ne saura jamais ce qui se cache derrière cette carapace, tous ses sentiments que l’on peut y entrevoir mais qui ne viendront jamais à la surface.

    « Josh je suis sérieuse, couchez sur la tombe de ton propre grand-père quand même tu devrais avoir honte. Tu serais prêt à souiller la tombe de ton propre grand-père, la pluie à dû te faire perdre des neurones. Et puis tu y vas un peu fort en disant que tu me connais par cœur, qu’est ce qui te permet d’affirmer cela. Et oui mon cher tu ne sais pas tout de moi et il y a pleins de chose que tu ne sauras jamais et que même ton grand-père ne te dira pas remarque c’est ce le côté positif avec lui , il sait écouter ce qui n’est pas du tout ton fort. Et puis Joshi, depuis le temps tu devrais savoir que je suis un mystère et que même toi tu ne le résoudra jamais. Et pour ce qui est de l’identité de la fille qui t’accompagnera dans cette mission plus que douteuse, tu as une idée ? »

    Je lui rendis son clin d’œil même si mes paroles avait été plus sérieuses que les siennes. Je ne voulais pas rire pour l’instant ce qui était assez étrange. La seule chose qui était sur c’est qu’il portait chaud son pull, je me demandais même si je n’allais pas le lui piquer. Remarque il ne serait sans doute pas très content que je le fasse. Je le regardais, on continuait le jeu, j’avais mis mes mains dans les siennes et lui, m’avait mis ses mains sur mes hanches et avait parler de froid. Alors j’avais mis mes mains sous son t-shirt, jeu perpétuel, il fallait le conserver. Je voyais ses yeux plongés dans les miens et j’avais bien du mal à ne pas m’y perdre, il peut être tellement difficile parfois de résister à une envie que l’on a. Lorsqu’il me répondit, mon visage changea un peu du moins pendant une poignée de seconde. Que je l’embrasse ? Il devenait fou, il venait de perdre la tête. Jamais dans le jeu nous n’avions été aussi loin, et cela ne me plaisait guère. Le toucher était une chose, cela restait du jouer mais l’embrasser, cela me semblait être quelque chose de beaucoup plus différent et ça ne me plaisait guère. Il m’avait hypnotisé avec son regard je ne pouvais plus bouger. Je suivais la scène comme si je n’étais qu’une spectatrice. Je sentis ses lèvres tellement proches des miennes qu’il me suffirait d’un léger mouvement de tête pour que les mines rencontrent les siennes. Ses mains qui avant se posait sur mes hanches arrivèrent en glissant l’une dans mon coup et l’autre sur ma joue. Je frémis un peu, il était si proche, je sentais son souffle. Je savais joué, je n’avais jamais eut peur d’embrasser quelqu’un avant mais là c’était différent, je me sentais faible, je détestais cela. Je détestais encore plus le bruit que faisais mon cœur dans ma poitrine, il était assourdissant.

    « Josh , on ne peux pas s’embrasser, le jeu n’oublie pas le jeu. Tu craquerais si l’on s’embrasse, tu perdrais. On devrait rentrer sinon on va attraper quelque chose, remarque rien ne nous arrêtes. »

    Je m’éloignais de lui alors que j’avais envie de l’embrasser mais je ne pouvais pas, des gestes, cela allait mais un baiser c’était différent plus personnel, plus amoureux tout ce que nous n’étions pas. J’avais enlever mes mains de son torse et je me tenais loin de lui. Le jeu pour l’instant n’avait plus aucune raison d’être, pour l’instant la seule question qui hantait mon esprit c’est pourquoi. Pourquoi voulait-il m’embrasser ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Mer 22 Juil 2009 - 2:56

    C’est fou comme en sa présence, Josh pouvait se sentir impuissant, presque faible. Cette sensation le dégoutait, elle en arrivait même à le faire douter de lui-même. Pourquoi ? Qu’avait-elle de plus que les autres ? Ce n’était pas comme si l’unique raison était qu’elle avait été sa première « expérience sexuelle » ; le jeune homme n’était absolument pas du genre mélancolique. Pourtant, Josh ne pouvait s’empêcher de frissonner quand les mains de Venus frôlaient sa peau, il ne pouvait s’empêcher de frémir quand le regard intense de la jeune femme se posait sur lui, quand elle plongeait ses yeux dans les siens. Venus. Rien que de susurrer son nom lui faisait décrocher un sourire. Dans ces moments-là, il se sentait tellement faible qu’il en avait presque honte. Il ne comprenait pas ou peut être ne déchiffrait pas ce que son cœur lui hurlait. Il n’avait jamais cru en l’amour, l’amour c’était pour les faibles, les masochistes, ceux qui aimaient en souffrir. Car l’amour faisait plus de mal que de bien, l’amour n’était pas pour lui.

    Il décrocha un instant son regard du sien en fronçant légèrement les sourcils. Finalement, être au près d’elle lui assurait bien plus de mal que de bien. Il devait résister –et c’était ô combien difficile- montrer le moindre de ses sentiments était strictement inimaginable pour lui – c’était comme dévoiler une partie de sa personnalité qu’il voulait à tout prix garder pour lui, par fierté uniquement. D’ailleurs, quels étaient-ils ses sentiments, lui qui n’arrivait même pas à les déchiffrer ? Il ne pouvait pas l’embrasser, du moins il fallait qu’elle fasse le premier pas, qu’elle pose en premier ses lèvres sur les siennes. Dans ce cas là, c’est lui qui gagnerait, et ce serait avec une immense fierté qu’il remporterait sa victoire sur Venus. Et il avait bien l’intention de gagner. C’était Amour contre Orgueil, et pour l’instant l’Orgueil remportait la guerre. Conserver son honneur semblait plus important pour lui, sans doute également car il n’était pas encore près à aimer une femme, à lui apporter ce dont elle aurait besoin. Il ne connaissait rien de l’amour, son expérience dans ce domaine était quasi nulle, voir médiocre. Joshua se comportait comme un idiot.
    Quand elle se mit à parler, son regard se posa à nouveau sur elle, il l’observait d’un œil attentif. Il ne répondit pas au petit pic qu’elle lui lança, sur le fait qu’il n’était pas à l’écoute. Il n’avait rien à répondre à cela, à vrai dire il en avait parfaitement conscience ; l’attention n’était pas son fort. Toutefois il doutait que Venus est connue son grand-père assez longtemps pour que lui, lui démontre le contraire. Jim avait toujours été un « homme à femmes », au moins autant que l’était Josh, avec sans doute un peu plus de galanterie de la part du grand-père. C’était un vrai gentleman.

      Venus – (…) Et puis Joshi, depuis le temps tu devrais savoir que je suis un mystère et que même toi tu ne le résoudras jamais. Pour ce qui est de l’identité de la fille qui t’accompagnera dans cette mission plus que douteuse, tu as une idée ?
      Josh – Venus Decandeance Vasilis, sache que les énigmes n’ont aucun effet sur moi, et même si tu ne me dis pas tout, je suis celui qui te connait le mieux.

    Un brin d’arrogance se ressentait dans le son de sa voix. Après quelques secondes et un sourire il enchaina, taquin :

      Josh – Il me faudra une proie facile, du genre de celles qui acceptent de coucher dans un cimetière, ces filles là ne courent pas les rues, crois-moi.. A moins que tu préfères écourter et combler mes recherches en t’en chargeant toi-même.

    Josh frôlait encore une fois la provocation, comme à son habitude. Il en était parfaitement conscient. Elle lui av ait tantôt rendu son clin d’œil mais il n’était pas certain que cette réponse lui plaise. Le jeune homme remarqua que son pull lui allait à ravir, après tout Venus était tellement séduisante qu’elle pouvait s’habiller comme un sac, elle serait toute aussi divine. Elle était si proche de lui désormais, si proche qu’il pouvait sentir son souffle glacé dans son coup. Il attendait avec impatience sa réaction à sa précédente répartie ; Celle-ci ne tarda pas. Il l’avait dit en sorte qu’elle craque mais c’était sans compter qu’elle était tout aussi forte à son jeu. Ses mains étaient toujours glissées sous son t-shirt et Josh priait pour qu’elles le restent le plus longtemps possible. Il voulait aller plus loin, il voulait qu’elle cède. Enfin il la voulait ELLE. Josh caressa adroitement la joue de la jeune femme, sa peau délicate glissant entre ses doigts.

      Venus – Josh , on ne peux pas s’embrasser, le jeu n’oublie pas le jeu. Tu craquerais si l’on s’embrasse, tu perdrais. On devrait rentrer sinon on va attraper quelque chose, remarque rien ne nous arrête ?
      Josh – …

    Pour la première fois de son existence, Josh resta mué le cours d’un seul instant. Il haïssait désormais tellement ce jeu, ce jeu idiot qu’ils avaient soit-dit-en-passant inventé eux-mêmes, Il voulait tout balancer, tout annuler pour elle. Il en eu pas le courage. Par lâcheté, il continua. « Le jeu Josh, n’oublie pas le jeu » Ce jeu médiocre et stupide qui lui gâchait une partie de sa vie, ce jeu à lequel il participait depuis ses 14 ans. Une partie de lui détestait également Venus pour ce qu’elle lui faisait endurer. Elle lui glissa entre les mains puis s'éloigna ; son geste lui fendit le cœur, ce sentiment était bien réel.

      Josh – Si tu avais fait le premier pas, si tu avais prit l’initiative de m’embrasser, c’est moi qui aurait gagné. Tu étais sur le point de perdre, Venus, j’ai manqué de peu la victoire. Et non, rien ne nous arrête, sinon nous n’en serions pas là.

    Il baissa le regard, se retirant également de quelques mètres. Sa présence lui manquait déjà. Il attrapa un briquet dans la poche arrière de son jean et s’alluma une nouvelle cigarette. Il ne put s’empêcher de regretter de ne pas avoir réagit autrement. D’un geste las, il tira un long moment sur sa clope.




HJ : T'as vu, je te réponds à des heures pas possibles (a) Après un ou deux messages, on pourra penser à fermer le sujet pour éventuellement en ouvrir un autre plus tard?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Mer 22 Juil 2009 - 16:07

    Je ne supportais pas d’avoir tord et même si j’avais son pull sur le dos cela ne voulait pas dire que j’étais moins perspicace ou plus gentille. Il est vrai que l’on ne s’était pas encore disputer aujourd’hui sûrement bien trop occuper à jouer à notre jeu. Mais la question qui se posait dans mon esprit était est-ce que ce n’était qu’un jeu ? La réponse, je n’en avais aucune ou du moins je ne voulais pas l’entendre. Il était plus facile de cacher la vérité, de l’enfuir de ne pas penser qu’elle était là plutôt que de le regarder en face et c’était exactement ce que j’essayais de faire. Je ne voulais pas penser à ce que me disait mon cœur car il ne devait pas exister surtout devant quelqu’un comme Josh. Il était comme moi, la seule chose que ça ferait c’est m’enlever encore plus de pouvoir et surtout me rendre encore plus faible. Jamais il ne saurait à quel point il pouvait me rendre faible, à quel point il m’énervait de le faire à quel point j’avais envie de le tuer parfois rien que pour cette raison rien que parce qu’il est ce qu’il est que cela n’est pas une bonne chose pour nous. Bizarrement pour le moment, je n’avais aucune envie de faire semblant en souriant, non, je n’avais aucune envie de sourire alors je ne le faisais pas. Je me moquais de ce qu’il en penserait car tout cela était seulement dû à lui. Entre nous c’était comme entre chiens et chat avec un peu de je t’aime moi non plus. Par exemple, au début, j’étais venue ici contente de le voir mais maintenant ce n’était plus vraiment le cas, il faut dire que je n’avais pas aimé certaines des choses qu’il m’avait dites. C’était toujours comme ça on se cherchait des poux, c’était notre façon à nous de nous entendre quoique qu’elle ne marchait pas toujours très fort.

    Je l’écoutais parler avec cette arrogance qu’il avait bien souvent mais qui ne marchait pas vraiment sur moi, sans doute parce que je le connaissais depuis qu’il avait 14 ans ou parce que je n’étais pas une fille naïve qui se faisait avoir par le piége de Josh. Je savais à quoi m’en tenir comme il l’était, je l’avais apprit depuis longtemps et cela ne me dérangeait pas du moins pas tout le temps. Il y avait une chose que je ne supportais pas et qu’il venait de faire m’appeler par mon identité complète, j’avais l’impression d’avoir à faire à mon père et cela ne me plaisait pas du tout. Je le regardais avec une sorte de haine dans le regard et je savais que si je me m’étais à parler maintenant cela ne risquait pas du tout de lui plaire. Je le laissais continuer ses paroles et sa dernière phrase me décrocha un sourire. Il me redonnait envie de jouer du moins pendant quelques instants alors de mes deux mains sur mon torse, j’en laissais descendre une la fessant s’arrêter au jean du jeune homme et je lui faisais l’un de mes sourires les plus séducteurs. Alors Josh ça fait quoi de se trouver presque dans la même situation qu’il y a 5 ans. En effet, il y a cinq ans, c’est moi qui avais eut l’initiative de lui ouvrir son pantalon et c’est de la que la situation avait vraiment déraper même s’il y a avait cet agréable baiser.

    « Ne m’appelles plus jamais comme ça tu me fais penser à mon père et je ne supporte pas cela. Et puis tu n’es pas celui qui me connaît le mieux, tu as tord et j’ai raison comme toujours d’ailleurs. Et ne fait pas ton arrogant avec moi ça ne marchera jamais Joshi. Oh non elles ne courent pas les rues parce qu’elles ne sont pas faciles à avoir, tu sais. Elle ne veule pas de relation durable et surtout elles aiment avoir les garçons à leurs pieds. »

    Je prenais un air choqué face à ce qu’il venait de dire avant d’approcher ma bouche de son oreille tout en continuant de faire parcourir mes mains sur son torse. Il voulait jouer et bien j’allais le faire. Je le faisais reculer jusqu’à l’arbre le plus proche et lui enlevais son t-shirt tout en laissant toujours mes mains parcourir son corps avant de me mettre à parler tout en lui faisant mon regard des plus ravageurs.

    « Je ne sais pas, est-ce que tu mérites que je t’écourte des heures de recherche dont tu n’es même pas sûr de trouver une fille avec folle et géniale pour le faire. Pour l’instant je te laisse à tes recherches. Si tu me veux, tu n’as qu’à dire ces mots, Venus, tu as gagné le paris et je serais toute à toi. »

    Je l’avais bien provoquer là et puis cela n'engageait rien car c’était des justes des actes aucun acte pas comme ce qu’il était en train de faire. En effet, il voulait un baiser mais cela représentait tellement de chose qu’il était impossible que je le lui donne. Premièrement il avait ce pari que je ne voulais absolument pas perdre j’avais mon orgueil en jeu et puis, je n’étais pas une perdante, non, j’étais une gagnante. Et puis il n’y avait pas que ce pari que je risquais de perdre, il y avait cette autre chose à laquelle je ne voulais pas penser, cette partie de moi que je gardais profondément cacher. Je perdrais tout en l’embrassant et je perdrais même une grande partie s’il m’embrassait. C’était sans doute pour cela que j’avais enlever mes mains, que j’avais changer complètement de ton, d’attitude car je ne voulais en aucun cas me perdre dans cette histoire. J’attendais qu’il me réponse quelque chose, qu’il me dise que j’avais raison mais je n’eus droit qu’à un silence. Je venais de réaliser l’exploit du cercle car je venais de fermer le clapet de Joshua ce qui était une chose des plus rare mais bizarrement cela ne me plaisait guère, j’espérais qu’il me dirait au moins quelque chose. Je ne regardais plus dans les yeux, qu’est ce qui était en train de se passer lui ne sachant pas quoi répondre et moi baissant les yeux. Ce n’était pas nous nous n’étions pas ce genre de personne. Je n’aurais jamais dû espérer qu’il se remette à parler parce que lorsqu’il ouvrit la bouche, je n’avais plus qu’une seule envie le tuer sur place. Tout cela n’était que ce stupide jeu, il voulait juste gagner rien de plus rien de moi. Je ne l’avais jamais autant détester qu’à cet instant et mon regard était là pour le prouver, je ne l’avais jamais regarder avec autant de rage. Moi qui m’étais éloignée, je revint en vitesse vers lui et au passage je lui lançais avec une force inimaginable son pull à la figure, je ne voulais plus rien de lui

    « Tu sais quoi Joshua, jamais tu m’entends, jamais je ne perdrais et ça n’était en aucun cas mon cas. C’est toi qui était sur le point de perdre mon pauvre. Et tu veux savoir quoi, jamais je ne t’embrasserais car je te hais plus que tout ce qui vit sur cette planète. Si tu pouvais attendre un peu avant de venir à la maison ça me ferait le plus grand bien et surtout ne vient en aucun cas m’embêter, j’ai pas du tout envie de te parler pour l’instant tu vois. »

    Comme en signe d’au revoir, je pris sa cigarette de sa main, pour la mettre dans ma bouche et je commençais à avancée, complètement trempée avec une rage immensurable et surtout qu’une seule envie envoyer sa tête dans un mur. Il ne comprenait rien et ne comprendrait jamais rien c’était malheureusement le propre de l’homme, ne rien comprendre aux filles. Je continuais d’avancer tout en me disant que ce baiser, il l’aurait eut s’il avait pensé à autre chose que ce stupide paris pour une seule fois dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus. Mer 22 Juil 2009 - 20:00

    C’est « drôle » comme en un seul instant tout peut vous échapper, vous glisser entre les doigts et que vous ne pouvez rien y faire. Toutefois, si vous en êtes la cause et que vous le regrettez amèrement c’est tout de suite beaucoup moins amusant. C’était comme cela que ça s’était passé, à l’instant même où Josh avait évoqué le jeu dans ces paroles. Venus l’avait tout de suite mal prit, très mal prit. Son visage la trahissait. Elle paraissait outrée, même énormément vexée par de tels propos. Josh ne changera pas, elle en attendait trop de lui. Elle désirait quelque chose qu’elle ne pouvait obtenir, son amour – ou plutôt son honnêteté. Joshua n’avouera jamais la vérité, du moins pas pour l’instant. Il était bien décidé à mentir, la vérité n’était de toute manière pas toujours agréable à entendre. De plus, il n’était absolument pas certain de la façon dont elle pourrait réagir, par pure lâcheté –et afin de conserver sa fierté- Josh se réfugiait dans le mensonge. Pas sur que cela plaise à la jeune femme. Il s’était perdu dans ses paroles, sa tête lui tournait et il n’avait aucune idée de la façon dont il pouvait répondre. Ce n’était plus du jeu, Venus paraissait plus que sincère et chacune de ses propos le blessaient énormément. Il subissait ses paroles, mot à mot, en priant pour qu’elles s’arrêtent. En priant pour que Venus se calme, pour qu’elle revienne dans ses bras, pour qu’il sente à nouveau la chaleur de son corps. Il avait envie de tout abandonner –en premier ce jeu stupide qui salissait leur relation- d’être juste elle & lui, Venus & Joshua, comme il a à cinq ans. D’ailleurs, contre toute attente, elle lui laissa le choix. Il n’avait plus qu’à le saisir et tout ne ferait que commencer. Venus serait à lui, entièrement à lui. Elle le fit reculer jusqu’à un arbre et lui releva son t-shirt. Il la désirait tellement qu’il se laissa faire, il se laissa prendre au jeu, il devait en profiter tant qu’il était encore temps. Son t-shirt retiré, un vent glacé le frappa puis le fit frissonner, mais il n’était pas certain que cela vienne vraiment de ce vent, ou plutôt des doigts de Venus qui défilaient délicatement sur son torse glacé.

      Venus – Si tu me veux, tu n’as qu’à dire ces mots, Venus, tu as gagné le pari et je serais toute à toi.
      Josh – Venus..., commença-t-il, pas certain de la façon dont il allait terminer sa phrase.

    Josh plongea son regard dans le sien. Plus que dix mots, dix mots et elle sera toute à toi. Le jeune homme se mordilla la lèvre inférieure, glacé et hésitant encore sur sa réponse. Pourquoi est-ce que c’était à lui d’avouer une soit disant défaite ? Pourquoi ne s’en chargeait-elle pas elle-même ? Il n’avait rien perdu et il comptait bien préserver sa fierté. Un coup de vent le frappa une nouvelle fois en pleine poitrine et Josh ne put s’empêcher de croiser les bras autour de celle ci en les serrant très forts pour se réchauffer. Venus attendait toujours sa réponse et tout en faisant défiler ses doigts sur son torse nu elle le fixait, impatiente. A côté, le jeune homme congelait complètement sur place, son t-shirt étant au sol et son pull sur les épaules de Venus. Il se sentait vraiment idiot et surtout… il avait froid. Enfin il reprit la parole, ne pouvant s’empêcher de détourner le regard.

      Josh – …Tu sais très bien que c’est impossible.

    Au moment même où il prononça ces mots, il les regretta amèrement. Mais c’était trop tard. Elle le fusilla avec tellement de rage qu’il ne put soutenir son regard. Si ses yeux étaient des révolvers, il serait déjà mort sur place. Elle s’éloigna et il n’avait rien fait pour la retenir. Pourtant, il l’aurait voulu. Elle revint soudainement vers lui et lui jeta avec une force inimaginable son pull à la figure.

      Venus – Tu sais quoi Joshua, jamais tu m’entends, jamais je ne perdrais et ça n’était en aucun cas mon cas. C’est toi qui étais sur le point de perdre mon pauvre. Et tu veux savoir quoi, jamais je ne t’embrasserais car je te hais plus que tout ce qui vit sur cette planète. Si tu pouvais attendre un peu avant de venir à la maison ça me ferait le plus grand bien et surtout ne vient en aucun cas m’embêter, j’ai pas du tout envie de te parler pour l’instant tu vois. .

    Sans prévenir, Venus lui attrapa sa cigarette de ses mains et la coinça entre ses lèvres. Josh l’observa s’éloigner, sans rien dire. Il n’avait rien à ajouter. Il se maudit intérieurement d’avoir réagit de cette manière, il regrettait désormais chacune de ses paroles mais il était trop tard, Venus le haïssait. La jeune femme était partie, elle était désormais si loin qui n’apercevait même plus sa silhouette dans le cimetière. Elle avait du déjà le quitter, peut être même était-elle déjà sur le chemin du retour. A bout de nerfs, Josh ne put s’empêcher de crier un juron. Il avait réagit d’une manière tellement absurde… tout ça pour cette satané fierté qui ne le quittait plus. Enervé, il donna un violent coup de pied dans une bouteille de bière qui trainait. Celle-ci se fracassa contre le mur dans un brouhaha à couper le souffle. Enfin, il ramassa son t-shirt et l’enfila avec son pull. Il ne lui restait plus que trois choses à faire, maintenant que la personne à qui il tenait le plus lui avait échappé : Faire la fête, boire & oublier.
    Josh tourna les talons et se dirigea vers la boite de nuit la plus proche. Venus n’était pas prête de le voir rentrer ce soir.


▬ ENDED
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: with or without you (8) _prv venus.

Revenir en haut Aller en bas
 

with or without you (8) _prv venus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: St. Patrick's Church & Cimetière-