AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Mar 21 Avr 2009 - 23:44

    « IL Y A LES 'ON DIT' ET IL Y A CE QUE LES GENS DISENT,
    IL Y A LES ACTES CONCRETS ET LES PENSEES DU MAL. »
      ― JHORDAN KENNEDY & RHYS BLYTHE.
A DIRTY NIGHT FOR A SEXY GUY.
    SATURDAY NIGHT ― MINUIT TRENTE SEPT IN PARKWEST NIGHTCLUB.
    Il n'y a rien de pire pour moi que le Samedi soir au boulot. Vous êtes là enmitouflée dans ce tee-shirt violet moulant avec écrit en grosses lettres dorées 'Parkwest Nightclub' sur votre poitrine, histoire d'attirer tous les regards pervers. Pas que cela me déplaise, mais j'aime bien contrôler les regards qui me reluquent et il faut avouer qu'en plein rush il est difficile de suivre les gens qui vous mattent. Ce soir c'est la folie, qu'il s'agisse du bar ou de la salle les clients affluent. Mais c'est une habitude à prendre. Derrière mon comptoire j'enregistre les commandes, allant du simple Coca-Cola light au très compliqué Blue Lagoon Coktail. Je déteste le samedi soir. Enfaite ce n'est pas du tout une question d'habitude, mais plutôt une question de plaisir. Je déteste énormément le samedi soir, mon patron le sait parfaitement. Mais d'après lui j'ai 'un visage à afficher en plein rush, histoire que les clients lachent de gros pourboire', une vache à lait en quelque sorte, puisque les trois quart des mes pourboires lui reviennent. Enfin passons.

      « Un Blue Lagoon s'il te plait. »
      « Tu veux pas plutôt un verre d'eau ? »
      « ... »
      « Oue tu sembles à peine sortit de la culotte de ta mère, t'as une tête de bébé et d'après moi t'apprends tout juste à faire pipi au pot, alors un verre d'eau ça sera mieux ! »
      « Salope ! »
      « Gamin ! »
      « Jpeux te faire virer tu sais ? »
      « Ah ouee ? Tu vas appeler le grand méchant loup et il va venir me manger ? Bouuuh, j'ai peur ! »
      « ... »
      « Aller barres-toi avant que j'appel les flics. »

    Typique. Surtout le samedi soir. Je déteste vraiment le samedi soir ! Mais il faut faire avec, surtout que c'est de loin le soir qui me rapporte le plus de fric.

      « Un Whisky ! »
      « Une Tequilla Sunrise.»
      « UN JUS D'ORANGE ! »
      « T'aurais une paille ? »
      « Une paille ? Si tu veux une paille tu vas chez McDonalds, c'est une boite ici, pas une garderie ! »

    J'attrapes un verre de forme carré et j'y plonge un liquide couleur orcre, du Whisky ou du Scotch. J'en sais rien, et à vrai dire je m'en fou complètement, du moment que ce client se barre sans me prendre la tête. Je jettes la bouteille à l'endroit même où elle se trouvait avant que je m'en serve et à la place je m'empare de la Tequilla. San José, il parrait quelle est plutôt bonne, à voir comment termine tous ces jeunes en fin de soirée, elle doit l'être. Je lui prépares sont coktail d'étudiant et je le lui facture. Entre temps j'avais oubliée de remettre à mon autre client son Whisky, entre deux cris sortant de sa bouche je comprends qu'il n'a pas eu ce qu'il voulait, il me paye et il se barre, de même pour la jeune étudiante à Tequilla. Un verre de Jus d'orange ? Qui boit du Jus d'Orange dans une boite ? Sérieusement.

      « Je voudrais trois Vodka/Pomme, Une Tequilla, Un Bloody Mary & deux Cosmopolitan ! »
      « Et moi j'voudrais bien un s'il te plait ! Jsuis pas ton chien mon mignon. »

    Je remplit pour le client 'sage' un grand verre de jus d'orange que je lui tend en souriant. Sourire d'ailleurs qu'il ne me rend pas. J'adooooooore ce job !

      « S'il te plait ... »
      « Okee, tu peux répéter ? »
      « S'il te plait ! »
      « MAIS NON ! Ta commande crétin ! »

    Je déteste sincèrement le samedi soir !



Dernière édition par Jhordan Kennedy le Mar 1 Sep 2009 - 21:05, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Mer 22 Avr 2009 - 11:52

      « J'adore les samedis soirs ! »

    C'était d'une voix claironnante et à moitié perdue dans un éclat de rire que Rhys fit son entrée dans Parwest Nightclub sur ces paroles prometteuses. A qui s'adressait-il ? Un peu tout le monde et personne à la fois. Il connaissait la grande majorité des habitants d'Ocean Grove alors il pouvait se permettre de les accoster d'un mot quand bon lui semblait. Ce quartier était son « chez-lui », les habitants étaient tous ses « voisins » même si concrètement, ils n'habitaient pas la même ruelle. Aussi, lorsqu'il poussa la porte de la célèbre boîte de nuit, il se sentit tout de suite à son aise. Un bon nombre de clients se pressaient déjà à l'intérieur mais cela ne le dérangeait pas, loin de là : il avait l'impression de rejoindre des potes de longue date et était déjà impatient de reconnaître un visage plus familier qu'un autre ou à défaut, trouver la bonne personne avec qui il pourrait passer une soirée agréable.
    La musique diffusée n'était pas très innovante mais elle plaisait ; de toute façon, Rhys n'était pas exactement venu pour se trémousser sur la piste, du moins pas avant d'avoir descendu plusieurs verres. Il se contentait alors, la mine réjouie, de jeter des coups d'œil intéressés autour de lui, tout en se dirigeant vers le bar de la boîte. Autant commencer en beauté, pensa-t-il, et il était certain qu'un bon verre de Scotch whisky porterait cette soirée à un statut « optimal ». Lorsqu'il atteint alors le buffet et qu'il joua des coudes pour se démarquer une place confortable, il se pencha légèrement en avant afin d'apercevoir le serveur qui était en charge du bar. Et en l'occurrence, ce fut une serveuse. Le visage de Rhys s'illumina alors d'avantage lorsqu'il reconnut les mèches blondes coupées courts qui tournoyaient tout autour de la tête de la jeune femme au rythme de ses gestes effrénés. Jhordan Kennedy. A la seule vue de son profil, Rhys comprit qu'il avait devant lui une opportunité en or de bien s'amuser. Retirant sa veste d'un geste vif qu'il posa sur le dossier du tabouret qu'il avait réussi à se procurer, il attendit que Jhordan passe devant lui sans le voir pour l'intercepter d'une parole.

      « Hey la blonde, on dit plus bonsoir à son client favori ? »


    Les mains reposées sur le comptoir, le regard fixé sur la nuque de la serveuse lui présentant son dos car elle était occupée à remplir une énième choppe, Rhys patienta alors, curieux de voir avec quelle réaction la demoiselle allait accueillir son appel. Certainement pas avec un grand sourire et c'était exactement ce que désirait le jeune homme : si elle pouvait lui piquer une véritable crise de nerfs en plus, ce serait encore mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Mer 22 Avr 2009 - 13:45

    La folie je crois que le mot exact, c'est la folie. Non seulement pour décrire le moment présent, dans cette foutue boite, mais aussi et certainement pour décrire l'état dans lequel je risque de me trouver dans quelques minutes tout au plus. Entre les coktail sans alcool, les boissons dont je ne connais pas le nom, les trucs inutiles à servir, débarasser le bar, le nettoyer, suivre un peu tout. Je pense que d'ici quelques temps je devrais péter un cable dans cet endroit. Une pause ? C'est une bonne idée, d'autant plus que je n'ai pas pris celle que je devais prendre juste avant. Fumer une cigarette ? C'est sûr que ça me détendrait, mais je crois que personne ici ne me laisserais quitter le bar. Et si je sortais en rampant, personne sans appercevrait si je fais bien attention. Stupide Jhordan ! C'est à ce moment qu'un client me sort de mes pensées. Qu'est-ce qui veut lui encore ? Un Whysky ? Une Orange pressée ? Un Coca-Cola ? Ma main dans sa tronche ! Un Bloody Mary. Je ne comprends vraiment pas cette folie qu'on les jeunes à boire ce truc horrible. Un mélange d'alcool et de jus de tomates, c'est dégueulasse, à vrai dire je déteste les tomates dans un coktail ou non. Mais ajoutez à ça une pointe de Tabasco et vous atteignez le comble du n'importe quoi. Un coktail à base de jus de tomates et de tabasco, c'est totalement inutile et débile. « Dépèche-toi s'te plait ! » Je n'ai même plus la force de répondre à ces crétins. Ils sont là à croire que le monde est à leur pied, en claquant des doigts ils obtiennent ce qu'ils veulent. C'est affligeant. Je me mets donc en quête de la préparation de ce coktail à la con. Vodka. J'ai. Tabasco. J'ai. Jus de tomates ? Où est-ce que ça se range ce genre de truc immonde ? Si je lui mets du jus d'ananas il verra pas la différence, il a l'air stupide comme mec. Oue mais la couleur ne passera pas. Bon jus de tomates ? Ca y est. Dans le frigo, ça semblait pourtant si évident, surtout quand on le sait. « Hey la blonde, on dit plus bonsoir à son client favori ? ». Blonde ? Je regarde aux alentours et je m'apperçoit que je suis la seule blonde dans le coin. Plutôt mauvais signe, j'ai horreur d'être dérangée au travail. Je me retourne donc afin de voir le visage de cette personne qui m'interppel.
      « Blythe ! J'aimerai te dire que tu tombes à piques et que je suis enchantée de te voir, mais on sait tous les deux que le mensonge est un péché. »
    Rhys Blythe. Je ne me souviens plus trop comment je l'ai rencontré et à vrai dire ça m'est égal. Enfin fassons de parler, si j'avais pu l'éviter celui-là ! Mais avouons quand même qu'il est sexy. Enfin revenons à nos moutons, de toute manière ce soir je n'ai pas le temps de discuter et même si je l'avais, ça ne serait certainement pas avec un abrutti dans son genre. Je retourne donc à mon jus de tomates.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Ven 24 Avr 2009 - 19:57

    Le jeune homme arborait un visage ne voilant à peine la moquerie et le mépris qu'il portait à la serveuse. Il n'était là que depuis cinq minutes et pourtant, il affichait cet air de propriétaire hautement irritant pour quiconque aurait le malheur de le croiser. Il se comportait comme s'il était chez lui, comme s'il dirigeait la donne. C'était quelque chose d'assez habituel chez lui : il ne se sentait jamais de trop, même lorsque de toute évidence, sa présence n'était pas désirée. Rhys se fichait pas mal d'avoir sa place ou non quelque part, du moment que lui s'y sentait bien. Et en l'occurrence, au bar du Parkwest Nightclub, il se sentait extrêmement bien. Pauvre Kennedy.
    Évidemment alors, lorsqu'il entendit la réponse de la jeune femme, il ne se sentit pas le moins du monde froissé. D'ailleurs, était-ce réellement le but de la demoiselle d'essayer de le blesser ? Certainement pas, elle-même devait avoir conscience que c'était peine perdue, surtout avec des arguments aussi légers. Rhys fut donc plus amusé qu'autre chose en accueillant les paroles pourtant sans équivoque à son adresse. Ce qu'il préféra relever fut la référence qu'elle fit à la fin de sa phrase. Se soucier de « pécher », voilà qui était drôle sorti de la bouche de cette jeune femme qui incarnait à elle-seule la plus grande moitié des sept péchés capitaux, si ce n'est leur intégralité. Pour Rhys qui possédait une foi chrétienne solide, le contraste le fit doucement rire.
    Des mains reposées sur le comptoir, se fut alors ses avant-bras qui vinrent y prendre place lorsqu'il se pencha d'avantage en avant pour porter sa voix plus loin. Plus loin mais pas trop : son but était simplement que Jhordan, étant repartie vaquer à ses occupations, l'entende à nouveau malgré le raffut des autres clients et la musique qui s'élevait tout autour d'eux. Se redressant un peu, Rhys put alors s'apercevoir qu'elle manipulait ce qu'il reconnut comme étant du jus de fraise, ou du jus de tomate et il grimaça. Jamais il n'arriverait à faire ce boulot : servir une bande de crétins qui ne tarderaient pas à finir ivres, très peu pour lui. Il préférait faire partie des crétins, c'était tellement plus simple et agréable. Il se ré-installa rapidement mais resta penché en avant, il voulait toujours adresser la parole à Jhordan, même si elle n'avait visiblement aucun temps à lui accorder. Tant pis pour elle, Rhys était son client et – le panneau affiché au dessus du bar l'indiquait bien - « Le Client est Roi. »
    Jhordan devait donc se plier devant le Roi Rhys, n'est-ce pas ?

      « Aurais-tu basculée du côté divin ? Je connais pas mal de prêtres qui seraient ravis de t'accueillir parmi eux, tu sais. Mais en attendant, je vais profiter de ton âme encore corrompue et te commander un Whisky. Et crache pas dedans, s'il te plait. »


    Il avait rajouté sa dernière phrase au moment où il se redressait pour venir appuyer son dos contre le dossier de son siège et lança un coup d'œil absent par-dessus son épaule comme s'il ne semblait pas le moins du monde se rendre compte de la grossièreté de son sous-entendu. De toute façon, il n'y avait aucune chance pour que Kennedy s'offense pour ça, non ? Rapidement pourtant, il reporta son attention sur Jhordan, prenant conscience qu'il ferait mieux de la surveiller malgré tout. Elle était tout à fait le genre de personne étant capable de magouiller derrière votre dos, voire pire.


Dernière édition par Rhys Blythe le Ven 1 Mai 2009 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Mar 28 Avr 2009 - 22:38

    [ HJ; je repasse à la troisième personne, la première ça pu des fesses.]
    Qu'est-ce que ce mec pouvait être irritable, certes il était plutôt pas mal, mais quand même irritable. Il était là sur son tabouret, assis et arborant une posture comme si il dominait les lieux, ce mec avait sérieusement de gros problèmes. Jhordan lui avait sagement balancée une phrase de mauvais goûts, histoire de ne pas changer les mauvaises habitudes, mais visiblement le message n'était pas bien passé, puisque son joli derrière tronait toujours sur ce siège en cuir et que son petit minoit innocent se trouvait toujours en face d'elle. Exaspérée par le comportement du jeune homme elle retourna à son jus de tomate comme prévu, mais que voulez-vous remplir un verre déjà à moitier plein de jus de tomates ne vous occupe pas des heures, c'est seulement quelques secondes plus tard que la jeune serveuse eut fini de remplir le récipient et qu'elle tendit son coktail à son client. Ce dernier lui arracha d'ailleurs le verre avant de s'enfoncer dans la foule de gens présent derrière lui. « Derien ! » C'est incroyable de voir a quel point les gens peuvent être stupides, voir même plus que cons. En parlant d'abruttis, c'est à ce moment que Rhys commanda à la jeune femme un Whisky. C'est alors qu'elle se tourna face à lui et que sont regard bleu ciel vint persécutter celui du jeune homme. Un message qui voulait sans doute dire qu'elle chose de peu respectable, et de très moche venant de la bouche de n'importe qu'elle demoiselle, mais puisque Rhys en était venut à insinuer que la jeune Kennedy était du genre à cracher dans les verres, le côté élégant/féministe disparaissait immédiatement. Qui crache encore dans les verres de nos jours ? Pas Jhordan en tout cas, beaucoup trop commun comme manque de respect. C'est donc à contre coeur qu'elle attrapa l'un des verres à Whisky du bar et qu'elle y versa le liquide tant désiré par Rhys. Versant le liquide dans le solide, elle fixait Blythe tout en lui adressant le sourire le plus forcé qu'elle n'ait jamais eut à faire depuis ces cinq dernière années. Elle reposa la bouteille, et posa le breuvage devant le jeune homme.
      « Ca fait $10,50. Il y a 50% de marge personnelle, le buisness Blythe, j'espère que tu comprends ? Les temps sont durs »
      dit-elle en lui adressant un deuxième sourire forcé.
    A défaut de cracher dans son verre, elle pouvait toujours lui doubler les tarifs, histoire que Monsieur.Parfait quitte les lieux avec le goût amer de la note finale plutôt très dur à avaler. Jhordan n'a jamais vraiment su pourquoi elle ne supportait pas Rhys Blythe, c'était un peu comme quelque chose de physique, quelque chose d'inexpliquable. Son visage l'énervait, ses gestes l'énervait, sa voix l'énervait, tout en lui lui tapait salemment sur le système, mais bon dieu qu'il était hot ! Nan il fallait avouer que derrière ses airs impotants et énervants de parfait petit paroissien il avait quelque chose de vachement sexy en lui. Mais il faut avouer qu'il fallait chercher loin.
      « Après ton Whisky je serais ravie de te raccompagner à la porte, je m'en voudrais si tu ne pouvais pas rentrer chez papa et maman ce soir. Ca serait quand même dommage qu'il s'inquiète pour toi. »
    C'est surtout le fait qu'il reste assis ici, à ce comptoir, dans ce bar, qui serait dommage. Vraiment très dommage, trop dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Ven 1 Mai 2009 - 21:00

    Rhys n'avait pas loupé un seul des mouvements de Jhordan dès l'instant où il la vit s'atteler à sa commande. Il ne lui faisait pas confiance, évidemment et ne s'en cachait pas : elle ne lui avait jamais donné de raison pour qu'il pense l'inverse de toute façon. Pourtant, il dut reconnaître qu'elle n'avait visiblement rien tenté pour le rendre insatisfait de sa boisson. Ce fut donc d'une main ferme et le regard suspicieux mais considérablement détendu qu'il attrapa son verre. Tandis qu'il le tirait vers lui, son regard était toujours posé sur elle et il haussa même un sourcil en entendant le prix qu'elle lui proposait de payer. « Proposait » oui, parce qu'avec Rhys, rien n'était jamais dût. Son expression signifiait clairement qu'il espérait qu'elle se moquait de lui et même si ce n'était pas le cas, Rhys trouverait toujours cela risible, si ce n'est plus. Croyait-elle vraiment qu'il irait jusqu'à mettre plus de 10 dollars dans ce verre ? Il n'était certes pas quelqu'un dans le besoin mais l'idée de dépenser plus qu'il ne fallait n'était pas la façon dont il gérait son économie. Ce qu'il trouva le plus amusant alors fut sans doute l'explication qu'elle lui donna pour justifier ce prix insensé : la commission. La blague ! D'ailleurs, le jeune homme laissa s'échapper un rire avant de porter son verre à ses lèvres et d'en boire une longue gorgée, le regard toujours posé sur la serveuse qui semblait de toute évidence attendre qu'il sorte son portefeuille. Lorsqu'il reposa son verre sur la table dans un bruit qui s'était voulu sec mais qui fut étouffé par la musique ambiante, Rhys se pencha légèrement par-dessus le bar, comme s'il souhaitait faire part à Jhordan une parole qu'il la souhaitait être la seule à entendre. Bien sûr dans le fond, il en avait rien à branler, c'était simplement pour donner plus de portée dramatique à sa réponse.

      « Bien sûr, et la taille de ton soutif c'est du bonnet A. »


    Glissant alors la main dans la poche arrière de son jeans, il en ressortit son portefeuille en cuir et six dollars qu'il planqua sous sa main sur le comptoir.

      « Tu sais où tu peux aller te chercher tes 50% de bénéfices supplémentaires, hein. »


    Un sourire mauvais mais absolument sûr de lui, Rhys reprit son verre de whisky, libérant ainsi les petites coupures de billet. Il but alors le reste silencieusement jusqu'à ce qu'il entendit la jeune femme reprendre la parole et lui proposer de le guider vers la sortie. Sceptique, il plissa les yeux en la dévisageant. Elle espérait quoi, là ? De plus, sa référence à ses parents étaient tout à fait déplacée puisque son père venait de décéder quelques semaines plus tôt seulement. Cependant, il n'allait sûrement pas le relever car il n'avait aucune envie de parler de cela avec elle. Elle réussirait trop facilement à se jouer de lui à ce sujet et il n'avait pas envie d'entendre le moindre de ses commentaires là dessus. Reposant son verre vide et l'écartant de lui, il posa ses avant bras sur le comptoir et lui lança un regard lourd.

      « J'ai l'air d'être déjà saoul pour que tu doives me reconduire à la sortie ? Chérie, je serai déjà de l'autre côté du comptoir si c'était le cas. »


    Lui adressant un sourire en biais, il resta dans sa position à fixer la jeune femme qui devait être absolument déstabilisée, ennuyée ou excitée par ses propos mais clairement pas insensible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Mer 6 Mai 2009 - 19:16

C'était fou de consttater à quel point les gens peuvent avoir un sens de l'humour limité. De l'autre côté du comptoir Jhordan attendait sagement que Blythe lui balance le montant réclamé. Malgré la foule de gens qui gueulait au bar des tonnes et des tonnes de nouvelles commandes, elle restait face à lui, les mains appuyées sur le comptoir à attendre son dû. Certes le dû en question n'était pas justifiable, mais peut-être qu'en le titillant un peu il lèverait son gros derrière de se tabouret recouvert de cuir avant de quitter les lieux pour prendre place au volant de sa voiture. Mauvais diagnostic. Le jeune homme empoigna son verre et commenca à le boire. Jhordan n'allait pas lui sauter au cou pour récuppérer ses billets verts, petit un elle n'en avait pas le droit et petit deux probablement que les vigils l'aurait jettée elle dehors, mais l'envie ne lui manquait pas. Pour elle se jetter sur Rhjys afin de lui éclater sa machoire de ses petits points musclés représentait un acte jouissif à souhaits. Manque de bol le contexte ne se prétait pas à ses envies, mais peu importe le moment viendrait un jour où son poing de demoiselle viendrait heurter sa machoire d'abrutti. Rhys reposa donc son verre, à moitié vide, voir à moitié plein, sur le bar avant de laisser sa bouche communiquer quelque chose à la jeune blonde.

RHYS« Bien sûr, et la taille de ton soufit c'est du bonnet A. »
JHORDAN« Qui a dit que je portais des sous-vêtements ? »

La belle arqua un sourcil en lui balançant cette réplique tout à fait digne d'elle. Mais après tout c'était vrai. Personne n'avait parlé de sous-vêtements, et aux dernières nouvelles Blythe n'avait jamais eut la chance d'aller vérifier sous les vêtements de Jhordan si oui ou non Victoria Secret était son magasin favoris. C'est à cet instant que Blythe alla planquer sa main dans la poche arrière de son jean avant d'en sortir son portefeuille. Toujours dans la même position depuis la dernière fois, ignorant encore et encore les clients qui appelaient au secours pour étancher leur soif, Jhordan attendait sagement les dix dollars cinquante de la consommation du jeune homme. Mais Rhys n'en sortit que six dollars qu'il pris soin de garder quelques instants au chaud avant de terminer son verre. Une fois les billets libérés, la jeune femme les attrapa et alla les déposer dans la poche arrière de son jean.

RHYS« Tu sais où tu peux aller te chercher tes 50% de bénéfices supplémentaires, hein. »
JHORDAN« Maintenant que mon pourboir est dans ma poche et que rien ne prouve que tu a payé ce verre, je pense que tu peux me filer les $4,50 qu'il manque, sinon je me verrais dans l'obligation d'appeler l'un des gorilles à l'entrée qui se fera une joie de jetter dehors un crétin dans ton genre. Et ne crois pas qu'en te faisant virer d'ici tu échappera à ta dette. Alors tu as le choix Blythe, $4,50 ou la porte ? »

Fière d'elle et de ses idées tordues à souhaits Jhordan le fixa son sourire machiavélique aux lèvres avant de retourner aux commandes qui l'appelaient à droite et à gauche. Elle enchaina donc son service en servant trois martini blanc, six vodka/pomme, trois blue lagoon, neuf whisky, un bloody mary, quatre coca-cola et ... un verre d'eau. Tout en servant ses 'clients roi' Jhordan continuait d'écouter les belles paroles de Rhys.

RHYS« J'ai l'air d'être déjà saoul pour que tu doives me reconduire à la sortie ? Chérie, je serai déjà de l'autre côté du comptoir si c'était le cas. »
JHORDAN« Je n'ai jamais dis que je voulais te raccompagner parce que tu étais saoul bébé, je l'ai juste proposé pour que tu quitte les lieux plus rapidement. »

Ca avait le mérite d'être clair au moins. Pas que Jhordan n'aimait la compagnie de Rhys, disons simplement qu'elle le préférait loin de lui qu'à une distance aussi proche. Sa voix lui tapait sur le système et il l'empêchait de faire son boulot correctement, ce qui l'énervait considérablement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Dim 10 Mai 2009 - 2:18

    La partie était à présent engagée. Les dés passaient d'une main à l'autre du tac-o-tac et les règles … Et bien, elles étaient nulles ; si ce n'était que la violence physique n'était pas de mise. Du moins, aucun des deux jusque là n'avait jamais eu l'occasion d'en venir aux mains et il n'y avait aucune raison pour que cela change. Non à vrai dire, Rhys s'était souvent dit que si quelque chose de physique devait avoir lieu entre eux, ça ne serait probablement pas quelque chose de désagréable si vous voyez où il veut en venir. Jhordan était bel et bien la dernière personne sur Terre avec qui il avait envie de finir au lit mais il avait aussi le terrible pressentiment qu'ils passeraient par là, tôt ou tard. Un peu comme une catastrophe nucléaire : la menace pèse sur vous et vous laisse en constante inquiétude mais vous ne pouvez vous empêcher de ressentir une certaine curiosité et attirance pour cet événement qui s'annonce saisissant. La nature humaine est parfois si peu censée.
    Aussi, lorsque la jeune femme sous-entendit qu'elle ne portait aucun sous-vêtement, l'œil de Rhys glissa bien avant qu'il puisse s'en rendre compte dans le généreux décolleté de la serveuse et lorsqu'il remonta son regard sur le visage de Jhordan ce fut évidemment avec un sourire certain sur le visage. Elle allait sûrement lui en vouloir pour s'être rincé l'œil avec si peu de délicatesse – ou bien en être flattée avec elle, on ne savait jamais trop. Par contre, son air rieur s'effaça rapidement quand elle le piégea – avec brio, il devait le reconnaître – sur le prix à payer. Elle se foutait de sa gueule là ? Le regard refroidit, il refusa pourtant de lui accorder le plaisir de s'énerver devant elle. Non elle aurait alors tout ce qu'elle souhaitait : le voir hors de lui et hors du bar car il ne tarderait pas à être expulsé du lieu s'il venait à s'attaquer verbalement à la serveuse. Il se contenta alors de la foudroyer du regard avant d'afficher un sourire sans joie et presque douloureux. Il la regarda s'afférer à ses autres commandes avec un professionnalisme qu'il fallait lui reconnaître sans faille. Décidément, elle était née et bâtit pour ce boulot, la petite. Mais Rhys n'était pas du genre à se laisser impressionner ce soir et la regarda avec dédain quand elle revint lui mettre une couche sur son envie de le voir déguerpir des lieux. Quel sens des relations sociales avait-elle.
    Lui affichant un visage loin d'être vexé par ses propos, il consentit enfin à glisser de nouveau sa main dans son jeans et en ressortir les sous requis. Cependant, il refusa de les poser sur le bar et encore moins de les lui tendre. Il préféra se redresser et reculer bien au fond de son siège, tenant en évidence les billets près de lui et fixant la jeune femme.

      « Bien. Viens les chercher alors. Tu les attrapes et je quitte les lieux pour de bon. »


    Haussant les sourcils en signe de provocation, il n'allait bien entendu, pas la laisser s'en emparer avec facilité. A vrai dire, il était à présent si éloigné d'elle, le bar était si large qu'à moins de grimper sur le bar, risquer de se tordre une cheville sur la surface glissante du comptoir et enfin se jeter radicalement sur lui, elle avait de très faibles chances pour arriver à ses fins. De plus, Rhys tenait discrètement mais fermement les cinq dollars entre ses doigts et il était quasiment certain que si elle arrivait à mettre la main dessus, elle ne repartirait qu'avec une moitié déchirée des billets verts.

      « Allez Jhordy, un petit effort. Et oui, tu vois bien, ce sont cinq dollars tout rond que je suis prêt à te concéder : profites de ton jour de fortune ! »


    Il ne l'appelait jamais « Jhordy » pour la simple et unique raison qu'en général, il évitait de l'appeler tout court. Aussi, ce petit surnom qui sonnait affectif n'était qu'en soit qu'une provocation supplémentaire. Qu'allait-elle faire à présent ? Risquer de déclencher du remous dans le bar en répondant à ses appels de confrontation et risquer de se voir virer de son cher boulot de serveuse ou tout bonnement laisser Rhys gagner cette manche en gardant son argent ? La balle était dans son camp.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Lun 18 Mai 2009 - 21:37

L'homme est si peu délicat quand il a le sexe en émoi. Et Jhordan pouvait constater avec brio les dégats que pouvait causer un homme en chaleur, à défaut de toujours prendre du plaisir à droite à gauche elle était quelques fois tombée sur des énergumènes spéciaux. Vous savez ce genre de personne possédant une déficience mentale qui vous supplie de lui mordre les tétons tout en lui fouettant le postérieur, une fois, pas deux. Jhordan n'était pas vraiment fière de ces actes de ce soir là. Les hommes peuvent vraiment être bizzar en compagnie d'une dâme. En passant du coincé geek au macho italiano, sans oublié le sadomaso né ou l'homo refoulé, tous ces types était passé par le lit de Jhordan au moins une fois, pour certains une seule et unique fois, probablement une fois de trop même. Mais celui qui revenait le plus souvent était quand même l'insupportable goujat. Qui y a-t-il de pire au monde que de tomber sur un mec qui ne vous respect pas ? C'est déjà tellement compliqué de trouver une minute pour se respecter sois-même, si en plus les autres s'y mettre bonjour le bordel au final. mais malgré tout, le goujat était ceului qui posait le moins de problème à Jhordan, égocentrique et égoïste dans toute sa splendeur, seule sa petite personne l'intéressait, autant dire que la conversation n'est pas le point fort du goujat, ce qui était plutôt sympa en soit. Soucieux de son propre plaisir les seuls paroles désagréable que vous entendrez de sa bouche seront 'Alors j'étais comment ?' histoire de satisfaire son immense égo inmesurable. En conclusion, malgré l'insupportabilité que dégage le goujat, il est de loin l'homme le moins louche que vous trouverez. Voilà comment Rhys Blythe se retrouva dans cette catégorie d'homme prétencieux à souhaits. Ses iris étaient tombés à une allure désolente dans le decolleté qu'elle arborait avec fierté ne vinrent même pas choquer une seconde la demoiselle. Pour commencer un homme reste un homme, coincé, macho, sado ou homo, peu importe. Deuxièmement, parce que ce mec était pathétique, tellement prévisible que cela ne supprit même pas la jeune femme.Troisièmement il fallait largement avouer que ce putain de Dieu lui avait offert une sacrée paire de boobz. Alors malgré toute la désolence que lui inspirait ce séduisant brun, personne ne pouvait lui blamer d'avoir perdu son regard plus de cinq secondes dans la poutrine de la belle. Le jeune homme releva la tête, son sourire crétin aux lèvres, et la jeune femme arqua un sourcil en attendant une tout autre manifestation de sa part, quelque chose qui prouverait qu'il n'ait pas un ado prépubère en chaleur. C'était sans compter sur l'imagination de middle Blythe. Niveau ado prépubère il atteignait le sommet cet imbecile. Refusant de lui donner ses billets, il voulu jouer quelques instants. Une chose était certaine, Jho n'avait pas le temps. Elle se relanca dans ses terribles coktails aux noms étranges et au dialecte indéchiffrable, entre deux réplique à la BlythyBlythe.

RHYS« Bien. Viens les chercher alors. Tu les attrapes et je quitte les lieux pour de bon. Allez Jhordy, un petit effort. Et oui, tu vois bien, ce sont cinq dollars tout rond que je suis prêt à te concéder : profites de ton jour de fortune ! »

Attraper cinq dollars ? Hors de question Jhordan n'était pas fauchée loin de là, certainement pas pour se lancer dans des cabrioles affriollante sur le bar de son lieux de travail. Toute en réfléchissant à la bonne chose à faire, Jhordan continuait comme elle pouvait de travailler au mieux, ne lachant pas Rhys des yeux, le fixant, comme si elle trouverait la réponse dans ses iris. Le visage froid et fermé, Jhordan réfléchissait. Ce n'est que deux minutes après le couplet ironique Blytiens habituel que Jhordan eut une idée. Quitte à jouer les ados prépubères autant y aller sans se préoccuper du reste. Un sourire machiavélique vint se dessiner sur ses lèvres rosées. Elle s'approcha alors du bar, de façon à se trouver légèrement plus près de Rhys, histoire de ne pas louper son coup. Toujours se sourire aux lèvres, elle continua de secouer le shaker qu'elle tenait dans ses mains avec vivacité. Quelques secondes plus tard, elle l'ouvrit et balança le liquide collant qu'y se trouvait à l'intérieur de se dernier, en plein dans la gueule de Monsieur Dieu.

JHORDAN« Oups ! »

Ce dernier mot vint s'accompagner par un geste de sa main devant sa bouche. Une très belle imitation de la blonde typique et stupide qui se trouvait ne pas du tout être le genre de Jhordan. Elle enleva sa main, mettant fin à ce foutage de gueule de l'année et retourna à son coktail en lachant un sourire victorieux.

JHORDAN« Tu peux garder les $5, c'est cadeau. Et puis j'ai l'impression que tu vas en avoir besoin pour payer le pressing. » Pause « Aller sans rancune Blythy. »

Elle lui adressa un clin d'oeil exagéré et très accentué sur le 'Blythy', petit surnom en rappel au 'Jhordy' quelques temps auparavant..

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Dim 24 Mai 2009 - 20:00

    Jhordan Kennedy est une garce. Jordan Kennedy est une plaie. Jhordan Kennedy n'est pas digne de confiance. Tout cela, Rhys le savait pertinemment et il était probablement à la source même de ces affirmations et pourtant, il persistait. Il s'attardait continuellement et régulièrement à traîner autour de la jeune femme. C'était stupide pourtant : depuis le temps, toute personne censée aurait cherché à couper tout contact avec une demoiselle aussi irritable et intenable. Pourquoi s'acharnait-il alors à toujours se présenter à son bar, à chercher à la croiser dans les rues d'Ocean Grove ou ailleurs à Miami ? Il n'était pas attaché à elle, n'avait rien à lui devoir et espérait encore moins quoique ce soit d'elle. Elle était comme une connaissance qu'il ne connaissait pas réellement, une amie sans amitié, une amourette sans l'amour. Inutile. Et pourtant, il se retrouvait souvent auprès d'elle et se surprenait à vouloir à tout prix attirer son attention. Ce soir ne faisait donc pas exception voir confirmait absolument la règle : elle ne désirait de toute évidence pas sa présence mais il insistait pour rester dans son espace.
    Il aurait définitivement s'abstenir.
    Ce fut la pensée qui traversa son esprit lorsqu'il reçut bien malgré lui le contenu du shaker que la jeune femme secouait avec adresse et habitude. Dès que le liquide vint toucher sa peau, le jeune homme se leva brusquement de son siège et atterrît les pieds au sol face au bar. Les billets que contenait sa main était à présent tout froissés dans son poing qui s'abattit violemment sur le comptoir. Son visage ruisselait et il sentit rapidement des gouttes désagréables venir couler sous son t-shirt qui commençait déjà à coller son torse. Rhys bouillonnait. Autour de lui, de nombreuses paires d'yeux étaient braquées sur lui mais la sienne n'avait qu'une destination : le visage faussement désolé de Jhordan Kennedy. S'il avait pu à cet instant l'asperger de tous les breuvages que possédaient la boîte de nuit, il l'aurait fait sans plus attendre. Il resta cependant immobile pendant deux longues minutes, écoutant sans vraiment l'entendre la nouvelle salve de sarcasmes que prononçait la barman. Elle le provoquait, ce n'était même plus quelque chose sur laquelle douter. Et bien puisqu'elle le cherchait, elle allait finir par le trouver. Le jeune homme passa alors sa main libre sur son visage afin de se débarrasser de la plus grande partie de la boisson alcoolisée et, tandis qu'il continuait à fixer Jhordan avec colère et dégoût, il lui répondit.

      « Sans rancune, bien entendu … Tendre l'autre joue. »


    Était-il sérieux ? Comptait-il réagir comme le parfait chrétien que sa mère lui avait un beau jour sommé d'être ? Franchement, il aurait pu. Et ce fut d'ailleurs un choix qui lui sembla un instant intéressant à étudier.
    Sauf que ce soir, Rhys venait d'être humilié. Pas frappé ni tourmenté. Mais humilié par humidité. Et ça, pour un Blythe, c'était tout bonnement inconcevable. Il s'écarta alors du bar et plongea les billets qui formaient à présent une boule dans la poche arrière de son jeans. Il continua à fixer Jhordan avant de hocher doucement la tête et de détourner son regard avant de s'éloigner du bar. Il semblait s'en aller, enfin. Ou peut-être allait-il chercher le gérant de la boîte pour qu'il s'occupe de cette affaire à sa place. Un client allant se plaindre, il réussirait forcément à obtenir l'expulsion de la jeune femme en tant que serveuse. Mais ce n'était pas la direction que prenait Rhys, loin de là. En effet, il s'était éloigné pour en fait ne faire que contourner le bar. Arrivé au passage par lequel passait le personnel du bar mais ne possédant pas de pass lui permettant de l'ouvrir, il se contenta de sauter par-dessus, prenant garde de ne pas cogner trop d'objets avec ses pieds. Lorsqu'il atterrît enfin de l'autre côté du bar, le jeune homme prit une profonde inspiration et jeta rapidement un coup d'œil autour de lui. Aucun gros bras ne s'approchait : la boîte était tellement bondée que la transgression qu'il venait de faire passait inaperçue. Le jeune homme se dirigea donc d'un pas pressé vers la jeune femme qui était restée au même endroit et se plaça subitement derrière elle. Plus de comptoir pour les séparer, plus de limites. Des voix surprises d'ivrognes s'élevèrent quand il apparut de ce côté du bar mais Rhys ne leur accorda aucune attention : son regard restait baissé sur le visage glaciale de Jhordan. Alors qu'on pourrait craindre qu'il ne lève la main sur elle ou l'insulte de tous les noms, l'étudiant se détourna vivement d'elle et se dirigea vers le petit tuyau du lavabo placé sous le bar et destiné à nettoyer la vaisselle. Plaçant sa main dessous, le jeune homme utilisa cette eau claire pour se débarbouiller le visage. Entre deux nettoyage du faciès, Rhys affirma alors.

      « C'est cool en fait de ce côté. Ça fait très « bonniche en cage », j'adore. »


    Lorsqu'il redressa son visage trempé et qu'il balaya de son visage les mèches de cheveux humides qui tombaient sur son front, il se tourna enfin vers Jhordan en tenant toujours le pommeau d'eau fraîche dans sa main droite.

      « Et puis tu dois crever de chaleur à force d'être postée ici toute la nuit. Heureusement que ce soir, tu vas être la première à pouvoir profiter des rafraîchissements. »


    Sans crier garde, il eu un mouvement du poignet en direction de la jolie blonde et l'aspergea du jet tonique qui se dégageait du tuyau. Il la visa avec justesse et n'hésitait pas à insister au niveau de son visage et de son t-shirt. Un t-shirt trempé, voilà qui lui assurerait des pourboires excellents de la part de ses clients. Rhys profitait bien entendu puisqu'il ne doutait pas qu'une fois la surprise passée, la jeune femme bondirait sur lui pour l'obliger à dévier la trajectoire du tuyau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Lun 8 Juin 2009 - 23:15

Au moment ou le liquide vint frapper la peau du jeune homme il ne mit que quelques secondes avant de réagir de façon ... bestiale, autant dire à la façon dont n'importe quel homme aurait réagit. Son poing frappa le comptoir et son corps se dressa sur ses pattes à une vitesse folle. Le sourire aux lèvres Jhordan observait la scène avec fierté, il fallait bien avouer qu'il en fallait des couilles pour faire ça à un mec qui en l'espace d'une seconde vous détruirait la machoire avec ses palmes d'ours, ce qui était d'autant plus drôle c'était de constater que l'entre-jambe de Jhordan n'était en aucun cas constituée de 'bijoux de familles'. Toujours concentré dans son service Jhordan n'attachait à présent plus trop d'importance au mâle qu'elle venait d'asperger d'un coktail plutôt ... collant. En relevant ses vulgaires ses yeux bleus elle constatait que le Middle Blythe avait déserté les lieux, ce qui était -de loin- la meilleure nouvelle de la journée. Il fallait avouer qu'il s'était justement pointé le seul soir que Jhordan ne supportait pas et qui plus est il avait passé son temps en l'enmerder, il avait donc bien mérité ce liquide en pleine gueule. Mais le répis ne fut que de courte durée. Jhordan n'eut pas le temps de réagir que déjà sur sa gauche un homme venait de sauter la barrière réservée au personnel qui permettait de passer derrière le bar afin de faire son boulot quotidien, Rhyz Blythe n'avait pas quitter les lieux, pire encore, l'ennemi se rapprochait. Soucieuse de savoir ce qu'il venait faire de ce côté du comptoir, et beaucoup trop tard pour appeler qui que se soit à l'aide, elle attendit qu'il vienne se venger. Probablement viendrait-il lui péter la machoire ou la secouer violement dans tous les sens, mais peu importe, le geste serait tellement mal vu qu'un homme frappe une femme que plus de la moitié des clients et la totalités des videurs lui aurait sauté dessus pour lui rendre la pareille. Mais c'était sans compter sur l'imagination du jeune homme. Jhordan avait bien sous-estimée le fait que Rhys était un réel homme de Dieu et que jamais il ne viendrait frapper une femme. Aggripant ses paluches au tuyau permettant de faire la vaiselle du bar Jhordan voyait arriver la connerie gros comme une maison, ce qui était le plus désolant dans l'histoire c'était qu'elle savait pertinement qu'elle devrait rester plus longtemps afin de pouvoir éponger l'eau qu'elle allait se prendre en pleine tranche.

RHYS« C'est cool en fait de ce côté. Ça fait très « bonniche en cage », j'adore. »
JHORDAN« Ah oui ? Bah si tu veux je peut parler de toi à mon patron, l'équipe manque d'homme et je dois avouer que ce côté 'toutou en cage' te vas comme un gant. »

Elle lui lanca un clin d'oeil calculé grattifié d'un sourire maléfique. Ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Tournant le tuyau dans la direction de Jhordan, Rhys venait d'ouvrir officiellement les hostilités. Et malgré toute la bonne volonté que Jhordan mettait à ne pas croire en Dieu il était clair que le tout puissant savait qu'il ne fallait pas énerver Jhordan. Elle ne mit que quelques secondes à bondir sur le jeune homme pour lui retirer l'arme du crime des mains, trop tard, puisqu'elle était déjà trempé de la tête au pied. Son bond entrainant la chute des deux jeunes gens le tuyau vola dans tous les sens et la puissance de l'eau à l'intérieur du fil le faisait virevolter dans tous les sens arrosant tous sur son passage, ce qui énerva Jhordan trois fois plus, puisque maintenant le comptoir aussi était trempé. Elle se redressa et coupa l'eau laissant Rhys patauger dans la piscine au sol qu'ils venaient de créer. Elle attrapa une éponge qu'elle lui balança en plein visage avant d'en empoigner une autre.

JHORDAN« Tu as gagné le droit de nettoyer. Et ne refuse pas cette magnifique offre sinon je te jure sur la Bible que je crie au viol après m'être arrachée mes vêtements moi-même. Et je suis très bonne comédienne alors ne tente pas le diable Blythe ! »

Enervée à souhait Jhordan commença à éponger le bordel engendré par Rhys Blythe, ce mec était un réel boulet en puissance, ce qui désola Jhordan pour le jeune homme. Cette référence à la Bible n'était qu'un moyen de plus de titiller le jeune homme, surtout quand on se servait d'un tel alibi pour crier de telles insanités. Cette petite référence catholique la fit sourire intérieurement, malgré toute la pagaille alentour. Une chose était sûre, la jeune femme était capable de s'arracher ses vêtements et d'user de ses cordes vocales pour autre chose qu'un 'OH OUIIIIIIIIIIIIIIIII' jouissif.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Lun 29 Juin 2009 - 14:44

    Rhys ne releva pas la remarque, comme faible tentative de réponse, de la jeune femme à ses propres mots la traitant précédemment d'animal en cage. Rhys, bosser ici ? L'idée était aussi grotesque que de l'imaginer se raser la tête et s'engager dans l'armée. De plus, s'il devait de la même façon devenir le collègue de Jhordan, ce serait son arrêt de mort qu'il signerait, et pas un contrat. Sa réponse unique et bien plus éloquente, fut alors son jet d'eau qu'il maniait avec tant d'adresse qu'il n'épargna pas la jeune femme et une grande partie de son lieu de travail.
    C'était jubilant, électrisant, excitant de voir la grande Jhordan Kennedy enfin humiliée comme il le fallait. Rhys était donc fendu de rire, les deux mains posées sur le tuyau et sans doute que est-ce cette hilarité qui le guida à sa perte. Il n'avait en effet, pas assez de concentration pour prévenir de quelconques représailles de la part de sa « victime » et il ne put donc pas esquiver à temps le bond soudain qu'elle fit et qui l'entraîna au sol. La sauvagerie de Kennedy n'avait vraiment pas d'égal. A terre, Rhys eut un grand mal à contenir la direction du jet d'eau et il se retrouva bien vite empêtré dans une énorme flaque d'eau, trempé à son tour. Il ne riait plus à cet instant, c'était certain. Il s'agitait mais cela ne servait à rien : Jhordan était déjà hors de portée, debout et éteignant l'arrivée d'eau. Bon là au moins, il devait reconnaître qu'elle avait agit avec sens. Mais bien entendu, rien d'assez important pour arracher un remerciement de la part du jeune homme : il lui dirait merci le jour où elle réussira à rallumer le soleil après qu'il se soit éteint.
    Le jeune homme eut à peine le temps de retrouver son souffle qu'il se prit une éponge humide sur la figure. Il l'attrapa à l'instant où son regard se posait sur Jhordan et que son rire reprit de plus bel. La vision qu'il avait alors sous les yeux était excellente : finie l'allure fière et intouchable, finie la coiffure si sophistiquement élaborée et mieux encore, bonjour t-shirt transparent. Se redressant sur ses fesses, il resta assit, le dos collé au mur, toujours derrière le comptoir, tentant de calmer le fou rire qui l'agitait si puissamment. Ce fut tellement facile !
    Il entendit alors de justesse les mots de la jeune femme lorsqu'elle lui ordonna de se mettre prestement au boulot pour rattraper le carnage qu'il venait de faire. En fait, l'ordre (qui déjà avait très peu de possibilité de lui soutirer quoique ce soit) sonnait d'avantage comme une menace. Serait-elle chiche de le diffamer de la sorte ? De toute façon, Rhys ne se posa pas bien longtemps la question puisqu'avec lui, les menaces rimaient automatiquement avec « va te faire foutre ». Il hésita d'ailleurs à lui répondre cela texto mais il estima préférable d'opter pour une autre technique afin de lui faire assimiler la chose.
    Feignant le sérieux, il arrêta de rire et glissa une main dans ses cheveux trempés avant de lentement se relever. Il tenait toujours l'éponge dans sa main gauche et il semblait réellement prêt à faire un effort. D'ailleurs, lorsqu'il répondit, ses mots allèrent dans ce sens.

      « Bien bien, pas besoin de t'exciter … Enfin, pas plus que tu ne l'es déjà. »


    Il retint un sourire en ayant enfin la réponse sur la fameuse question à savoir si Jhordan portait un soutien-gorge ou pas. Il se détourna cependant et vint la contourner et éponger un coin du bar particulièrement inondé. Le regard d'une cliente s'étonna en le voyant de ce côté du comptoir et selon les apparences, « travailler » ici. Elle se mordait déjà la lèvre de plaisir mais Rhys lui lança un regard si froid qu'elle en fut troublée. Rapidement et ayant vaguement terminé avec l'espace sur lequel il s'était afféré quelques secondes plus tôt, Rhys repassa derrière Jhordan mais resta derrière son dos. Vivement, il lui souffla à l'oreille.

      « Juste entre nous, ne me menace plus jamais. »


    Ne lui laissant pas le temps de réagir, il pressa fortement l'éponge gorgée d'eau glacée entre ses mains et fit couler le liquide au sommet du crâne de Jhordan, les gouttes ruisselantes dans son dos déjà bien mouillé. Dieu savait ce que cette éponge avait nettoyé comme liquide précédemment et la jeune femme reçue donc un mélange bien peu ragoûtant. Anticipant un quelconque coup de coude ou même une gifle en 180°c, Rhys fit deux pas en arrière afin de se mettre à l'abri. Il aurait bien fui, mais il voulait d'abord voir le visage furieux de Jhordan. Rien qu'une fois de plus, c'était tout ce qu'il demandait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Jeu 2 Juil 2009 - 17:48

Après avoir coupée l'arrivée, Jhordan constata tout de même que Rhys restait au sol, plongé dans sa flaque, ce qui lui parut assé étrange et ma foi ce qui fit perdre deux ou trois points de sex appeal au jeune homme, mais passons, même dans l'eau, allongé par terre, il restait Rhys Blythe, autrement dit : un homme totalement orgasmique. Après quelques secondes à le regarder et voir qu'il ne bougeait pas, Jhordan attrapa une éponge et commenca son ménage. C'était fou de constater comment deux personnes pouvaient foutre un bordel pareil avec pour seul équipement un tyau d'eau. Jhordan pensa alors à toute cette eau qui enccombrait les lieux et elle se dit alors que probablement le lendemain elle n'aurait plus de boulot, merci Blythe. Quoi que peut-être que ce chômage soudain lui aurait permis d'aller pleurer chez Rhys, lui expliquant qu'à cause de ses conneries elle se retrouvait sans travail et donc sans revenu et donc sans aucunes ressources financières et donc elle mettait la vie de sa grand-mère, son frère et elle-même en danger - ce qui juste entre nous était totalement faux. Mais probablement que deux trois larmes versées, titilleraient alors une peine et une compassion soudaine chez Blythe qui le pousserait alors à consoler la jeune femme qui n'aurait pas d'autres solutions que de tomber dans ses bras. Cette histoire ressemblait beaucoup plus à un mélodrame qu'à une scène où Rhys & Jhordan étaient les principaux acteurs. Il était presque sûr à cent pourcent que jamais Jhordan n'irait pleurnicher chez Rhys, jamais elle ne pleurnicherait d'ailleurs, mais encore moins probablement il était casi impossible que Blythe ressente une quelconque compassion ou une quelconque pitié envers Jhordan. L'histoire aurait donc fini mal, comme chaque chapitre R&J, ce qui, dans le fond, n'arrange pas les affaires de Jhordan. Mais passons de toute manière Jhordan savait pertinement comment ne pas perdre son job.

Après avoir balancé une éponge à Rhys pour qu'il participe un tant soit peu au nettoyage de son propre carnage, Jhordan se rendit compte qu'il n'avait toujours pas mit la main à la patte, mais qu'il riait. Elle se tourna donc vers lui en lui jettant un regard noir en attendant qu'il daigne se bouger le cul. Mais il resta impassible et continua de rire. Jhordan comprit alors qu'à défaut de porter un tee-shirt, elle ne portait pas de soutien-gorges.


JHORDANOooh c'est mignoooon. Ceux sont les premiers que tu vois ? Dit-elle en pointant ses deux index en direction de son imposante poitrine. Alors tu es encore puceau ? Quel dommage, moi qui pensait que tu étais une bête de sex.

Un léver foutage de gueule était encré dans ses paroles. Elle se retourna donc et continua son travail de serveuse sur le bar. Toujours entrain d'épongée, elle vit que Rhys c'était enfin réveillé et que son côté charitable avait repris le dessus, fort heureusement. Il s'appropria un espace et nettoya une partie du comptoir. Jhordan remarqua alors qu'une jeune femme le visionait un peu trop. Elle-même ramait déjà à mettre ce catholique pratiquant dans son lit, or de question que quelqu'un lui pique la vedette.

JHORDANIl est gay ! Et puceau qui plus est.

La jeune femme partit, peu importe si cela était vrai, peu importe qi Rhys n'avait pas l'intention de se la faire, c'était une chose totalement réglée. Certes c'était un coup bas, mais l'histoire du tyau d'eau n'était pas plus haute. Rhys se positiona alors derrière Jhordan et lui chuchota un truc à l'oreille.

RHYSJuste entre nous, ne me menace plus jamais.
JHORDANAh oui pourquoi ? Tu comptes ...

Jhordan n'eut pas le temps de finir sa phrase que le liquide imprégné dans l'éponge de Rhys vint s'écraser sur le haut de son crâne, pour finir le long de son visage à petite coulées. Elle se tourna alors très lentement vers le jeune homme, qui avait déjà pris ses distance redoutant une attaque de la jeune femme probablement, la bouche grande ouverte de stupeur et de surprise, Jhordan fixait Blythe très énervé. L'avantage était qu'il avait prit juste assé de recul pour que le pied de Jhordan vienne se cogner contre ses parties. Et c'est ce qu'elle fit. Jhordan envoya alors son pied dans les bijoux de familles du jeune homme. L'éponge était vraiment dégueulasse Blythe !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Mer 22 Juil 2009 - 0:30

    Rhys aurait eu toutes les raisons du monde de mal prendre les paroles de Jhordan mais au contraire, il sentit dans ses mots un sous-entendu flatteur : elle l'imaginait très doué au lit et cela n'était pas quelque chose contre laquelle il rechignerait. Il préféra alors ignorer l'autre partie de sa phrase qui niait totalement sa vie sexuelle. Il n'avait franchement pas l'envie ni le besoin de protester et de se défendre puisqu'ils savaient tous les deux, l'un aussi bien que l'autre, que c'était totalement faux et que Rhys n'avait sincèrement rien à envier aux plus experts en la matière. De même, quand elle surenchérit en le soupçonnant d'être gay, l'étudiant resta calme, leva seulement les yeux au ciel et feignit de s'ennuyer. Elle était à court d'attaque verbale, c'était gros comme le nez au milieu de la figure ; il n'allait donc pas s'embêter à descendre à son niveau. Le fait qu'elle en vienne à cette déclaration devait être déjà bien assez humiliant pour elle, il n'était pas nécessaire d'en rajouter une couche. Il se contenta donc de garder l'élément qui lui plut le plus : à savoir que Jhordan lui confiait le fait qu'elle était convaincue de ses talents. Ce même sourire narquois et vainqueur revint donc s'afficher sur son visage et resta longuement sur ses lèvres : Rhys était en position de supériorité, il assurait totalement et dirigeait la situation. Jhordan était certes sur son territoire mais le jeune homme avait depuis un bon moment, à présent, prit totalement la confiance. Ce dont il n'avait pas conscience, c'était que la tendance allait rapidement s'inverser à son plus grand damne.
    Lorsqu'il répandit le liquide inqualifiable de l'éponge sur le crâne de la serveuse, Rhys était hilare et ne pensait qu'à une chose : savourer cet instant et le garder à jamais graver dans son esprit. Alors évidemment, le regard fusillant qui lui fut lancé, le pied qui décollait du sol, la pointe de la chaussure qui vint dangereusement se rapprocher de ses parties, il ne les vit pas ! S'il avait été encore plus prudent, il aurait fui mais il avait refusé de le faire par complaisance et curiosité. Il voulait voir la réaction de Jhordan de pleine face et bien, il allait être servi.
    Le coup qu'il reçut stoppa net son rire et ses yeux s'écarquillèrent de surprise avant de se plisser sous la douleur. Une douleur vive et brisante enflamma son entrejambe qu'il agrippa par réflexe de ses deux mains. Il s'était penché en avant sous la pression mais luttait encore pour rester sur ses deux pieds. Hors de question de tomber à genoux devant Jhordan : même le corps criblé de balles il éviterait cette humiliation. Son visage était contorsionné et son regard qui fixait le sol semblait à deux doigts de craquer. Pourtant, il réussit à tenir bon et arriva même à lever ses yeux vers Jhordan qui le fixait avec condescendance. Cette saleté devait être fière de son coup (dans les deux sens du terme) et cette vision semblait accabler d'avantage Rhys. Le souffle encore coupé et redoutant terriblement pour ses bijoux de famille, il réussit à marmonner avec rage et fureur.

      « Salope ! En dessous de la ceinture, putain … Aucune pitié ! »


    L'idée commune qui est celle qu'un homme ne doit pas se battre contre une femme n'est pas une question d'éthique ni même de galanterie : c'est simplement que les hommes ont compris très tôt que les femmes sont les plus cruelles lors d'une bagarre et qu'elles n'hésitent pas à – ne connaissant pas la douleur que peut provoquer une atteinte aux partie génitales externes – frapper là où les hommes évitent par solidarité masculine et par empathie.
    Grimaçant, il se redressa difficilement et s'approcha d'une étagère où étaient rangés des choppes de bières et des coupes de champagne propres. Il fit tout de même attention à ne pas la faire s'écrouler au sol lorsqu'il s'appuya contre elle et passa sa main gauche, l'autre tenant encore précieusement ses parties atteintes, dans ses mèches de cheveux trempées par l'eau de la flaque du sol mais également de la légère sueur qui perlait sur son front suite à l'attaque de Jhordan. Il ferma un instant les yeux, essayant de surmonter la douleur, avant de les rouvrir et de retrouver le regard de la jeune femme. Son visage était fermé et on comprenait que cela lui demandait un terrible effort pour rester debout et se tenir droit. La voix rauque, il réussit à aligner de nouveaux mots.

      « T'as intérêt à trouver un truc, je sais pas, n'importe quoi parce que je suis à deux doigts d'aller chercher ton boss et lui faire la plus grande plainte qu'il ait jamais reçu de sa carrière. »


    Il était tout à fait sérieux : dès qu'il retrouverait assez de forces pour se remettre à marcher, il se précipiterait vers le bureau du responsable de la boîte et irait lui déclarer avec ferveur et preuve à l'appui (une expression de douleur comme la sienne ne s'invente pas) que sa serveuse était une nymphomane agressive. D'ailleurs, ils avaient de nombreux témoins autour d'eux : un type déjà bien éméché, accoudé au bar, se frottait les yeux, l'air hébété devant le spectacle que lui offraient les deux jeunes gens : d'une part une jeune femme aux cheveux collants et au t-shirt humide qui exhibait ses atouts, de l'autre un jeune homme mouillé aussi, venant de se prendre un coup de pied aux couilles et souffrant le martyre. Pas de doute, même l'alcool le plus fort ne pouvait donner pareilles hallucinations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend Lun 27 Juil 2009 - 19:43

Mieux vaut faire envie que pitié. Il était clair que Rhys faisait très envie à Jhordan et ce depuis bon nombres d'années. Jhordan avait suivis la tradiction blythienne dans l'ordre de leur naissance; elle avait d'abord créée un 'contact' avec Maât, l'ainé, avec le temps finalement la relation créée s'était avérée ne pas être la meilleure, ensuite était venu Rhys et autant dire qu'il n'était pas le meilleur des Blythe, enfin théoriquement, parce qu'honnêtement il était de loin le meilleur de tous. Jhordan s'était toujours efforcée de le détester, mais dans le fond cette haine n'était présente que pour duper son attirance, cela faisait un an que les deux tourtereaux jouaient à ce petit jeu du chat et de la souris, un vieux remake de Tom & Jerry, en plus ... sexuel, mais comme dans le cartoon à succès, jamais l'un des deux n'avait encore attrapé l'autre, et il fallait tout de même avouer que la faute revenait entièrement à Rhys sur ce côté là puisqu'il y a bien longtemps que Rhys Blythe n'aurait été une affaire classée dans les dossiers de la jeune Kennedy, mais papi montrait de la résistance. Et les voilà presque un an plus tard toujours à jouer à ce jeu stupide, entre coup bas -sans mauvais jeu de mots en référence à l'acte qui venait de se produire- et insultes, les deux jeunes gens ne trouvaient pas trop le temps de passer aux choses sérieuses. Ce petit jeu était tellement devenu nécessaire à leur quotidien qu'ils n'avaient jamais revisités la situation de façon à ce que cela se termine horizontalement. Quoique dans l'immédiat il aurait fallut un miracle pour que le grand et fort Rhys Blythe puisse se servir de nouveau de ses parties, mais personne n'est à l'abri d'un miracle, surtout pas le meilleur chrétien de la ville -ou presque. C'est donc après avoir percutée la chose la plus importante pour un homme que Jhordan se rendit compte de la bétise qu'elle venait de faire. Non pas qu'elle craignait les représailles, bien au contraire, la violence masculine avait pour répercussion de l'excitée, ceci n'était que l'effet secondaire d'une enfance traumatisée par les coups d'un père violent, mais quand vous pouvez vous vanter d'avoir tuer un homme du haut de vos quatorze ans, plus aucune personne ne vous effraie, plus rien ne vous fait peur, vous vous sentez juste en confiance et même si vous savez que vous faites erreure, la confiance ne vous quitte jamais. Mais revenons à nos moutons. Ce n'était donc pas la peur qui animait Jhordan, mais le fait d'avoir peut-être corrompue une super partie de jambe en l'air en fin de soirée. Jhordan décida de ne pas réagir au injures du jeune homme, d'autant plus qu'elle les avaient plutôt bien mérités, mais vu comment il se tordait de douleur, elle se dit qu'il ne serait pas bon d'en rajouter une couche. Là encore, sans aucune compassion quelconque, simplement dans l'espoir de pouvoir forniquer avec Blythe comme prévu et pour ça il était strictement in envisageable de faire une quelconque remarque sur ce qui venait de se passer. La douleur dans laquelle ce trouvait le jeune homme fit grincer des dents la blondinette. Pour elle la soirée était vraiment foutue. Alors qu'elle songeait à ce gâchis complet le deuxième des Blythe réussit à aligner quelques mots qui formèrent une phrase.

Rhys : T'as intérêt à trouver un truc, je sais pas, n'importe quoi parce que je suis à deux doigts d'aller chercher ton boss et lui faire la plus grande plainte qu'il ait jamais reçu de sa carrière.

Jhordan se trouvait confrontée à deux problèmes : une nuit beaucoup trop calme à son goût et un renvoie potentiel. Rhys Blythe n'était pas le genre de personne dans le besoin à la recherche d'un ou deux verres gratuits donc le côté 'Et si on effaçait tout devant un verre' ne marcherait pas sur lui, elle aurait pu corrompre son patron en lui proposant des excuses en nature, mais avouons tout de même que ce bonhomme n'avait rien de sexy, il était donc impossible pour la jeune femme de faire quoique se soit avec lui. A défaut de quitter le night club, elle aurait pu se reconvertir en stripteaseuse, avec sa paire de boobs, elle airait fait fureur, ou alors tout simplement vivre avec l'argent des assurances vies de ses parents décédés, mais Jhordan n'était pas une adepte des journées dans le canapé devant la télé, pas comme Jayhan. Jhordan n'avait strictement aucun plan de secours, et ça craignait sérieusement.

Jhordan : Dix dollars ça te vas ?

Accompagné de ces paroles Jhordan sortit un billet vert de dix dollars de la poche de son jean et le montra à Rhys, histoire qu'il voit qu'elle était tout à fait sérieuse et qu'elle avait les dix dollars qu'elle proposait. Mais ce geste ne fit pas rire Rhys, ce que Jhordan ne manque pas de remarquer. La seule chose dont Jhordan avait plus besoin, appart sa propre personne, c'était son boulot. La blondinette observa quelques minutes le jeune homme et voyant qu'il se redressait elle pensait qu'il commençait à se sentir mieux, certes cela ne faisait pas deux jours que son pied avait jonglé avec ses corones, mais bien cinq bonnes minutes, cinq bonnes minutes qui parut être une éternité pour la jeune femme, ne trouvant pas l'idée de génie donc Jhordan Kennedy était censé être l'auteur, elle se contenta de faire ce qu'elle faisait de mieux. Elle attrapa la main de Rhys et l'emmena avec lui : direction la réserve. Dieu merci elle n'était pas loin. Jhordan ouvrit la porte et la referma à clé en prenant soin de laisser cette dernière dans la serrure histoire de ne pas avoir d'ennui, elle poussa Rhys contre une montagne de carton remplis de bouteilles pleine et enleva son tee-shirt.

Jhordan : Ma pause dure quinze minutes alors j'espère pour toi que t'es un rapide !

Jhordan ne laissa pas le temps à Rhys de répondre, elle arracha sa chemise et l'embrassa. Cet acte lui fit vaguement pensé au viol qu'elle voulait mettre en place quelques longues minutes auparavant, les rôles étant salement inversés.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: (rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend

Revenir en haut Aller en bas
 

(rhys blythe) A DIRTY NIGHT - thend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Parkwest nightclub-