AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 INTRIGUE PRINCIPALE ▬ it wasn't meant to happen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nikki Odair
× SHE'S HELL ON HEELS.
avatar

♦ Posts : 3447
Multinicks : xavi, sophia, priam.
♦ Credits : @herjuliwiii ~ @tumblr.

Status : divorced/dating max.
Address : n°6015, apple road.
Job/Studies : heiress/anew councilwoman.
Quote : « maybe it’s time to become the person you’ve been waiting for. »
Activité(s) de quartier : self defense.


HALL OF FAME
To Do List: stop being so weak, get what she want.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ □ ] - heath, casey.

Message(#) Sujet: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ it wasn't meant to happen Jeu 27 Mar 2014 - 14:31


Now on Filthy Secret
we're back, with a new season !

Philipp Weston avait, en apparence, tout d'un citoyen respectable. Cet homme d'un âge avancé, à la carrure imposante et aux cheveux grisonnants, avait élu domicile à Ocean Grove depuis peu, accompagné de sa nouvelle épouse, une midinette à peine majeure. C'était là, sans nul doute, le seul détail qui venait entacher l'image de ce monsieur. Si les langues s'étaient rapidement déliées quant à sa conjointe, les habitants du quartier n'avaient pourtant pas manqué de l'accueillir comme il se devait. La fameuse tradition du panier de muffins avait suivi son chemin, comme à son habitude, bordée de sourires pseudo-sincères et de plusieurs « bienvenus » assortis à la panoplie du parfait voisin. Oh, Philipp Weston avait rapidement pris ses aises à Ocean Grove et sa jeune épouse en avait fait de même. Margot Weston ressemblait trait pour trait à une Karen Mulder des années 90 - comme si son statut de mante religieuse n'était pas suffisant, il fallait ajouter à cela une plastique irréprochable et un goût immodéré pour l'étalage de ses breloques. De cette jeune femme, hormis les on-dit qui trainaient de toute part, personne ne savait grand chose. On pouvait simplement notifier qu'elle n'avait ni travail, ni ambition quelconque et que son statut d'épouse semblait être une charge suffisante à ses yeux. En outre, une situation dès plus banale dans un environnement aussi cosmopolite que Miami.

Très tôt, ce matin-là, Scottie Vargas fut réveillée en fanfare par des sirènes de police et autres crissements de pneus. Encore barbouillée, elle avait néanmoins bondis vers ses rideaux afin de coller le nez à sa vitre en cherchant la source de ce vacarme. De l'autre côté de la rue, Dani Flores se tenait sous le porche. Elle aussi avait été alerté par cette présence policière incongrue et visiblement gênée à l'idée d'être vue, la jeune femme fit rapidement marche arrière en refermant délicatement la porte derrière elle. Croiser les forces de l'ordre à Ocean Grove était toujours source de chuchotis et d'intérêt déplacé et cette fois-ci ne dérogea pas à la règle. Petit à petit, les habitants se réveillèrent, piqués par la curiosité. Que se passait-il encore ? Oh, l'imagination ne manquait pas ici et chacun s'en donna à cœur joie sur les diverses possibilités qui pouvaient amener un tel brouhaha à une heure si matinale. Eliott Merlyn, qui rentrait d'une garde agitée, fut lui contraint de ralentir devant la nuée de gyrophares qui se dressaient devant lui et, comme tout être normal, tourna la tête pour comprendre ce qu'il se passait. L'allée était bondée d'officiers de police mais il aperçut très nettement le fameux sac noir. « Oui, j'ai entendu un bruit étrange - » confirma Oliver Brett à l'attention d'un inspecteur déjà présent sur les lieux, alors que son regard vacilla curieusement sur la victime transportée avec rapidité hors de la demeure. Mais c'est Clayton Argent qui aperçu le premier la jeune Margot Weston sortir menottée de la maison, tâchée d'un sang qui n'était pas le sien. En fallait-il plus pour comprendre ce qu'il venait de se produire ?

Oui, Ocean Grove avait un jour été ce quartier d'apparence paisible et guindé que décrivait si bien la brochure touristique. Ce même quartier qui, par delà les années, avait subi un acharnement du sort presque inquiétant. Mère nature s'y était attardée, la politique s'y était noyée et, désormais, un sordide meurtre y serait associé. Et chaque habitant se remémora subitement cette campagne destinée à redorer l'image de leur cher Ocean Grove. Ratée, vous dites ? L'euphémisme est léger.

_________________

( Everything has changed and yet, I am more me than I’ve ever been )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ it wasn't meant to happen Dim 22 Juin 2014 - 15:43


Ah, les joies du mariage. L'amour, la vie à deux, la famille, les années qui défilent et puis une fin. Rose, comme dans un conte de fée, c'est ce qu'on se plait toujours à imaginer et c'est très certainement ce que Philipp Weston avait en tête pour lui et sa jeune épouse. Après tout, n'est-ce pas là le but ultime ? Finir sa vie aux côtés de sa moitié ? Les mots étaient parfaitement choisis pour décrire la fin du couple Weston. Car à mille lieux du happy end dont on rêve tous, le cinquantenaire avait bel et bien lancé son clap de fin en compagnie de sa douce épouse. Il n'avait très certainement pas imaginé que la dite bien aimée serait responsable de sa retraite anticipée. C'est, tout du moins, c'est que les apparences s'entêtaient à démontrer, tout comme les chuchotis indiscrets du voisinage qui n'avait cessé de pointer du doigt la mante religieuse (ou « garce oisive » selon certains). L'annonce du sordide meurtre de Philipp Weston avait fait le tour du quartier en très peu de temps et déjà les langues commençaient à se délier. Chacun possédait un avis bien tranché sur ce qu'il avait pu se produire et tous avait décidé de partager leur théorie entre eux. Si Margot Weston était en pôle position sur le podium de la culpabilité, il allait s'en dire que certains détails entachaient son mobile. Pourquoi une femme qui possédait absolument tout en serait venue à une telle extrême ?


Le poste de police d'Ocean Grove avait vu défiler une ribambelle d'habitants. Et pour des raisons plus ou moins obscures, certains visages familiers avaient capté plus d'attention que d'autres. Prenez Kayleigh Ashburn et les nombreux doutes concernant son passé. La voir sortir du poste après un interrogatoire corsé n'avait rien de douteux, si ? Après tout, on avait croisé plusieurs fois son minois dans le coin, avant qu'elle ne disparaisse pour de bon. Est-ce que sa subite réapparition n'était pas calculée ? Et si oui, pour quelle raison ? Et Christian S. Bateman ? Ce séduisant trentenaire ne venait-il pas de sortir de prison ? Fraichement libéré et déjà suspecté ? Devant la flopée de points communs qu'il possédaient avec la dite épouse, rien de bien étonnant là non plus. En revanche, y croiser Emrys Redkins avait de quoi glacer le sang de tout un chacun. La blondinette ne venait-elle pas d’emménager chez le Maire, récemment ? Lui, aussi, avait-il quelque chose à se reprocher ? Nunzia Marques n'avait pas non plus l'air d'une meurtrière de sang froid mais le regard qu'elle avait lancé à Priam Eason, fraichement arrivé au poste, eu de quoi sensibiliser n'importe qui et attira nerveusement l'attention de plusieurs curieux qui trainaient dans le coin. Quant aux grognements intempestifs de Teza Stark, ils furent nécessairement interprété comme une culpabilité évidente, alors qu'elle venait de claquer violemment la porte du commissariat. Mais quiconque connaissait la jeune femme, savait pertinemment qu'elle abhorrait simplement les pertes de temps comme celles-ci. Jahzara Hazlegrave, elle, trottina gaiement jusqu'à la porte d'entrée, talons aiguilles claquant sur le macadam et lapin sous le bras. Un étrange sourire frôlait le coin de ses lèvres alors qu'elle stipulait frénétiquement à un officier être légèrement en retard à son rendez-vous. Mais que se passait-il encore ? Le défilé du 4 juillet se présentait-il plus tôt cette année et sous une forme bien plus sordide ?


( ... )
Oui, nous sommes tous à un moment ou un autre de notre vie, sous le feu des projecteurs. Un quart d'heure de gloire mérité et recherché... Mais que faisons-nous, lorsque celui-ci reste braqué un peu trop longtemps sur notre silhouette ? Que faisons-nous, lorsque nous devenons la cible d'un fait divers qui nous dépasse totalement ? Que faisons-nous lorsque les ragots de notre voisinage s’élèvent au delà de la cime des arbres et viennent s'abattre sur le bureau d'un officier de police ? Oui, c'est bien cela, nous ne faisons rien, le mal est déjà fait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ it wasn't meant to happen Sam 20 Déc 2014 - 8:41


Ses yeux mordorés, sa peau claire, sa chevelure étincelante et son allure BCBG, « on lui donnerait presque le bon dieu sans confession » avait annoncé un ancien du quartier, en croisant Margot Weston au Greynolds Park, libre comme l'air. La jeune femme avait beau posséder une apparence qui allait en son sens, aucun  n'avait oublié le fait divers qui animait encore Ocean Grove aujourd'hui. Mais, ce jour-là, une question vint se poser sur les lèvres de chaque habitants : pourquoi diable cette mante religieuse était-elle en liberté ? La nouvelle fit le tour du quartier, les sourcils se froncèrent et un étrange manège commença à s'installer au creux de l'hiver. N'était-elle pas censée rester derrière les barreaux jusqu'à preuve de son innocence ? « Sous quel bureau est-elle passée !? » lança une mère de famille. « Qui a-t-elle payé ? » releva un voisin. « Que fiche le maire, bon sang !? » s'était envenimé une vieille dame. Oui, la liberté soudaine de cette femme avait eu le don de faire ressurgir de vieux démons mais, aucun d'eux n'avaient eu la présence de se poser la seule et unique question qui méritait une réponse : si Margot Weston était libre, son innocence (pseudo) prouvée, alors, qui diable était donc le prochain suspect ? Ah, vous voyez, votre attention est attirée.

Kayleigh Ashburn avait fait un premier tour, il y a quelques semaines, au commissariat. Mais il semblait bel et bien que cette blonde (décidément, c'est une manie chez les suspects) ait attiré un peu plus sérieusement l'intérêt des enquêteurs. C'est, sans doute, son lien (apparemment) noble avec la victime qui a dû en être la cause. Travailler pour l'Unicef et recevoir plusieurs chèques de Monsieur Weston n'a pourtant rien de bien méchant, au contraire, la manoeuvre a dû émouvoir plus d'un habitants du pays de Sam. Mais, ne serait-ce pas sa silhouette sur cette caméra ? Et l'autre douce blonde en face d'elle, n'aurait-elle pas un air de Madame Weston ? Ah, vous voyez Kayleigh, votre erreur est là. Compilez à votre passé un brin sombre (ne dit-on pas que votre cher et tendre a trépassé ?), vous êtes le suspect numéro 1. Emrys Redkins était la suivante. Non pas que son profil soit dès plus intéressant aux yeux de la justice : après tout, sa fragilité était palpable et l'un des inspecteurs avait même doucement souris en l'apercevant. Néanmoins, son lien soudain avec le Maire avait fini par intéresser. Et comme tout le monde savait que Dagher lui-même avait eu un fâcheux désaccord avec Monsieur Weston il y a plusieurs années, le lien avait été fait plus que rapidement. Oui, mais pourquoi Emrys alors ? Parce qu'inculper Monsieur le Maire était trop compliqué et si sa petite protégée commençait doucement à tomber du nid, nul doute qu'il viendrait la sauver ? Ah, c'était peut-être mal le connaitre, en effet. Peu importe, suspect numéro 2 enregistré. Enfin, Jolene Milburn avait eu la joie d'entrer dans ce top 3 des suspects. Mais pourquoi, me direz-vous ? Elle ne faisait pas partie du premier lot d'interrogés ? Certes, mais une pute de luxe (escort-girl, avait-elle corrigé) ayant eu, un jour, à faire aux deux époux Weston avait de quoi intéresser n'importe qui (les inspecteurs autant que les commères). Alors Jolene, Monsieur Weston n'avait-il pas été assez sympathique avec vous ? Inutile de répondre, vous êtes le suspect numéro 3.

« Ou étiez-vous le soir du meurtre ? », « à quel point étiez-vous proche de la victime ? », « quelles relations entretenez-vous avec Margot Weston ? », « protégez-vous quelqu'un... ? » autant de questions qui, ce soir-là, avaient été posées au sein du poste de police d'Ocean Grove. Et il semblait bel et bien que les enquêteurs se penchaient sérieusement sur l'un d'eux. Simple manoeuvre déstabilisante, réelle culpabilité ou machination politique (et financière) ? Qui diable avait assassiné Philipp Weston ? (...)
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7868
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ it wasn't meant to happen Ven 20 Fév 2015 - 11:36



La St Valentin était habituellement un grand événement à Ocean Grove. Nombreux sont ceux à avoir adoré la vente aux enchères, donnant l'honneur à ces dames d'acheter l'homme de leur choix le temps d'une soirée. Toutefois, pas de soirée spéciale cette année, et surtout, pour le plus grand bonheur de tous, pas le moindre incident. Fait rare dans le coin. Ainsi, les couples ont pu célébrer la fête des amoureux à leur convenance, petit dîner romantique, petites attentions toutes particulières. Pendant que des groupes de copines, un verre de vin à la main, fulminaient contre le prince charmant qui n'existait que dans les contes de fées. Il y avait pourtant encore des rêveurs, heureusement. Et ces vautours des temps modernes arpentant les bars à la recherche de la proie facile. Banale et ordinaire.
Néanmoins des regrets commençaient à se laisser sentir, des soupires lasses s'échappaient ici et là. Oui, cela faisait bien trop longtemps qu'il n'y avait eu la moindre fête. Bien trop longtemps au goût des habitants du quartier, habitués à jongler entre les invitations pullulants dans les boîtes aux lettres et sur les pare-brises. Une jeune femme avait entendu l'appel muet de ses congénères. Jolene Milburn. Cette petite brunette un brin cachottière et toujours partante pour s'amuser ne voyait pas en quoi il était nécessaire d'attendre une occasion particulière pour faire la fête. Vous non plus, n'est ce pas? (..)


Vendredi 19 févier 2016, 21:25.
La grande maison de Jolene Milburn accueillait des invités de plus en plus nombreux, il fallait avouer qu'elle ne s'était pas montrée très restrictive sur les invitations. Ne se sentant pas d'humeur sélective, c'est tout le quartier qui avait été convié. Et la jeune femme, elle en connaissait du monde. Un groupe avait ainsi fait le déplacement. Sans être de grandes célébrités, leur agent ne jurait que par eux. Et d'où le connaissait-elle? Elle n'en dirait rien, bien sûr. Ainsi dans une ambiance à mi-chemin entre un concert privé et une fête décontractée et décomplexée, les habitants pouvaient à la fois profiter de leur soirée et se détendre. À l'image de Teresa Bradshaw qui n'était pas de service ce soir, traînant au bar, satisfaite de cette soirée de repos. De l'autre côté, un verre à la main Marcus Baizen observait le groupe, un brin nostalgique, le regard presque envieux et si triste. Abraham Bancroft, lui, était comme un poisson dans l'eau, balançant ses œillades séductrices à toutes femmes aux jambes interminables qu'il croisait. Une soirée on ne peut plus normale en somme..

Vendredi 19 février 2016, 23:47.
Les couples se font et se défont, le rituel ma foi anthropologique de ce genre de soirée. Mais il y avait aussi ce couple, celui qu'on voit se faufiler hors de la fête, loin du bruit, à l'abri des regards. Ce couple qui pensaient être déjà isolé du monde, dans leur petite bulle de baisers et roucoulements presque agaçant pour certain. Ce soir là, c'était Jules Brythe et Nikki Odair. Un couple on ne peut plus assorti qui se fichait royalement de la fête. Nikki avait d'autres idées en tête et entraînant subtilement (ou pas), son petit-ami loin du brouhaha du voisinage. Les maisons d'Ocean Grove se ressemblaient toutes, ou presque, à quelques détails près. Ainsi, elle n'eut aucun mal à trouver le garage. Pourquoi un endroit si sombre et sordide? Parce que des petits jeunes avaient déjà prit d'assaut les chambres à l'étage. Au moins ici, personne n'aurait l'idée de venir et avec un peu de chance, la voiture n'était pas verrouillée. Continuant leur progression tant dans la maisonnée que sur le corps de l'autre, les tourtereaux arrivèrent dans le garage, peinant à trouver de quoi s'éclairer ne serait-ce qu'un peu. Naviguer à l'aveugle comportait sa part de risques et rendait le tout plus excitant, mais néanmoins, ils réussirent à allumer la pièce. Et à peine s'étaient-ils adossés à la voiture que la jeune femme se stoppa net. « Bordel de merde! » s'exclama-t-elle en voyant quelque chose -ou quelqu'un- dépasser du coffre du véhicule.

Samedi 20 février 2016, 00:13.
« Je répète une fois de plus ma question, que faisiez-vous cette après-midi entre 16 et 18h? » La police avait envahit la maison, il y en avait partout, à l'étage, dans le garage, la cave. Toutes les pièces en comptait au moins deux. Bien sur, le pôle de toutes les curiosités demeuraient le garage, mais la pièce était déjà sous scellée. Et en tant que scène de crime, la maison toute entière demeurait sous scellée, ainsi, aucun des invités n'avaient le droit de quitter la fête avant d'être entendu par un officier. Au centre des accusations, l'hôte bien sur. Mais la brunette peinait à expliquer ce qui était entrain de lui tomber dessus. « Et je vous le répète, j'étais ici, dans le salon à préparer la soirée. Franchement, si j'avais voulu tuer quelqu'un, je l'aurais caché mieux que cela, sachant que j'allais avoir autant d'invités fouineurs. » balança la jeune Jolene avec un brin d'arrogance, dissimulant pourtant son inquiétude. « Quelqu'un était avec vous? » Non, après tout, elle ignorait où elle se trouvait vraiment. Dans son bain, devant son dressing à choisir sa tenue, dans son canapé à checker ses mails, voir même à la supérette du coin à faire des emplettes de dernière minute. Elle n'était pas du genre à chronométrer sa journée, mais l'avouer serait suspect. Pantoise, elle n'eut pourtant pas le temps de chercher ses mots. « J'étais avec elle pour l'aider à installer la sono. » Lança un jeune homme se faufilant parmi la foule. Reggie Horsfall, l'ancien petit-ami de la jeune femme, venant de faire une fausse déclaration. Mais puisque la parole d'un pêcheur ne serait peut être pas suffisante, la carrure massive d'un pompier le suivit aussi rapidement. « Moi aussi, je confirme! » Rhys Fitzgerald, lui aussi venait de mentir sans y réfléchir à deux fois. Et puisque sa parole valait de l'or pour ces agents avec qui il avait déjà collaboré par le passé, la police cessa son acharnement sur la jeune femme, pour se concentrer sur toute l'assemblée...

Samedi 20 février 2016, 01:29.
Malia Toledano était la victime, une quinquagénaire femme de ménage, épouse et mère de trois enfants. Tout le monde la connaissait dans le quartier, elle était gentille, rendait service à tout le monde, donnait ses petits conseils pour désincruster une vilaine tâche, veillait sur les enfants du quartier lorsqu'ils jouaient au vélo au beau milieu de la route. C'était une femme agréable qui aimait ce quartier, elle ne s'y était jamais installée, faute de moyens, mais avait dédié près de vingt années de sa vie. Et elle était aussi récemment devenue la femme de ménage du regretté Philipp Weston et de sa veuve aux airs coupables, Margot Weston. Si la mort de Ms Toledano attirait encore les soupçons vers la veuve Weston, pour d'autre, cela devenait trop évident, à la limite du complot. À l'instar de Thomas Spark avocat au regard d'acier, qui se méfiait à présent de tout ses voisins. « Trop facile. Je préfère me méfier de ceux qui en disent le moins, des petits discrets. Des maladroits. » lança-t-il, le sourire en coin, une lueur primitive de chasseur dans le regard qu'il posa prestement sur le jeune Remus Winston. Provocant un roulement de rétine à s'en déchirer la cornée chez Alexander King qui trouvait cela on ne peut plus ridicule. « Cette soirée est un fiasco, celui qui a fait ça voulait qu'on se retrouve coincé ici c'est évident. Et franchement, je doute qu'un minet qui sait tout juste lacer ses chaussures, en soit capable! ». L'ambiance était tendue, électrique, tout le monde y allait de son avis, de ses soupçons, sans jamais garder son calme. À quoi bon ?! Quelqu'un avait commis un meurtre, ils étaient très probablement coincés avec un meurtrier pour toute la nuit. Comment pouvaient-ils rester calme ?



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ it wasn't meant to happen Sam 27 Juin 2015 - 11:00



Je m'appelle Malia Toledano. En ouvrant le journal ce matin, vous êtes peut être tombé sur cet article, sur le récit d'une journée hors du commun dans la vie d'une femme ô combien banale. Moi. Habituellement, et mes proches vous le confirmeront, il ne se passe rien d'extraordinaire dans ma vie. Pourtant, tout a changé vendredi dernier, et ça, mes voisins s'en souviendront. Au début, tout semblait parfaitement normal: j'ai préparé le petit-déjeuner pour ma famille, un peu de repassage et autres tâches ménagères que je fais d'habitude pour les autres, et fais mes courses. En fait la journée s'est déroulée comme une journée ordinaire, j'ai passé mon temps à astiquer mon petit quotidien jusqu'à lui donner une brillance parfaite. Alors que s'est-il passé entre le moment où je suis rentrée les bras chargés de sacs en papiers, jusqu'au moment où une jeune héritière et son amant m'ont retrouvé dans le coffre de Jolene Milburn, une parfaite étrangère pour moi?

Les esprits s'étaient échauffés ce soir là, nombre choses avaient été dites sans pour autant être sincères. La nervosité, l'inquiétude. Quel détraqué arpentait une fois de plus les rues d'Ocean Grove? Piégés à une soirée, encerclés par les forces de l'ordre, condamnés à se sentir coupable, à voir les regards braqués sur soi, à voir sa vie passer au peigne fin.. Ce n'était certainement pas la soirée à laquelle ils s'attendaient. L'assassinat de la femme de ménage, c'était tellement bateau, si idiot. Après de multiples interrogatoires qui ne menèrent à rien, les soupçons se portèrent une fois de plus vers ma patronne, Margot Weston. Cette pauvre Margot. Bien sur qu'elle en avait après l'argent de son mari, mais elle ne ferait pas de mal à une mouche. Si seulement mes voisins pouvaient voir plus loin, par delà les rumeurs, s'ils étaient capables de cesser de chuchoter, de fouiner, d'imaginer des histoires derrières des rideaux clos..

Le matin de ma mort, en sortant de mon petit pavillon que je n'avais pas fini de payer, j'avais aperçu ce petit groupe, ces femmes.. Une tasse de café fumant à la main, le journal dans l'autre, les ragots au bord des lèvres. Les regards oscillaient de la maison des Weston à celle de leurs voisins, un à un, chacune de ses familles passaient sur le grill, à la merci des cancans venimeux de ces femmes qui s'ennuyaient que trop dans leur quotidien si banal. Elles ne voyaient pas le mal qu'elles faisaient, se contentaient d'apporter du piquant dans une existence si ordinaire, d'épicer une vie trop fade. « Je parie que l'une d'elle à une aventure avec son petit jardinier, peut être même qu'une autre à un problème d'alcool, mais discuter de la veuve noire d'en face est bien plus fascinant.. » Dillon Leroy, un jeune papa célibataire qui louait la maison voisine à la mienne, un gentil garçon. Toujours présent pour ma petite famille, et écœuré par les rumeurs qui s'entassaient les unes sur les autres. « Qui sommes-nous pour les priver de leur sport favoris?! »

Ce matin là, Dillon m'aida à réparer ma boîte aux lettres bancale, prit un café à l'heure du petit déjeuner avec ma famille, déposa même son fils pour qu'il joue aux jeux vidéos avec le mien. Il fut aussi le premier, le mardi suivant, à apporter deux énormes tartes à mon mari, l'expression grave, le regard compatissant. Les visites s'enchainèrent le jour de mes funérailles. Jolene Milburn se sentant peut être coupable, avait apporté des cookies pour mes enfants, ne sachant quoi dire. Le passage de Nohe Crowley m'aurait sans doute fait sourire, un homme effrayant pour qui redoutait de dire adieu, mais un homme pourtant si charmant. Lui savait quoi dire, quoi faire, avec une ferme tendresse il resta quelques minutes, aidant ma famille, apportant des mots rassurants, promettant un avenir moins douloureux. Des paroles sages, une visite qui apaisa presque la colère de mon mari. Diedre Smoak quand à elle apporta des pâtisseries maison, déposa timidement son panier dans les mains de ma fille aînée, leurs regards tristes se croisèrent, échangèrent un sourire fugace, entendu avant que la jeune femme ne fasse demi-tour. Les macaronis au fromage de la jolie Arielle Murdock m'aurait fait sourire aussi, visiblement, elle avait bien du mal à les réussir, mais l'intention était là...

Ils furent plus nombreux que je ne l'aurais cru, tout mes voisins avaient fait le déplacement, même ceux que je n'avais jamais croisé, même les plus distants, les plus mystérieux. Même ce groupe d'amies avaient fini par se taire aujourd'hui. Tous réunis autour de moi, de ces quelques mots pour une existence ordinaire. Tous s'échangèrent des regards désolés sans pour autant savoir pourquoi, sans savoir ce qu'ils regrettaient le plus.

« Vous en êtes sûr? »
« Oui, il ne nous reste plus qu'à le prouver.. » échangèrent les deux inspecteurs, éloignés de la foule, dissimulés par un arbre, observant mes funérailles avec une tristesse presque masqué par une féroce détermination.
Le plus expérimenté des deux fixait alors une personne parmi des centaines, sûr de lui, plus écœuré que jamais..

Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7868
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ it wasn't meant to happen Mar 8 Sep 2015 - 16:42



« Vous avez noté les noms et coordonnés de chacun, vous n'avez oublié personne? » questionna l'inspecteur, fébrile, la nervosité à l'origine des tremblements de sa voix. D'ordinaire si calme, si serein, il ne laissait rien paraître. Des années d'expérience sans doute, forgé par toutes les horreurs qu'il avait vu avec les années. À la criminelle depuis plus de vingt ans, il en avait vu de toutes les couleurs. Des tueurs en série, des fratricides, des infanticides effroyables, rien ne lui avait été épargné. Et ce visage glacial, ces mains fermes et précises, ne faisaient que dissimuler des années de cauchemars, de nombreuses bouteilles de scotch enfilées le soir après une journée éprouvante. Et cette fois-ci, voilà que l'on s'en prenait aux siens?
« Oui patron. » lança Santos Ramirez, ne cachant pas son inquiétude comme savait le faire son aîné.
« Alors en route! »
En un rien de temps, la demeure de Jolene Milburn se vida. En un claquement de doigts, les forces de l'ordre disparurent emportant avec eux le bruit assourdissant des sirènes. Le calme s'installa alors dans la maison. Tous se regardèrent, inquiet, incrédule. Eux aussi n'avaient pas été épargnés, eux aussi en avaient vu de toutes les couleurs au fil des années. Dans leur vie personnelle ou à cause d'Ocean Grove, ce quartier si étrangement porteur de malheurs.
« Je dois y aller. » s'exclama Cole O'Connor, sans pour autant s'adresser à qui que ce soit en particulier. Inspecteur à la criminelle, toutes les fibres de son corps lui intimèrent de se rendre au commissariat. Et il ne fut pas le seul, poussés par la curiosité, par l'inquiétude, bon nombre d'invités ne purent s'empêcher de se précipiter sur les lieux du drame. Ou comme Adriel Lamontagne, qui en venait à se demander si sa place n'était pas là bas, avec ses hommes.


Samedi 30 Janvier 2016 (Flash Back).
Un silence pesant avait envahi la pièce. Sinistre, les murs épais semblaient se rapprocher à mesure que le témoin parcourait l'étroite pièce du regard. Il s'y attendait, mais n'aimait pas se retrouver dans une salle d'interrogatoire comme un vulgaire criminel. « Comme je vous l'ai dis Messieurs, mon père était un homme puissant, sa fortune faisait des envieux, de nombreux envieux dans le quartier. Difficile d'établir une liste d'ennemis. » Joshua Weston, le fils du défunt, la nervosité masquée par le sourire arrogant du petit héritier pourri gâté. Tentant de garder l'apparence du fils simple, il affichait sa réussite personnelle comme désireux de se défaire de l'ombre bien trop imposante du paternel. Et s'il semblait confiant, le tic nerveux poussant sa jambe gauche à s'agiter au rythme accéléré des battements de son cœur, trahissait son malaise.
« Où étiez-vous le soir du meurtre Mr Weston? » L'inspecteur se fichait pas mal des apparences, de la Rolex à son poignet, de la chemise équivalent sans doute à deux mois entiers de salaire pour un petit fonctionnaire. La loi, la justice, il avait juré, il y a bien longtemps de protéger et servir, et en dépit des années, il n'avait jamais oublié sa promesse. « Chez moi, je regardais la télévision. » Un alibi qui avait cessé de faire effet avec l'apparition du replay et compagnie, comment croire aux détails d'un programme télé lorsque l'on pouvait le revoir plus tard très facilement? « Quelqu'un pour le prouver? » Joshua Weston se mit alors à jouer avec son alliance sans même y faire attention, un rictus nerveux déforma son visage une fraction de seconde. Une seconde à peine, mais qui ne passa pas inaperçu aux yeux de l'inspecteur. « Malheureusement non. Ma femme est en congés dans de la famille, près de Sacramento. » Le jeune Ramirez griffonna sur son petit calepin noir avant d'être interrogé à son tour. « Je ne suis pas soupçonné du meurtre de mon père tout de même? »


Retour au présent.
Un périmètre de sécurité avait été placé, écartant un maximum les civils des lieux de l'incendie. Mais malgré l'heure tardive, tout le quartier était descendu dans les rues, le regard empli d'effroi alors que la police venait d'être la cible d'un incendie criminel. Un sentiment d'insécurité secoua l'échine des habitants. De nombreuses voitures de police arrivèrent sur les lieux, ignorant le périmètre mit en place par les pompiers s'activant sur place depuis déjà plusieurs minutes.
« Reculez s'il vous plaît. » demanda poliment le chef de la brigade d'intervention sur place, repoussant de toute sa hauteur les nombreux lieutenants, inspecteurs et autres membres de la police sur place. À contre cœur, impuissants, loin de leur champ d'expertise, ils étaient conscients qu'il était mieux d'obtempérer et de laisser les pompiers faire leur travail.
« Dites moi tout ce que vous savez. » L'inspecteur masquait à peine sa panique, alors qu'il suppliait du regard son confrère. Ce dernier venait de souffler un ordre à travers sa radio, avant de se retourner vers son collègue et ami.
« D'après les témoins, le feu s'est déclaré il y a quarante minutes environ. Quelques personnes ont réussis à sortir à temps. Mais beaucoup de vos hommes sont encore piégés à l'intérieur. » L'inspecteur poussa un long soupire, ce à quoi le chef de la brigade d'intervention répondit par une main amicale sur son épaule. « Mes hommes font de leur mieux. » deux pompiers venaient justement de sortir du brasier, trois hommes les accompagnaient, toussant, noirs de suie. L'un d'eux était appuyé sur la carrure frêle de l'un des deux pompiers. Georgie Moroe soutenait le jeune stagiaire de toutes ses forces, l'accompagnant vers l'une des nombreuses ambulances sur place, laissant le soin à son collègue et ami, Milo Wayland, de s'occuper du gamin à bout de force.
Les forces de l'ordre observait le va et vient des pompiers, pas le temps de prendre la moindre pause, pas le temps de se plaindre ni de reprendre leur souffle, dès qu'une victime était sortie du bâtiment, ils retournaient à l'intérieur sans se poser de question.
Toutefois, dans l'esprit de l'inspecteur, une question demeurait belle et bien en suspend. « Vous avez retrouvé un corps. » Le chef acquiesça d'un mouvement de tête, avant de lancer un regard en direction d'un sac mortuaire quelques mètres plus loin. Lui et le jeune Ramirez filèrent le plus rapidement possible dans sa direction essayant de ne pas gêner les pompiers et ambulanciers sur place. Un genou à terre, l'inspecteur ouvrit la housse, dévoilant le corps carbonisé d'une femme en ce qui semblait être les reste d'une tenue de civil. À peine reconnaissable, c'est l'alliance suspendu à une chaîne autour de son cou qui attira son attention. « Kathy & Joshua Weston. » il déposa l'anneau qu'il tenait à l'aide d'un crayon, dans une pochette que lui tendait son coéquipier. « Je crois que Kathy Weston n'a pas passé ses vacances bien loin... »


Lundi 22 Février 2016, 09h38.
« Je vous jure que ça s'est passé comme ça. » Certifia Jane Roezl, les bras croisés contre sa poitrine, un peu boudeuse et bougonne de voir le jeune lieutenant face à elle, mettre en doute ses propos. « Vous dites avoir vu, Ms Toledano se disputer avec le fils Weston? » la jeune femme poussa un long soupire d'exaspération. « Vous êtes idiot ou quoi, en quelle langue dois-je le répéter? Oui je les ai vu se disputer, le matin même de cette fête stupide. »

Lundi 22 Février, 18h14.
Joshua Weston ne se doutait de rien ce jour là. Comme tout les jours il vaquait à ses occupations, travaillant sur son ordinateur, rangeant des dossiers, criant sur des employés moins rentables que d'autres. Une journée ordinaire pour l'homme d'affaire, ou presque. Il comprit très vite ce qui était entrain de lui tomber dessus au moment où il entendit sonner à la porte. 'MPD' trois initiales qui eurent le dont de lui tordre l'estomac. Bien qu'il se soit levé avec une certaine appréhension ce matin là, bien qu'il ait observé tout les voisins qu'il ait pu croiser avec suspicion, il décida d'ignorer ce que continuait de lui hurler ses tripes. Peut être aurait-il prit d'autres précautions s'il avait su..
Le lieutenant Ramirez lui balança un mandat de perquisition à la figure, un sourire carnassier pour seule réponse aux interrogations du fils Weston. De nombreux officiers se déployèrent dans la maison, prenant d'assaut tiroirs, penderies, placards et autres cartons. Fouillant, retournant la demeure avec une ferveur non dissimulée. Après l'incendie du commissariat, la police de Miami avait soudain prit cette affaire plus personnellement, plus à cœur. Joshua s'en aperçu bien vite, lorsqu'il vit des regards plein de haine se pencher sur lui, lorsqu'un officier le bouscula sans même feindre une maladresse. L'incendie avait changé la donne...
« Regardez ça. » Un jeune officier s'approcha de l'inspecteur et de son coéquipier, leur tendant un paquet de photos. Tout deux se penchèrent sur celles-ci. Margot Weston était au centre de chacune d'entre elles, un vrai roman photo, des clichés prit à l'insu de cette dernière. Dehors à faire ses courses, à rejoindre une amie pour déjeuner, à se rendre chez sa manucure, ou encore chez elle. Et les photos étaient de plus en plus privées et malsaines. Ce à quoi vinrent rapidement s'ajouter des lettres, le destinataire était une fois de plus la jeune épouse Weston. Des lettres d'amour enflammées, ouvertes et vraisemblablement retournées par la principale intéressée.
« Vous nous expliquez ceci?! » fit l'inspecteur en lui montrant, une lettre, puis deux, et une photo et encore une autre. « Inspecteur! » l'interrompit le jeune Ramirez jusque là au téléphone. « Le médecin légiste à retrouver des traces d'ADN sous les ongles de Ms Toledano. Celui de Joshua Weston. » fit-elle en regard l'intéressé avec la même colère que celle ressentit par tout les officiers.
« Joshua Weston, vous êtes en état d'arrestation .. »


Mardi 23 Février, 03h48.
« Pourquoi avoir tué Ms Toledano? » Joshua resta muet, ignorant même les deux hommes face à lui, observant le mur à sa gauche. Comprenant petit à petit que les murs se resserraient bel et bien sur lui cette fois-ci.
Les mains de l'inspecteur s'abattirent sur la table violemment sortant le fils Weston de ses rêveries.
« Vous ne comprenez rien. » Siffla-t-il entre ses dents, bien décidé à gagner du temps.
« Vous voulez savoir ce que j'ai compris? » Le jeune Ramirez déposa les pièces à conviction devant le suspect. Les lettres, les photos de sa belle-mère prise à son insu.. L'inspecteur enchaîna alors. « Je crois que vous êtes tombé amoureux de votre belle-mère, vous avez tout tenté pour la séduire, mais rien n'y faisait, elle vous rejetait encore et encore. Mais délirant, vous vous imaginiez vivre une histoire d'amour en secret avec cette femme, à cela s'opposait deux personnes. Votre père et votre femme. Allant plus loin dans le délire, vous avez tué de sang froid Ms Toledano parce qu'elle avait commencé à comprendre, parce qu'elle connaissait l'existence des lettres. Vous l'avez tué et dans la précipitation vous avez dissimulé son corps dans le garage de Ms Milburn. Mais vous n'aviez pas réfléchit à tout, vous êtes donc resté à la soirée, dissimulant des preuves à droite à gauche pour gagner du temps. Conscient que vous deviez faire vite, que l'étau se resserrait, vous deviez ensuite vous débarrasser du corps de votre pauvre femme. Un incendie.. Trois meurtres, des blessés, tout cela pour une femme qui ne vous aime pas.. »
« ELLE M'AIME! » protesta-t-il. Un sourire malveillant étira les lèvres de l'inspecteur, sans un regard vers le suspect, il se dirigea vers la porte. « Récupère ses aveux! C'est fini pour vous Weston. »



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ it wasn't meant to happen

Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE PRINCIPALE ▬ it wasn't meant to happen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: ▪ ADMINISTRATION ▪ :: the pretty lies, the ugly truth :: Previous Seasons :: Season 7-