AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 If love is the answer, could you please rephrase the question?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: If love is the answer, could you please rephrase the question? Sam 18 Fév 2012 - 22:54

Tobias était assis avec River à une table. Ils semblaient bien isolés par rapport à tout ce qu’il se tramait autour d’eux. L’agitation était à son comble, et pour cause : on venait d’annoncer les heureux gagnants des lots d’un soir. Le jeune homme ne comprenait pas qu’une vente aux enchères d’humains provoque un tel engouement. Il avait suivi l’événement de A à Z, de l’annonce des noms des hommes d’Ocean Grove à l’appel des acheteurs chevronnés qui avaient misé sur eux. Mais ce n’était pas tout. Finalement, Tobias en avait conclu qu’il s’agissait d’un jeu, rien de plus, même si lui-même ne trouvait rien de drôle à cet achat – quel rapport, en plus, entre les candidats et PETA ? – et qu’il devait y avoir un sens caché qui lui échappait peut-être. Cela ne le gênait pas, il avait l’habitude de ne pas saisir ce qui faisait rire les autres, tout comme les autres ne semblaient jamais comprendre ce qui l’amusait tant. Cela ne l’avait pas empêché de venir à la ‘remise des prix’ et il fut surpris de voir les duos s’éparpiller, certains très joyeux, d’autres beaucoup moins. « Je ne comprends pas » déclara-t-il finalement en se tournant vers River. « Qui était le meilleur prix ? Celui qui a gagné le plus d’argent ? Qu’est-ce qu’il y a de bien à gagner quelqu’un ? Ce n’est pas comme s’ils gagnaient un prix Nobel ou un concours de patinage artistique. » Tant de questions qui restaient hors de sa portée alors qu’il aurait pu répondre à la plupart des questions dont tout ce beau monde ignorait la réponse – s’ils comprenaient seulement l’énoncé. « Tu crois qu’on aurait dû miser sur quelqu’un ? » ajouta-t-il, en fronçant le nez, perplexe. River, lui, pourrait sûrement l’éclairer, bien qu’il soit généralement aussi perdu que lui. « Sauf que j’aurais pas misé sur celui qui a gagné. » Il ne connaissait pas les hommes qui avaient été si bien vendus. Il avait beau savoir en quoi consistait une vente aux enchères, il n’arrivait pas à se figurer ce qui pouvait tant attirer tous ces gens à dépenser leur argent pour leurs voisins. Après tout, ils n’avaient rien de tableau précieux ou d’objets uniques. Ils – puisqu’il y avait des hommes dans les gagnants, il pouvait mettre au masculin – pouvaient parler à ces gens dans la rue, dans les magasins, au téléphone, pourquoi se ruiner pour passer une soirée en tête-à-tête ? Il secoua la tête et haussa les épaules. « En tout cas, il y en a qui n’ont pas l’air très contents d’avoir été choisis… » commenta-t-il en voyant les visages sérieux de certains.


Dernière édition par Tobias Murray le Mer 18 Avr 2012 - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: If love is the answer, could you please rephrase the question? Lun 20 Fév 2012 - 8:32

Alors que son regard dardait d’un voisin à l’autre, River fronçait des sourcils, à la fois ébahi et dubitatif. La première question qui lui venait à l’esprit était de savoir pourquoi il était là, assis en face de son meilleur ami. La seconde, beaucoup plus intrigante, était de savoir : pourquoi, mais ô grand pourquoi, des hommes s’étaient exhibés pour être vendu à dieu sait qui pour dieu sait quelles raisons. En gros, il était là, paumé comme un petit poisson au milieu d’une bande requin. Il regardait, réfléchissait, se dispersait, revenait à son idée de départ et… Non, toujours le même résultat, une hébétude plus expressive que jamais. Il acquiesça d’ailleurs gravement lorsque Tobias lui fit part de sa propre incompréhension. Après tout, il y avait de quoi ! Ne fallait-il pas être fou pour dépenser autant d’argent dans quelque chose d’aussi futile qu’une organisation protectrice des droits des animaux ? Ca va, ils avaient la belle vie pour la plupart ! Il l’avait bien vu en regardant les pingouins de Madagascar. Ils font souvent semblant d’être malheureux, sortent leurs airs de chiens battus, alors qu’ils ont croquettes et caresses à profusion. Qu’on ne vienne pas lui faire croire que remuer la queue était difficile, il savait d’ores et déjà que ce n’était pas le cas. Il s’était déjà imaginer dans la peau d’un bulldog et la vie était vachement cool. Gros dodo, transporté son gros popotin pour faire de gros popo et basta. Mais tout cela l’égarait dans ses pensées alors que son ami quémandait des réponses à des questions que lui-même trouvait impossibles. « J’imagine que le meilleur prix c’est celui qui se montrera le plus docile avec la dame qui l’a acheté. Ou l’homme, j’ai vu un type assez bizarre enchérir sur un autre. Ils allaient pas trop ensemble, mais bon, après c’est son argent : il fait ce qu’il veut hein. Mais le problème, c’est surtout que je n’ai pas vraiment compris le principe. L’argent donc… Il sert à quoi ? Les hommes, là, ils vont jamais en voir la couleur ? Ou alors ils ont genre… une compensation, un truc du genre ? Après, j’imagine que ce qu’il y a de bien c’est que… Non, en fait, j’en sais rien du tout. » River se concentra un instant, fronçant les sourcils, un peu désarçonné par ce qu’il venait lui-même de dire. Non, vraiment, ces hommes ne pouvaient pas avoir fait ça dans l’unique but d’aider la PETA. Il devait y avoir quelque chose d’autre, et c’était vraiment intriguant. Au point que la question qu’il se posait fini par heurter les lèvres de son ami. « Je pense qu’on aurait du miser ouais… Peut-être qu’on aurait été dans le moule, du coup. Mais bon, le truc c’est qu’on n’a pas vraiment de l’argent pour ça. Et puis, imagine que tout soit un plan monté au préalable ? Je suis sûr que c’est ça… Tout a été fait dans l’ombre, le reste : que du spectacle ! » Après tout, il ne voyait pas pourquoi telle ou telle personne aurait acheté l’un ou l’autre apollon. Est-ce qu’il y avait des hommes mariés dans le tas ? « Bah, si, il avait un regard de tueur. Ça, les femmes, elles aiment. C’était un bad boy, il avait un sourire super effrayant ! Mais je pense qu’on aurait du miser sur le roux, là. Et je dis pas ça parce qu’on a un point commun, je te jure ! Mais il avait une bonne tête de vainqueur. Genre McGyver, il pourrait faire une brosse pour les toilettes avec une fourchette. Tu préférais qui, toi ? Je parie que t’avais un faible pour le blond un peu coincé typé sportif, celui de la blonde là. » Tout en prononçant ses quelques mots et en se grattant la nuque, River regardait les couples s’éparpille et il n’y avait pas à dire, Tobias avait totalement raison ; il y avait des visages plutôt boudeur. N’auraient-ils pas tous du être content ? Après tout, c’était le but de la manœuvre ! « C’est débile, ce que tu dis… Ils sont obligés d’être contents. Attends, ils font gagner des sous pour des pauvres petites bêtes et pour ça, ils ont droit à une soirée super cool avec une femme (ou un homme, toujours) qui payera tout… Tu crois qu’on aurait du se proposer comme lot ? » River fronça le nez et secoua la tête de droite à gauche. Il n’était pas dupe : personne ne l’aurait acheté.


Dernière édition par River Knight le Mar 28 Fév 2012 - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: If love is the answer, could you please rephrase the question? Lun 27 Fév 2012 - 16:06

Il n’avait pas pour habitude d’observer les autres, d’où sa difficulté à cerner les émotions de chacun. Il était généralement tellement obnubilé par ce qu’il faisait qu’il ne donnait pas l’impression de voir quoi que ce soit en dehors de son obsession. Même quand on essayait de lui faire comprendre ce qu’il se passait, il restait complètement imperméable à la réalité. Combien de fois n’avait-il pas regardé ses professeurs avec des yeux ronds, ne comprenant pas pourquoi on s’en prenait à lui parce qu’il avait répondu à la question. Il s’évertuait à demander si c’était correct et on lui répondait que là n’était pas la question. S’en suivait un débat sans fin qui se concluait toujours sur la même chose : Tobias était mis à la porte, pour insolence ou pour avoir troublé la quiétude d’un cours. Il n’en restait pas moins perplexe. N’était-il pas censé répondre quand on posait une question, puisqu’il connaissait la réponse ? Qu’est-ce que le fait de lever la main avait à voir avec tout ça ? Une énigme qu’il n’était jamais parvenu à résoudre, lui qui calculait à une vitesse folle et ingérait trois fois plus vite que ses camarades. Cette soirée représentait un nouveau mystère pour ce petit génie de l’informatique et inadapté social. Aussi écouta-t-il la théorie – tout à fait plausible – de River. C’est vrai que si l’argent était reversé à une association, les hommes qui servaient de bétail ne recevraient pas un centime. « Ma mère dit que c’est pour la bonne cause. Mais elle a jamais cherché à acheter un de ces types. Et quand je lui ai dit que j’en prendrais bien un, elle m’a fait les gros yeux en disant : ‘Surtout pas ! Tu restes à l’écart de cette soirée, tu m’entends ?’ J’ai pas compris. Elle a utilisé le même ton qu’elle prend quand elle m’engueule. J’ai pourtant rien fait, cette fois » Mais sa mère le connaissait malheureusement par cœur et se doutait qu’avec sa maladresse, il ne ferait que s’attirer des ennuis, chose dont il était tout à fait inconscient. « J’espère qu’elle saura pas que j’ai désobéi… » Il oublia bien vite sa réflexion, comme River poursuivait, confirmant ce qu’il pensait. « Monté quoi ? Tu crois que c’est comme à la télévision ? Ils tournent peut-être un documentaire, en fait. Un truc un peu philosophique qui mettrait en parallèle le comportement animal et le comportement humain. J’ai déjà vu quelque chose du genre. Mais je ne me souviens pas avoir vu des animaux miser les uns sur les autres… Peut-être que c’est encore un truc du genre : la loi de la jungle » Tobias jeta un coup d’œil au roux, cherchant à savoir pourquoi ils auraient dû miser sur lui. « McGyver n’a pas besoin de brosse pour les toilettes, il fait dans les bois ! » répliqua-t-il, complètement hors propos. « Mmmh, oui, sûrement, j’aurais opté pour lui » dit-il pensivement. « Mais si on avait été vendu, tu crois qu’on nous aurait acheté ? Loué ? Emprunté ? Peut-être qu’on serait à la place de l’un d’eux. T’imagines être avec la blonde qui est avec le sportif ? J’suis sûre que la spiderwoman m’aurait acheté. J’sais pas pourquoi » paria-t-il en regardant celle-ci. Elle l’avait toujours fasciné ou, en tout cas, avait attiré son attention le jour où il avait appris qu’elle étudiait les araignées – chose rare pour ce jeune homme qui ne manifestait pas grand intérêt pour le monde extérieur – en dehors de River, évidemment. « J’suis sûr que t’aurais été acheté ! Qui voudrait pas d’un joli et gentil roux comme toi ? Suffirait que tu souries pour qu’elles se disputent ton… » Il jeta un coup d’œil à son ami, cherchant ce qu’elles pourraient bien se disputer. « Ton corps ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: If love is the answer, could you please rephrase the question? Mar 28 Fév 2012 - 13:30

Il hochait gravement de la tête, l’air sérieux, alors que les paroles de son ami résonnaient encore dans son esprit. La mère de Tobias était vraiment une énigme pour lui. Si c’était pour la bonne cause, pourquoi n’y avait-il pas participé ? Et puis surtout, pourquoi son fils n’aurait pas pu y assister ? Si c’est pour la bonne cause ! Il ne peut pas y avoir de mal ! Il se le répétait, tout en cherchant à comprendre ça. Mais rien ne lui semblait logique. Et de toute façon, il était à peu près sa sœur que Mrs Murray ne l’aimait pas. C’était un doute qui s’était doucement insinué dans son esprit au cours des années, même s’il ne savait pas décrire tout cela venait. « C’est vrai que c’est bizarre quand même. Si ça se trouve, c’est un complot et ta mère fait partie d’une secte. Après tout, on sait pas ce qu’elle fait quand t’es pas là… Mais bon, je vois pas en quoi vendre des hommes pourraient… OH ! Peut-être qu’on leur a implanté des puces de contrôles et que… Non, c’est absurde. » Il fronçait les sourcils, se perdant quelque peu dans le dédale de ses pensées. Il fallait avouer que même si l’idée était absurde, elle paraissait mille fois plus logique que l’idée réelle. Sérieusement. Vendre des hommes pour protéger des animaux, c’est comme quand l’hôpital se fout de la charité. C’était purement irrationnel. Quant aux sectes… y en avait partout et puis, qui sait, peut-être qu’il y allait avoir un sacrifice et que… Non, il cherchait vraiment trop loin, là. « Tu vas te faire puniiiiiiiiiiir ! » dit-il alors d’un ton enfantin mais ne s’en formalisa pas plus, bien trop intrigué à l’idée que tout ça soit bien plus bizarre qu’il ne l’avait soupçonné de prime abord. Et comme toujours lorsque Tobias prenait la parole d’un air savant, River hochait de la tête avec sérieux. Son meilleur ami était bien plus intelligent que lui dans tous les domaines, pourquoi aurait-il tort ? Ceci dit, c’était ridicule de penser qu’un animal pouvait miser sur un autre. Comment auraient-ils lever une pancarte avec leurs pattes ? « La loi de la jungle ? Bah, tu parles de la théorie du plus fort, là ? Parce que sinon, je vois pas trop en quoi on pourrait différencier les faibles des forts, là. Ou alors tu considères que les lots sont mis en vente parce qu’ils sont faibles ? … Mais ça fait de l’homme un parfait abruti face à la femme ! Enfin, remarque, ma mère a toujours dit que nous les hommes, on comprenait jamais rien. Pour une fois, j’approuve, j’y pige quedal. » Il soupira vaguement, franchement désabusé de cette soirée qui lui donnait mal au crâne. Si on lui avait dit qu’il aurait du réfléchir de midi à quatorze heures pour comprendre le principe, il se serait abstenu. « Non mais qu’est-ce que t’y connais toi, à McGyver ? Je parie que tu confonds avec Chuck Norris, encore ! Enfin, bref, tout ça pour dire que tu me fais hésiter avec le roux. Je veux pas d’un type qui irait faire ses besoins dans les bois. Du coup, je pense que j’opterais plutôt pour… Celui que Sascia a pris, en fait. Même si apparemment, il a des morpions. Enfin, tu sais ce que c’est toi, des morpions ? C’est des petits scorpions ou quelque chose comme ça ? Enfin, je sais pas, quoi qu’il en soit j’aimais bien ses cheveux ! » Il eut un sourire et tapota vaguement l’épaule de son ami lorsqu’il parla de la spiderwoman. Quant à la blonde qui avait acheté le sportif, elle semblait bien trop agressive pour lui ! « Je suis sûr aussi. Il y a un truc, c’est évident. Et puis, si c’était pas elle, t’aurais été acheté par les deux filles qui ont acheté deux hommes. Il faut au moins un Tobias Murray pour ce genre de numéro ! Mais après, je sais pas ce qu’elles auraient fait de toi… » Il soupira et baissa le regard sur son pauvre petit corps. « Non, tu vois, moi on m’aurait regardé et au aurait misé 1$ symbolique pour pas que je me tape la honte. Tu penses bien, c’est pas cool sinon. Puis mon corps, t’es marrant, t’es pas objectif toi ! C’est ton corps qui ferait de l’effet. T’as qu’à sortir de ton sourire et BOUM ! tu gagnes. Enfin, je sais toujours par si y a du gagnant ou pas là dedans, mais c’est pas grave. » Tout ce qu’il disait était d’une logique implacable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: If love is the answer, could you please rephrase the question? Jeu 8 Mar 2012 - 22:48

Finalement, leurs conversations n’avaient jamais beaucoup de sens. Ils parlaient à tort et à travers, débattant sur des sujets qu’ils ne comprenaient pas, se lançant dans des élucubrations dont eux seuls avaient le secret. Ce soir ne faisait pas grande différence tandis que River exploitait l’idée qu’il s’agisse d’un complot dont sa mère aurait fait partie. L’idée était absurde, évidemment, mais Tobias écouta songeusement son meilleur ami. À aucun moment il ne lui serait venu à l’esprit de se moquer de celui-ci. Même les théories les plus farfelues, Tobias les ingérait religieusement, hochant la tête, suivant la logique de River avec concentration, comme s’ils tentaient de résoudre un problème complexe. « Je sais ce qu’elle fait quand je suis pas là : je l’ai déjà observée quand elle croyait que j’étais chez toi. Elle allait dans ma chambre et elle enlevait les draps. Elle rangeait tout et après, je trouvais plus rien dans mes affaires. Mais j’imagine qu’elle ne fait pas que ça » convint-il d’un haussement d’épaules dubitatif. « Et je ne vois pas pourquoi ils auraient été implanter une puce sur ma mère. Elle ferait pas un très bon espion, je trouve » Il avait vu ça dans tout un tas de films. À chaque fois, il y avait une raison pour qu’une personne soit choisie. Mais sa mère, non, il ne voyait vraiment pas et il doutait qu’elle soit du genre à travailler pour le gouvernement ou même des extraterrestres. Il ne réagit pas à la remarque puérile de son ami, trop absorbé qu’il était par l’image perturbante de sa mère portant des lunettes noires et sautant partout comme une ninja. Peut-être qu’elle était le sujet idéal, finalement, puisqu’elle était tellement discrète et passe-partout, personne ne se douterait de quoi que ce soit. Même pas lui, c’était tout dire ! « Ma mère dit pareil. Et elle roule des yeux quand elle dit ça. Mais il n’y a que moi à la maison, alors je ne vois pas pourquoi elle dit ça. Y a peut-être eu une étape dont on n’était pas au courant. Un combat dans la boue, des longueurs à faire en un temps record, des trucs du style pour voir qui est le plus fort ou le plus athlétique » conclut-il, dubitatif, d’un haussement d’épaules. Il était complètement dépassé par les événements. « J’ai vu tous les épisodes » rétorqua-t-il ensuite, piqué au vif. En fan inconditionnel des aventuriers du genre, il vouait un culte à McGyver et à sa coupe ringarde qu’il trouvait tout à fait cool. « Même pas vrai ! Chuck Norris, c’est le barbu ! » se défendit-il, alors que River se contrefichait de ses preuves. « Pthirus pubis, ce sont des poux » répondit-il savamment, la réponse lui étant venue instantanément, comme à chaque fois qu’il avait lu quelque chose et que l’information s’était casée dans un coin de son cerveau, qu’elle soit utile ou non. « Du pubis » précisa-t-il, pas le moins du monde gêné, ne voyant là qu’un terme scientifique. « Moi non plus, je sais pas ce qu’elles auraient fait » avoua-t-il d’un air penaud. « Les filles agissent toujours comme ma mère, elles roulent des yeux, elles font les exaspérées et puis elles me disent que je comprends rien à rien. Je veux pas dire mais j’ai toujours les meilleurs notes de la classe alors si moi je ne comprends rien à rien, je sais pas ce que ça fait d’elles » Son ton était conspirateur, il avait baissé la voix comme s’il craignait de se faire réprimander pour ce qu’il insinuait. « Je t’aurais acheté, moi. Et pas à 1$. J’aurais été prendre des sous dans le portefeuille de ma mère s’il fallait. » Il lui adressa un sourire qui se voulait rassurant. « Je ne sais pas ce qu’on aurait dû faire après mais c’est pas grave. On aurait discuté comme on le fait là. Ou on aurait été jouer aux jeux vidéos chez moi. » Tout semblait si simple dans sa bouche. Pas de tracas. Le mot honte n’existait pas dans son vocabulaire. L’ironie, les sarcasmes, il ne connaissait pas. Tout était matière à répondre et comme River n’était pas en reste pour se lancer dans de drôles de discussions, il fallait les séparer pour les faire taire. « L’année prochaine, on n’aura qu’à se présenter, comme ça on verra bien ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: If love is the answer, could you please rephrase the question? Ven 23 Mar 2012 - 11:49

« Et t’étais où si t’étais pas chez moi ? Enfin, je veux dire, comment tu pouvais l’observer si t’étais pas chez toi mais pas chez moi et que… Enfin, y a anguille sous roche, je comprends pas trop comment tu peux être à deux endroits à la fois. C’est particulièrement bizarre. Non pas qu’une explication plausible ne peut pas être… Enfin, si. Non. C’est pas possible. » En une fraction de secondes, River avait déjà réussi à se perdre dans ses propres réflexions alors qu’il ne savait même pas à quoi il pensait. Il avait beau se triturer les ménages, il lui semblait incontestable qu’il avait manqué une information existentielle et que c’était la raison de son trouble. Mais s’avouer qu’en fait tout cela n’était que pure fantaisie de son esprit, parce qu’il n’avait tout simplement pas compris la signification concrète des paroles de son ami était impossible à ses yeux. « Sinon, je crois que toutes les mères elles font ça ! Ranger les chambres ! Mais zut quoi, moi, j’aime bien quand tout traines partout et que je dois soulever mes caleçons sales pour retrouver mon livre d’astrophysique. Enfin, c’est vrai que parfois, ça sent vraiment pas bon. » En y repensant, il ne put s’empêcher de froncer le nez, vaguement imprégné de l’odeur qu’il se figurait mentalement. Mais c’était vrai qu’il avait toujours adoré le désordre. River était loin d’être un jeune homme cadré avec des idées fixes, des horaires fixes, une vie fixe tout simplement. C’était un peu comme jouer sa vie à pile ou face et attendre indéfiniment que la pièce tombe du bon côté. Ce qui n’était jamais le cas, bien sûr. Mais bon, tout cela était bien trop complexe pour qu’il y réfléchisse plus d’une seconde. Et puis même, la conversation avait déjà dévié sur toute autre chose. À savoir, la façon dont les femmes voyaient les hommes. Ou quelque chose dans ce goût là. « Ouais, la mienne elle fait pareil. Et je suis aussi tout seul. Je te dis qu’elles montent des plans diaboliques contre nous quand on est à l’université. Elles se disent des trucs et tout et tout. Elles font parties d’une association de mères pas contentes. » Il se figurait l’image mentale d’un troupeau de mères levant le poing en hurlant des « Pas contentes ! » à tous les abrutis qui se trouvaient là. Sa mère devait être la meilleure de la bande. Elle savait crier tellement fort ! Mais les poux au pubis lui effacèrent cette image pour lui en mettre une autre. Et c’est avec malaise qu’il sentit son entre-jambe le démanger. « Raaaah ! Quand on parle de poux, ça me démange toujours ! » Et sans penser aux gens qui pourrait le voir, River déboutonna vaguement son jean et glissa sa main dans son pantalon pour apaiser les démangeaisons que son imagination avait provoquée sans la moindre peine. « C’est vrai, je comprends pas non plus pourquoi elles font ça. C’est peut-être justement parce que t’es trop intelligent. Alors, elles comprennent pas. Je vois que ça, de toute façon, y a pas d’autres possibilités. Ou bien… Tu comprends vraiment rien. Mais c’est parce qu’elle parle le langage féminin. Faudra que je te prête mes magazines, n’oublie pas de le rappeler. Ma mère fait toujours la tête quand elle voit que je lis ça, mais je t’assure, ça aide vachement. » Il ne comprenait pourquoi sa mère rechignait à lui acheter des magazines féminins. Au moins, il faisait un effort pour la comprendre. Elle aurait dû être honorée ! Mais non, elle lui posait toujours trente six milles questions. Notamment sur les filles qu’ils trouvaient jolies. Ce à quoi il répondait toujours ; les filles, c’est des filles, elles sont toutes pareils. Avant de rajouter : mes les hommes c’est pas pareil, alors, je sais pas. Sa mère avait toujours l’air horrifié. Incompréhensible. « Oh ! C’est gentiiiiiil ! Mais c’est con de m’acheter si c’est pour faire des trucs qu’on fait tous les jours. On aurait du trouver quelque chose de mieux. Tu crois pas ? » Il finit tout de même par ressortir la main de son caleçon, rassuré que tout ce désagrément l’ait abandonné. « Oh, non, moi je m’inscrirai pas. Ce serait horribleeeeee. Non, non, non. Imagine qu’on soit acheté par des détraqués qu’il veut mettre le feu à nos parties… C’est possible, je t’assure, j’ai vu un film l’autre jour à ce sujet. » Ou quelque chose dans le genre, oui…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: If love is the answer, could you please rephrase the question? Lun 9 Avr 2012 - 19:36

Tobias fronça les sourcils, ne comprenant pas la question de son meilleur ami, dont le raisonnement avait dû avoir quelques ratés à un moment ou un autre de son explication. « Bah j’étais chez moi » répliqua-t-il, comme s’il ne voyait pas où était le souci. Il leur arrivait aussi souvent de s’embrouiller que de se comprendre. Pour quelqu’un d’inexpérimenté, leur conversation ne devait avoir ni queue ni tête et ressembler à un dialogue de sourd. Mais pour eux, c’était tout naturel. C’était comme cela qu’ils communiquaient depuis toujours et s’il arrivait qu’ils ne soient pas sur la même longueur d’onde, ils ne s’attardaient tout simplement pas sur ce détail et passaient à autre chose. Il ne chercha donc pas à illuminer son ami et haussa les épaules. « Moi je range mes livres » déclara Tobias, que l’idée d’un caleçon sale et malodorant ne sembla pas troubler outre mesure. « Ce sont mes maquettes qui trainent et quand elle marche sur une pièce, elle hurle, elle s’énerve, elle dit que ça fait mal. Mais en attendant, c’est pas elle qui ne sait pas continuer parce qu’il manque un morceau… » Combien de fois n’avait-il pas dû bricoler la pièce pour pouvoir poursuivre le montage de sa miniature ? Jusqu’à présent, en tout cas, il y était parvenu sans souci, faisant preuve d’assez d’ingéniosité pour s’en sortir sans devoir aller expliquer au marchand que sa mère avait marché sur une pièce en passant l’aspirateur ou en faisant les poussières – et qu’elle avait crié après lui, en plus, alors qu’elle ne regardait pas où elle mettait les pieds ! « Mais on est sage, pourtant » s’étonna Tobias. « On fume pas, on boit pas, on sort pas. On fait nos devoirs. Pourquoi elles seraient pas contentes ? » Cela le dépassait complètement et il en avait complètement oublié la raison première de leur venue. Les couples s’étaient dispersés et eux, comme d’habitude, s’étaient perdus dans d’autres sujets, proches ou non du thème initial. Au fond, sa mère trouverait toujours un prétexte pour ne pas être contente et s’il n’était pas l’instigateur – volontaire ou non, bien qu’il fâche rarement sa mère exprès – elle trouverait un autre homme sur qui rabattre sa colère. Son père, en l’occurrence, absent et donc inexistant aux yeux du jeune étudiant. Il fixait un point dans le vague, en imaginant sa mère rouge pivoine, lever le point et invectiver un homme invisible, quand ses yeux bleus dévièrent, alertés par le mouvement de son meilleur ami, qui ne se gêna pas pour déboutonner son pantalon et introduire sa main dans celui-ci. Tobias fronça légèrement les sourcils et releva les yeux vers le visage torturé de River, n’imaginant pas une seule seconde que ce comportement pourrait choquer leurs voisins de table. « Ce sont des magazines scientifiques ? » s’enquit Tobias, surpris qu’il existe de tels documents pour expliquer le comportement féminin qui, selon lui, était hors de portée de la plupart des hommes, mais de River et lui en plus particulier. « Ça doit être intéressant » souligna-t-il, bien qu’il n’ait jamais eu à essayer de comprendre une fille, en dehors de sa mère, évidemment, mais il était de notoriété publique que les mères faisaient partie d’une autre monde et qu’elles étaient vouées à une seule tâche : contredire et rendre fous leurs enfants. « Oui, peut-être. De toute façon, ça n’a pas l’air si drôle que ça, finalement » constata-t-il en observant les visages des participants. À nouveau, les réflexions de son meilleur ami lui tirèrent une petite grimace alors qu’il s’imaginait lesdits détraqués. « Tu regardes trop la télévision » Une remarque qui pouvait bien s’appliquer à lui aussi et qui n’était qu’une réplique que sa mère lui assénait régulièrement. « Bon. On s’en va ? On pourra toujours aller à la prochaine chasse aux œufs, ce sera plus drôle et on risquera pas d’être achetés par des détraqués. À moins que tu n’aies vu un film sur des œufs gobeurs d’humain ? » Contre toute attente, Tobias pouvait faire preuve d’humour, même si c’était involontaire. Se levant, il ramassa ses affaires, trouvant tout à coup la soirée bien moins intéressante. Au final, ils avaient beaucoup parlé pour ne rien comprendre à ce qu’il se tramait. « Et n’oublie pas de refermer ton pantalon » conclut-il avant d’abandonner la table.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: If love is the answer, could you please rephrase the question?

Revenir en haut Aller en bas
 

If love is the answer, could you please rephrase the question?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-