AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lazy confessions, crazy intentions | Adriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Jeu 16 Fév 2012 - 0:18

    Parce que la Saint Valentin était la fête des amoureux et que j'étais en couple, il était tout à fait logique que je passe la journée, et évidement la soirée, avec celle que j'avais choisi d'épouser, mais non. Par un concours de circonstances plus hasardeux qu'autre chose, je me retrouvais à la passer avec un pur inconnu, qui devait probablement être en train de se demander à quelle sauce il allait être mangé... Si ça pouvait le rassurer, je n'étais pas cannibale, et avait encore moins l'intention de faire de lui mon dessert. Pourtant, j'avais investi 5 000 $ pour cette rencontre, pure folie que ma femme n'avait pas manqué de me reprocher. Évidement, elle était au courant de mes plans et, évidement, elle désapprouvait. Dans le fond, je comprenais tout à fait, sachant aussi bien qu'elle que je ferais mieux de ne pas m'occuper des affaires des autres, et surtout lorsqu'elles sont aussi compliquées que celles de Knox et Maya. Mais voilà, c'était plus fort que moi, je m'étais senti obligé d'intervenir. J'avais lu cette annonce de « vente aux enchères » en trouvant ça complètement ridicule, bien qu'Aaron ait enfin trouvé une place convenant à ses aptitudes, et puis j'avais eu comme un flash. Oui, c'était peut être la solution, ou du moins une solution. Parfaite m'avait regardé comme si j'étais devenu fou et avait essayé de me dissuader de le faire mais, trop tard, j'avais déjà envoyé ma proposition d'enchère. Elle avait eu ce même regard quand je lui avais dit avoir gagné, avec un soupçon de déception qui s'y était ajouté. Après tout, elle aussi avait fait des plans pour ce soir, et je venais de tous les balayer...
    Et c'était l'heure du moment de vérité. J'étais arrivé au Janie's en avance par rapport à l'heure à laquelle il était convenu que l'on se retrouve, et attendait Adriel avec un verre de whiskey pour me tenir compagnie. Ce n'était peut être pas le meilleur choix pour faire bonne impression, mais c'était une question d'habitude, et je ne me voyais pas voire autre chose. Ca me permettait de me calmer, que j'arrête de penser qu'il me ferait faut bond et que je me mette enfin à réfléchir à ce que j'allais lui dire, ce qui n'était pas une mince affaire. Et ça aurait probablement été moins dramatique s'il n'avait pas eu, lui aussi, l'idée d'arriver en avance.
    Par réflexe, je levai la tête dès que quelqu'un passait un peu trop près de ma table, ou semblait s'y arrêter, si bien que je ne pouvais pas le laisser passer. Et, quand ce fut lui, je le reconnus aussi -merci Knox pour m'avoir montré ces quelques photos de Max ou Maya sur lesquelles il figurait. Je me levai, essayant de sourire de la manière la plus naturelle et décontracté possible, et tendit la main vers lui. Adriel ? Bonsoir, je suis Basil Lane. Enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Jeu 16 Fév 2012 - 23:31

Si Adriel avait choisi de sacrifier une soirée qu'il aurait bien été heureux de partager avec un bouquin pour la bonne cause, il ne s'était en rien attendu à se retrouver pris entre les griffes d'un homme. Lorsqu'il avait vu maya miser, il avait été ravie. Sa meilleure amie méritait bien une Saint Valentin, et il la préférait largement à la soirée à un bouquin, mais lorsque Polly avait misé, Adriel avait presque regretté de s'être lancé. Il aurait dû se douter que la demoiselle se mêlerait aux enchères, et chercherait à l'emporter. Par chance, cependant, une dernière mise avait été faite. Du moins, Adriel avait cru que c'était la sa vaine, mais il n'en était plus si sur. Il avait écopé d'un homme pour la Saint Valentin. Un homme, bon sang ! Il ne savait pas les raisons qui avaient poussé cet homme à l'acheter, mais il n'était pas certain d'avoir envie de le savoir. Adriel avait trouvé qu'il était particulièrement désagréable de se faire draguer de manière générale, quelque chose lui soufflait que cela lui plairait encore moins si il s'agissait d'un homme. Il avait la gorge sèche rien que d'y passer. Chacun de ses muscles étaient tendus, et si ça ne tenait qu'à lui, il aurait sans aucun doute fait demi-tour. Cependant, il connaissait le deal : si il ne se présentait pas, l'argent serait remis à la personne qui l'avait remporté, et PETA n'aurait rien eu. Or, malheureusement en l'occurrence, le jeune homme était du genre à tenir ses engagements jusqu'au bout, peu importe ce que cela pouvait lui coûter. Il arriva légèrement en retard au rendez-vous, mais au moins, il était venu. Il poussa un profond soupir en pénétrant dans le restaurant. Il espérait sincèrement que le jeune homme l'avait choisi principalement pour la cause, et non pas pour l'intérêt qu'il pouvait ressentir à son égard.
On lui avait donné une photographie de la personne qu'il devait rencontré, ainsi que son prénom et prénom. Remarquant qu'il était plutôt jeune, une partie d'Adriel n'avait pas pu s'empêcher d'espérer que c'était là un pari avec ses amis plutôt qu'autre chose. Il acquiesça d'un signe de tête quand le jeune homme se leva, et lui serra la main. « Enchanté, également. » dit-il tout simplement, toujours sur le qui-vive. Il n'avait rien de prévu de particulier pour la soirée, et c'était dit qu'avec un peu de chance, il se retrouvait avec quelqu'un de bavard. Le malaise qu'il éprouvait vis à vis du fait de se retrouver en tête à tête avec un garçon pour la Saint Valentin ne changeait rien à cela. Adriel avait bien conscience qu'il serait obligé de faire des efforts pour discuter, garçon ou fille, mais si il était le seul à discuter, le dîner se ferait probablement en silence. Alors qu'ils s'asseyaient à leur table, Adriel commanda rapidement à boire, puis tenta un début de conversation avec Basil. Après tout, fille ou garçon, cela ne changeait pas grand chose. « Je ne sais pas trop ce que vous aviez en tête. J'espère que ça vous va... » dit-il, plus concentré sur ce qu'il se passait dans le restaurant qu'à Basil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Sam 18 Fév 2012 - 0:13

    Si j'avais eu mon briquet sur moi, et la possibilité légale de fumer cigarette sur cigarette à l'intérieur du restaurant, il était évident que je l'aurais fait. C'était une façon d'aider le temps à passer plus vite, et à mes nerfs de se calmer. J'étais pourtant celui qui était à l'initiative de ce rendez-vous, mais ça ne m'empêchait pas de m'inquiéter. Un peu. J'avais conscience de me mêler de choses qui ne me regardaient pas, mais je m'étais lancé quand même. Et je savais que Parfaite allait pouvoir me reprocher de ne pas avoir passé la Saint Valentin avec elle pendant très longtemps, mais j'avais validé mon enchère malgré tout. Bien sûr, on pourrait la fêter à mon retour, mais je la connaissais suffisamment bien pour savoir qu'elle préfèrerait refuser tout net mes approches plutôt que d'admettre que ce petit retard était sans importance.
    Voir Adriel devant moi m'enleva tout de même un poids. S'il était venu, alors je n'avais pas monté tous ce plan pour rien, et je n'aurais pas à rentrer à la maison la queue entre les jambes, comme un pauvre idiot qui s'était fait tout un film d'une simple possibilité. Il n'avait pas l'air très à l'aise non, ni même très content d'être là, ce dont je ne pouvais pas le blâmer. Si j'avais été dans son cas, je n'aurais probablement pas apprécié non plus, à la seule différence qu'avoir un rendez-vous avec un autre homme ne m'étais pas totalement étranger. Peut être qu'il en était de même pour lui, mais je n'en avais pas l'impression. Il s'était assit et avait rapidement commandé à boire, me rejoignant dans ma tentative de repousser le moment où tout se mettrait en route. Je ne savais pas comment commencer : est-ce que je devais tout de suite lui expliquer pourquoi j'avais voulu le voir, ou commencer par discuter de la pluie et du beau temps ? Je réalisai d'ailleurs que je n'avais aucune idée de ce que promettait la météo pour les heures à venir, et jetai un regard presque désespéré en direction de l'extérieur. Manque de chance, j'avais eu la bonne idée de prendre une table suffisamment loin des fenêtre pour que je ne puisse rien voir. Une seconde d'auto-malédiction plus tard, et Adriel se jeta à l'eau le premier. Il espérait que ça m'allait ? Est-ce qu'il était en train de parler... de lui ? J'avais beau avoir payé pour cette entrevue, je n'en étais pas encore à le considérer comme une marchandise, et voyais mal ce qui pourrait m'amener à le croire. Pourtant, l'étonnement passé, je ne trouvai rien de mieux à dire que ce qui sortit tout naturellement de ma bouche. Soyez tranquille, je ne couche jamais le premier soir... A son expression, je compris que ce n'était pas vraiment ça qu'il avait envie d'entendre non plus, et éclatai de rire. Je n'avais rien d'autre en tête que l'envie de vous parler. Je sais que ça peut paraître bizarre, surtout qu'on est le soir de la Saint Valentin et que j'ai payé pour ça, mais je ne vous prends pas pour un escort. Un silence, puis j'ajoutai : Sans vouloir vous offenser... Après tout, on n'était jamais trop prudent, et je préférais ne pas le laisser croire que je sous-entendais qu'il n'avait pas le physique pour se lancer dans ce genre d'activité. Certains hommes sont en effet plus susceptibles que d'autres, et je ne savais pas encore dans quelle catégorie ranger Adriel...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Sam 18 Fév 2012 - 16:31

Etre en compagnie d'inconnus était quelque chose que Adriel n'avait particulièrement apprécié. Ils se sentaient obligé de vous faire la conversation, de demander des choses sur votre vie qu'ils auraient oublié dès le lendemain, se montrer la plupart du temps indiscrets, et ne comprenaient pas que lorsque vous ne répondiez que vaguement à une question, ce n'était pas par timidité, mais bel et bien par volonté de ne pas répondre. Il espérait sincèrement que cela ne serait pas le cas de ce Basil. Et surtout, par pitié, si il pouvait éviter les questions sur la vie amoureuse, alors Adriel lui en serait probablement éternellement reconnaissant, et coopérerait pour le reste de la soirée, c'était juré. Mais cette soirée était d'autant plus difficile pour Adriel, qu'il n'avait aucune idée de la personnalité du jeune homme, ou de ce qu'il attendait. Il ne pouvait qu'espérer que ce soit une mauvaise blague, ou un pari – ou, en tout cas, quelqu'un qui se rendait compte qu'il s'agissait là d'un jeu – jeu qui ne serait absolument pas de séduction pour Adriel – et de rien d'autre. « Soyez tranquille, je ne couche jamais le premier soir. » Adriel déglutit, et sans aucun doute, devint rouge écarlate. Dans quoi s'était-il mis ? Les dents serrées, il lutta contre l'envie de bafouiller quelque chose comme « Ah mais je ne suis pas de ce bord-là... ». Il ne voulait pas vexer le jeune homme ; il était sûrement très mignon pour les personnes que cela pouvait intéresser, mais Adriel ne le voyait pas comme ça. Pas du tout. Surtout pas à son âge. Il poussa un soupir de soulagement, cependant, lorsque Basil éclata de rire. D'ordinaire si inexpressif, et très bon camoufleur d'émotions, Adriel devait avouer être rassuré. Il ne se voyait absolument pas passer la soirée à repousser les avances du jeune homme. L'envie de lui parler, par contre, ça, il savait gérer. Avoir un tel poste dans la police faisait que beaucoup de gens avaient envie de lui parler, notamment certains de ses voisins – comme Dannii Docherty pour ne citer qu'elle – qui appréciaient qu'il lui fasse sauter leurs contraventions. Il ne le faisait que rarement, même en échange de service. Cependant, il n'était pas certain de la raison pour laquelle le jeune homme venait lui parler. Si il avait des problèmes à la police, ce n'était pas dans son service – Adriel étant physionomiste, il l'aurait reconnu. Par conséquent, le lieutenant ne pourrait probablement pas faire grand chose pour lui. Et si cela n'avait rien à voir avec la police... alors Adriel ne voyait vraiment pas ce qu'il pouvait lui vouloir. Il acquiesça d'un signe de tête, et esquissa même un sourire lorsque le jeune homme précisa qu'il ne devait pas être offensé du fait qu'il ne le prenait pas pour une escort. « Je le prends pour un compliment, ne vous inquiétez pas. » Il ne comprenait vraiment pas ce genre de personnes qui s'abaissaient à coucher pour de l'argent – même si les escorts ne le faisaient jamais officiellement. « Qu'est-ce que je peux faire pour vous ? Sachant que même avec votre générosité, je ne vous annulerai pas vos contraventions. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Dim 19 Fév 2012 - 14:48

    Pour une entrée en matière, j'avais l'impression d'avoir fait un peu trop fort, même si Adriel semblait avoir compris que je n'étais pas réellement disposé à coucher avec lui. Après tout, je n'étais pas là pour ça, et ma situation maritale impliquait un minimum de fidélité à mon épouse. Non pas que je guette le moment où je pourrai enfin la tromper sans qu'elle ne le sache, elle pouvait être tranquille à ce sujet. J'aurais aimé dire que la réciproque était également vraie, mais j'avais parfois de légers doutes à ce sujets, sans pour autant pouvoir trouver de raison valable pour lui poser la question. Les seules fois où on en avait parlé, ça s'était très mal terminé, aussi bien pour l'un que pour l'autre, et je ne tenais pas à renouveler l'expérience. Il me fallait donc lui faire confiance, comme elle me faisait confiance par rapport à ce rendez-vous avec Adriel. Ses derniers mots avant que je ne quitte la maison avaient été "Ne fais pas de bêtises..." et j'avais compris que sa mise en garde avait plusieurs sens. Ne fais pas de bêtises en mettant les pieds dans le plat bien sûr, et ne fais pas de bêtises en faisant quelque chose qui pourrait la blesser. La demande était légitime, et je l'avais assurée qu'elle n'avait rien à craindre. Si seulement je pouvais être aussi sûr de moi concernant le premier point, j'aurais probablement été moins stressé au moment de me lancer.
    Une fois qu'Adriel eut compris que je n'attendais de sa part rien de réellement déplacé, il eut l'air soulagé, et sourit. Instantanément, je me sentis rassuré, comme si ce que j'allais faire serait moins compliqué. En fait non, ça ne changeait pas grand chose, mais ça avait au moins le mérite d'enlever toute ambiguïté à notre présence. Et, comme s'il l'avait lui-même compris, il me demanda directement ce que j'attendais de sa part. Par où commencer ? Non, il ne s'agit pas de contraventions. Je préfère éviter d'en avoir plutôt que d'avoir à inviter des agents de police pour la Saint Valentin pour qu'il me les fasse sauter... Je souris en secouant légèrement la tête, une façon comme une autre d'insister sur le fait que ce n'était pas un service de ce genre que j'avais à lui demander. Je sais que je me mêle de ce qui ne me regarde pas, mais j'espère que vous comprendrez. Je sais que vous êtes très proche de Maya, et... j'aimerais savoir où elle en est avec Knox... Bon, voilà, c'était dit. J'attrapai mon verre et avalai une gorgée qui fut la bienvenue, même si elle me condamnait à devoir recommander sous peu. C'est alors que je réalisai qu'Adriel semblait fixer ma main gauche avec un peu trop d'attention. Intrigué, je fis de même, et compris aussitôt ce qu'il regardait. Oh non, je ne suis pas en train de chercher à tromper ma femme avec Maya, ce n'est pas ça du tout ! J'aurais peut être dû commencer par le début, c'est vrai... Je suis un ami de Knox. Il ne sait pas que je suis ici avec vous, mais j'espérais que vous pourriez m'expliquer un peu ce qu'il en est de leur relation, voire m'aider à leur donner un coup de pouce. C'était enfin dit. De manière maladroite, mais j'étais prêt à développer par la suite. Et, qui sait, peut être serait-il prêt à se rallier à mon projet. Quelque chose me disait que l'on ne serait pas trop de deux fous...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Lun 20 Fév 2012 - 12:09

Toujours méfiant, mais cette fois, sur un domaine qu'il maîtrisait, Adriel se mit à observer avec attention son invité de la soirée pour essayer d'en apprendre un peu plus sur lui. Sa tenue était des plus correctes, et sa façon de parler faisaient de lui quelqu'un à l'air plutôt correct, et respectueux. Probablement pas quelqu'un qui pouvait se permettre des dépenses exubérantes, mais quelqu'un d'assez aisé pour avoir 5000$ à donner à une oeuvre charitable. Probablement quelqu'un du même niveau social que lui, donc. Toujours concentré sur la conversation, Adriel acquiesça d'un léger sourire à l'affirmation du jeune homme. Il choisit de ne pas remettre en doute ses paroles, mais de ne pas y donner trop d'importances non plus. Il était peut être simplement suffisamment intelligent pour ne pas demander son service directement, et essayer de noyer le poisson avant de se lancer. Le regard du lieutenant se posa sur son alliance, alors qu'il prononçait le mot de Maya. Un sourcil arqué, il ne chercha pas à feindre sa surprise. Il était déjà assez interloqué d'entendre parler de Maya par quelqu'un qui lui était complètement inconnu, il l'était encore plus de ne pas voir la relation qui pouvait l'unir, d'une façon ou d'une autre, à Maya. Il connaissait plus que par coeur la jeune femme car si leurs personnalités différaient grandement l'une de l'autre, Adriel était convaincu que c'était le même sang qui battaient dans leur veine – pas littéralement, mais le sang des laissés-pour-compte, des marginaux qui ne feraient jamais réellement partie de la société dans laquelle ils vivaient, sans pour autant appartenir à quoique ce soit d'autre. Elle lui disait tout – ou presque – et il était à peu près certain qu'elle lui aurait parlé de cet ami. « Oh non, je ne suis pas entrain d'essayer de tromper ma femme avec Maya (…) » A vrai dire, Adriel n'avait pas envisagé cette hypothèse. Il n'y avait rien eu de particulier dans le ton de Basil qui puisse l'amener à penser une telle chose, et même si un bon policier se devait d'envisager toutes les hypothèses, parfois même en un quart de seconde, Adriel n'était pas ici en tant qu'agent de police. Il préférait donc, dans ce genre de situations, se laisser porter un minimum par les autres. Lui qui n'était pas très bavard avait pu remarqué que beaucoup de gens se sentaient mal à l'aise lorsqu'un silence s'installait – ce qui n'était pas son cas – et finissaient par donner des réponses à des questions qui n'avaient même pas été posées. Exactement comme venait de le faire Basil. Adriel devait avouer en jouer certaines fois, mais pour l'heure, il était simplement entrain de réfléchir à la question de celui qui avait misé sur lui. En toute honnêteté, il savait que Maya aimait Knox, mais il savait aussi que ce n'était pas suffisant à l'heure actuelle. Il voyait bien – trop bien – combien Maya avait du mal à se faire à cette vie de mère, et combien elle ressentait le besoin de s'échapper, sans jamais réellement y parvenir. Mais il comprenait. Il savait exactement pourquoi elle réagissait comme ça, et si, en toute honnêteté, il aurait pu lui en parler, l'inciter à reprendre un minimum ses esprits, et de prendre des décisions d'adulte comme l'auraient fait bien des amis, Adriel n'en avait pas l'intention pour le moment. Il connaissait assez sa meilleure amie pour savoir de quoi elle avait besoin, et à l'heure actuelle, c'était de liberté. Si Knox voulait lui reprocher son attitude, la forcer à prendre des décisions, libre à lui, mais Adriel n'avait aucune intention de s'en mêler. Peut être un peu parce qu'il craignait de la perdre, mais surtout parce qu'il estimait qu'il n'avait pas à juger la façon dont elle vivait. « Je suis certain que Knox serait touché de votre démarche, Basil, mais c'est quelque chose qui les regarde. Nous n'avons pas à nous en mêler. » Avalant une gorgée de son verre, Adriel espéra sincèrement que le jeune homme n’insisterait pas, et que la conversation serait ainsi écourtée. Mais quelque chose lui disait que cela serait bien trop facile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Mer 22 Fév 2012 - 17:10

    Pour être tout à fait honnête, je me doutais bien qu'Adriel n'allait pas se jeter à mon cou en me félicitant pour mon idée géniale. Non seulement parce qu'elle était plus que bancale, mais plus encore parce que ça ne semblait pas être son genre. Selon les personnes, la moindre initiative aurait pu suffire à déclencher un enthousiasme infini, comme cela était par exemple le cas pour la femme. Je ne lui promettais pas la Lune, et la lui offrais encore moins, ce que je regrettais parfois, mais elle était généralement prête à me suivre, quoi que je lui propose. Cette fois pourtant, quand je lui avait annoncé mon intention de me mêler des histoires de Knox, elle avait été particulièrement réticente. Elle me connaissait, était au courant de l'essentiel de leur relation que je lui avait racontée au fur et à mesure que j'en apprenais, et elle savait surtout de quoi j'étais capable. Pour faire simple, elle avait plutôt vu juste, et Adriel était en train d'enfoncer le clou. Il avait répondu presque avec solennité, le genre de ton que je le voyais bien employer dans le cadre de ses fonctions. Ce n'était pas froid, mais suffisant pour vous faire retrouver vos esprits. Sur le coup, je baissai la tête et regardai mon verre, penaud. Effectivement, nous n'avions pas à nous en mêler. Nous n'étions pas directement impliqués, ce n'étaient pas nos enfants mais nos amis, donc des adultes libres de faire leurs propres choix ; choix que nous nous devions de respecter. Pourtant, je ne pouvais pas m'y résoudre. Sans raison en plus. On aurait pu hasarder que je me retrouvais en Knox, et que je voulais lui éviter les mêmes erreurs de parcours que j'avais pu connaître, mais il me semblait que ce n'était pas si simple. Après tout, rien n'était simple dans la vie, et pire encore lorsque ça venait à toucher nos vies sentimentales. Je laissai passer quelques secondes, perdu dans mes pensées. Je me demandais ce que je pouvais bien faire maintenant, et surtout comment je pouvais convaincre Adriel de m'y aider. Il ne me connaissait pas, et était en droit de douter de ma bonne volonté. A ce niveau là, je ne pouvais que lui donner raison. Si j'avais fait la démarche de le convier à mon plan diabolique, c'était bien parce que Knox m'avait dit le plus grand bien de lui, et que je ne pourrai pas trouver meilleur allier. Pas si vite en tout cas, car Max aurait pu être un atout de choix elle aussi, bien que trop jeune pour l'instant. D'ici quelques années, si elle devenait amie avec Elinor, alors que peut être je pourrais oser me mêler des affaires de ses parents directement avec sa mère, mais pour l'instant c'était complètement impossible. A moins que... Non, là je risquais de me mettre Maya à dos, et donc de ruiner toutes mes chances de les réunir. Peut être... Je relevai la tête et fixai Adriel. Peut être que vous avez raison, mais ça ne vous est jamais arrivé, après coup, de regretter que personne n'ait rien fait pour vous aider ? Je ne parle pas de forcer le destin, seulement de leur donner une chance. Et voilà, le grand romantique qui était en moi était de sortie, prêt à jouer le grand jeu. Mais, face à mon interlocuteur, je sentais que j'allais avoir besoin de plus que de simples arguments, et quoi de mieux qu'une résonance personnelle ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Jeu 23 Fév 2012 - 11:08

Ce n'était pas de la mauvaise volonté de la part d'Adriel. Si il avait pu aidé Maya – puisque il avait beau ne penser que du bien de Knox, il n'en était pas à la considérer comme un ami -, il l'aurait volontiers fait, quitte à se mêler de ce qui ne le regardait pas. Ce n'était pas quelque chose qu'il aimait faire, bien au contraire, mais il avait conscience que cela pouvait se révéler parfois nécessaire. En l'occurrence, il estimait tout simplement que ce n'était pas le cas. Pourtant, lorsque l'on connaissait la force du lien qui unissait Maya et Adriel, personne ne doutait que si Adriel avait du renier tout ce en quoi il croyait pour donner un coup de foudre à la jeune femme, il l'aurait fait. Pour l'heure, ce n'était pas le cas. Elle avait besoin d'air, elle avait besoin de profiter d'un maximum de liberté. Il ne l'expliquait pas vraiment, puisqu'au final, elle avait tout ce qu'elle désirait à porter de main, tout ce qu'elle avait toujours voulu : une famille. Mais il avait également conscience que les choses n'étaient jamais aussi simples, et que tout ce qui devait guider Maya, c'était la peur que tout cela lui soit arrachée du jour au lendemain. Et comment l'en blâmer lorsque l'on connaissait son histoire ? Adriel n'en avait aucune intention, en tout cas, et entendait bien lui donner toute la liberté dont elle avait besoin. L'un comme l'autre ne savait que trop bien combien la liberté était précieuse, et combien cela pouvait s'avérer douloureux d'être obligé de vivre là où on n'appartenait pas, de faire quelque chose sans avoir vraiment le choix. L'insistance du jeune homme l'agaça quelque peu. A son âge, il ne se rendait probablement pas compte que niveau regrets, Adriel avait eu plus de temps que lui pour en avoir, et plu de temps pour développer une philosophie de vie à ce sujet. Il n'en montra seulement rien parce qu'il avait conscience que les intentions du jeune homme étaient bonnes, et qu'il ne voyait pas à mal. Il attendit quelques secondes pour prendre la parole, afin d'essayer de lui faire comprendre que dans tous les cas, cela serait inutile sans pour autant trop en dévoiler sur sa meilleure amie. « Bien sûr que si, comme à tout le monde. » répondit-il, en toute honnêteté. Mais il ne comptait plus le nombre de fois où il s'en était sorti par lui-même et en était ressorti grandi, ou en tout cas, bien plus heureux de la situation dans laquelle il se trouvait que cela aurait pu être le cas dans une situation plus facile, mais il n'aurait rien eu à faire. Toute la vie qu'Adriel avait à l'heure actuelle, il se l'était construire dans ses propres mains, chaque décision avait été sienne, et il n'avait jamais réellement prêté attention au conseils, ou aux coups de pouce qu'on avait pu lui donner, voulant faire sa propre vie, son propre bonhomme de chemin, voulant prouver que l'on pouvait survivre à tous, même à ce qu'il avait traversé. « Mais je connais Maya. Elle n'acceptera aucun coup de pouce. Et je sais aussi que si elle revient vers lui un jour, et qu'elle ne le fait pas d'elle-même, elle finira par repartir, tôt ou tard. Cette décision lui appartient ; nous n'avons pas à la lui prendre. » Peut être un peu égoïstement, il y avait aussi le fait qu'il ne désirait pas que Basil s'en mêle car il craignait que cela ne fasse fuir Maya, et si il était prêt à beaucoup de choses, il n'était certainement pas prêt à la perdre une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Dim 26 Fév 2012 - 17:55

    C'était presque impossible, je m'en rendais compte. Comment arriver à convaincre quelqu'un qui était si proche de Maya, qui avait en main toutes les informations qui pouvaient me manquer, et qui ne semblait pas disposer à le faire ? Je m'attendais bien à ce qu'il ne cède pas tout de suite, mais je ne l'imaginais pas si borné. Knox me l'avait pourtant dit, au détour d'une conversation, m'expliquant que c'était quelqu'un de très "droit", mais je ne m'en étais pas soucié. Pas assez. J'étais parti du principe que, s'il voulait bien m'écouter, il comprendrait. Je ne lui demandais pas de laisser des messages subliminaux à Maya, pour l'amener à penser que Knox était l'homme de sa vie, qu'elle ne trouverait pas mieux, et qu'elle ferait aussi bien de l'épouser dans la semaine, mais au moins un minimum de bonne volonté. Mais non. Il avait concédé qu'il aurait parfois aimé qu'on l'aide, et c'était probablement la seule chose personnelle qu'il lâcherait de la soirée. Tout à coup, je réalisai que j'étais bel et bien en train de perdre du terrain. Non seulement il savait tout de mes intentions, et du pitoyable avocat que j'aurais pu être, mais en plus il en savait assez pour moi pour me donner de brillants contre-arguments. A part son nom et sa fonction, je ne savais rien de lui. Même son lien avez Maya était ambigu à mes yeux ! Lui, en revanche, savait que j'étais marié, un ami qui pouvait en faire trop, et qui ne réfléchissait pas assez. Et, étant donné ses responsabilités au sein de la police, il devait avoir découvert bien d'autres choses dont je n'avais même pas idée. Et, pour la seconde fois en l'espace de quelques minutes, je me sentis tout penaud. Comme quand j'étais petit, ou comme quand j'annonçais à Parfaite une de mes idées de génie qui ne se privait pas de me faire remarquer qu'il n'y avait rien de génial là-dedans. Elle m'avait d'ailleurs mis en garde contre ce que j'étais en train de faire, à la seule différence qu'elle avait pris suffisamment de précautions pour ne pas me décourager totalement. Adriel, en revanche, n'avait pas eu cette attention, et je ne pouvais même pas l'en priver. La décision lui appartenait, oui. Évidement que je ne voulais pas la forcer, c'était bien mal me connaître que de le sous-entendre. Pourtant, il venait de me donner une idée, une autre. Et si elle n'était pas au courant ? Je veux dire... elle n'a pas besoin de savoir ce que l'on essaye de faire. Knox l'ignore, elle aussi, c'est peut être la meilleure conjecture pour que cela fonctionne. Je souris, essayant de reprendre confiance en moi. Je comprends tout à fait que vous n'ayez pas envie de vous immiscer dans leur couple et, croyez moi, si je vous ai contacté, ce n'est pas pour prendre de décision à leur place. Au contraire, c'est pour qu'ils puissent en prendre une, ensemble ; et je ne suis pas certain que le fait d'éviter le sujet, quand ils ne s'évitent pas l'un l'autre, peut les y aider. Là je m'avançais un peu, car je n'avais que le point de vue de Knox sur la question, et ça ne restait jamais qu'un point de vue. Pourtant, j'étais sincèrement convaincu que le fond de l'histoire était là, et que la principale chose dont ils avaient besoin était une conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Lun 27 Fév 2012 - 22:23

Adriel avait bien conscience que son refus de coopérer pouvait passer pour un désintéressement vis à vis de ce qui se passait dans la vie de Maya et Knox, ou tout simplement le faire passer pour quelqu'un de réfractaire, qui ne prenait jamais en compte les avis des autres. Ce n'était pas le cas, pour la première hypothèse en tout cas. Têtu, Adriel pouvait se fermer aux avis des autres lorsqu'il s'agissait d'avis sur lesquels il refusait de transiger : ne pas s'immiscer dans la vie des autres faisait partie de ses principes. Et, maintenant plus que jamais, il ne pouvait absolument pas se permettre de faire des incartades sur le sujet. L'insistance de Basil n'en était pas moins touchante, et Adriel comprenait bien que refuser en bloc ne ferait que frustrer le jeune homme, et peut être même le faire insister encore et encore. Or, si le débat était clos pour Adriel, il ne souhaitait pas blesser Basil, dont les intentions étaient parfaitement nobles. Il décida donc d'écouter ce qu'il avait en tête, et de discuter un minimum avec lui plutôt que de le repousser en bloc. Il avait beau ne pas être d'accord avec le fait qu'ils devaient agir sur cette question, il savait que parfois il était nécessaire qu'un ami aille dans votre dos pour agir – chose que Laurence Ferdison faisait à la perfection, par exemple -, et Adriel tenait à l'encourager un minimum dans ce sens – aussi paradoxal que cela soit. « Je n'ai pas changé d'avis, et je n'ai toujours pas l'intention de m'en mêler. » précisa-t-il afin de bien asseoir son point de vue, et que le jeunot ne se fasse pas trop d'illusions. « Mais, estimons que ce soit le cas. Je ne vois vraiment pas ce qu'on pourrait faire pour eux. » Ce qui n'avait rien de surprenant en soit puisque ses relations amoureuses se comptaient sur les doigts de la main, et que on lui avait souvent reproché son mode d'attention, ou plus exactement de capacité à capter les moindres besoins des demoiselles. Ce reproche lui avait d'ailleurs parfois été fait en amitié, mais Adriel n'avait jamais particulièrement pris la peine de changer. Ce n'était pas tant qu'il n'entendait pas les critiques qu'on avait pu lui faire, mais il avait bel et conscience que son caractère était trop ancré en lui pour qu'il le change, et si les efforts qu'il faisait d'ores et déjà ne suffisaient pas, eh bien tant pis. Il n'avait pas non plus l'intention de changer sa personnalité, pou convenir avec des gens dont il finirait probablement par se lasser – pourtant, les bouleversements qui arrivaient dans sa vie ces dernières semaines exigeaient bien des changements, incluant celui de se montrer plus bavard, et ouvert à des situations totalement inattendues. « Je sais que Knox est jeune, mais il est plus mature qu'il en a l'air. Si ils s'évitent, ils ont sûrement leurs raisons. » Oh, il faisait peut être un peu preuve de mauvaise foi sur ce coup-là. Il n'avait que trop conscience que Maya tenait toutes les cartes en main. Mais il n'avait l'intention de donner aucune excuse à qui que ce soit pour lui faire porter le chapeau de ce qui se déroulait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Sam 3 Mar 2012 - 0:24

    Adriel avait beau s'entêter à refuser ma proposition, je m'entêtais à vouloir la lui exposer, et si possible à essayer de le convaincre. Je ne voulais pas passer pour l'un de ces idiots désespérés, qui se mettent à supplier au beau milieu d'un lieu public juste pour obtenir ce qu'ils désirent, mais je n'étais pas loin de me dire que j'allais devoir passer à la vitesse supérieure. Le problème, cependant, était de savoir ce à quoi allait pouvoir correspondre cette fameuse "vitesse supérieure", ce dont je n'avais strictement aucune idée. Le prendre par les sentiments ? Le faire boire ? Inventer un mensonge ? L'avoir à l'usure ? Non, il était un policier, il devait connaître ces techniques par coeur, et ce n'était pas un novice comme moi qui allait arriver à le tromper. Alors quoi ?
    Je fis signe au serveur qui passait à côté de nous pour qu'il nous resserve, autant de temps gagné pour que je puisse échaffauder un plan. Et c'est alors qu'Adriel me redonna confiance. Il avait beau me dire qu'il n'avait pas changé d'avis, son "estimons que ce soit le cas" était presque un aveu. Il n'était pas disposé à me suivre, pas encore, mais j'avais peut être gagné un peu de terrain. Je ne savais pas par quel miracle d'ailleurs, vu que rien de ce que j'avais pu dire n'avait semblé trop le toucher. Mais revenons à ses paroles. Il ne voyait pas ce que l'on pouvait faire pour eux ? Mais moi je voyais toutes sortes de choses que nous pourrions faire ! Là c'était l'écrivain en moi qui s'éveillait, et qui échafaudait des idées plus folles les unes que les autres. J'étais d'accord sur le fait que, s'ils s'évitaient, c'était bien pour certaines raisons, mais je n'étais pas obligé de croire que ces raisons étaient bonnes ; et je ne le croyais d'ailleurs pas. Sans revenir une fois de plus sur ma relation avec Parfaite, afin de ne pas lasser, je savais que l'on pouvait s'éviter pour de très mauvaises raisons. Au hasard ? Elle pensait qu'il la trompait. Elle pensait qu'elle ne lui plaisait plus. Il pensait qu'elle ne voulait plus de lui parce qu'il était trop jeune. Il pensait qu'elle regrettait d'avoir eu ce bébé. Elle pensait qu'il regrettait qu'elle ait gardé ce bébé. Rayer la mention inutile, s'il en existait seulement une d'inutile. C'est justement à ce niveau, je pense, que l'on peut intervenir. S'ils s'évitent, et surtout s'ils continuent à le faire, je ne vois pas comment les choses peuvent s'arranger entre eux. Je ne parle pas de les obliger à se parler et à se dire ce qu'ils ont sur le coeur, ça ne serait pas productif, mais de leur donner l'occasion de le faire. Qui sait, ils ont peut être juste besoin de cette étincelle, et tant qu'elle ne sera pas là, ils resteront au point mort. Voilà, c'était dit. Oh je ne voulais pas leur organiser un rendez-vous arrangé, même si ça aurait pu être intéressant. Pas de chance pourtant, Knox ne s'était pas inscrit, et Maya se retrouvait avec Aaron. J'espérais d'ailleurs que celui-ci ne viendrait pas tout ruiner en se mêlant d'un peu trop près de la vie de Maya. Je le connaissais assez pour penser qu'il se limiterait au fait de passer la nuit avec elle, mais je m'attendait toujours au pire de sa part... et là je préférais éviter d'avoir à tenir compte de son existence pour arranger les choses entre Knox et Maya. Cet idiot était capable de tout gâcher, sans même s'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Dim 8 Avr 2012 - 21:39

Adriel n'était pas en total désaccord avec Basil, contrairement à l'impression qu'il semblait donner. Il était nécessaire qu'ils trouvent l'occasion de discuter, et d'essayer d'avancer, dans un sens comme dans l'autre, mais Adriel estimait simplement que ce n'était pas à lui de se mêler de cela, ni même à Basil. Il connaissait assez Maya pour savoir qu'ils avaient tout intérêt à rester en dehors de cela. Si cela ne se faisait pas naturellement, alors la catastrophe était assurée. La jeune femme finirait par l'apprendre à un moment ou un autre, de la bouche même d'Adriel, ou de quelqu'un d'autre, et alors, l'avancement qu'elle aurait éventuellement effectuée avec Knox serait perdu à tout jamais. Il devait même avouer que c'était plus ce qui l'inquiétait que l'idée même de se mêler de toute cette histoire. Bien que fervent prêcheur du « laissez chacun vivre sa vie comme il l'entend », Adriel aurait été prêt à faire ce genre de concessions pour Maya si il pensait que cela pourrait être utile. Mais puisque cela serait sans aucun doute tout l'inverse, il ne voyait vraiment pas l'intérêt du « plan » échafaudé par Basil. Sa démarche n'en restait pas moins touchante, et le lieutenant de police était ravi que Knox se soit fait un ami d'une telle qualité à Miami – il craignait parfois qu'il ne soit trop seul, et finisse par abandonner Max pour une vie sociale qui lui convenait plus à Chicago, même si il ne doutait pas de l'amour du père pour sa fille. La question maintenant était de trouver comment le remettre à sa place, lui faire comprendre sa position sans le braquer, et surtout sans le blesser. « Knox est très chanceux d'avoir un ami comme vous, sachez-le. » D'instinct, Adriel reconnut le ton qu'il employait. Exactement le même qu'il utilisait dans ces interrogatoires lorsqu'il voulait obtenir quelque chose de ses suspects, ou témoins. La technique était toujours la même, et le rouquin l'utilisait sans même y faire attention : un compliment, une appréciation de la qualité de la personne, et la remise en place, la redirection ; en l'occurrence, vers la nécessité de se mêler de ses propres affaires. « Mais je pense vraiment que nous devrions les laisser se débrouiller. Je connais Maya, elle se rendra compte de ce qu'il se passe à un moment ou un autre. Elle est très intuitive. S'en mêler, ça sera empirer la situation de manière probablement irrémédiable. » Il avala son verre, regarda la carte avec intérêt. Il n'avait pas particulièrement faim, et aspirait plus en réalité à grignoter quelque chose sur le pouce avant d'aller étudier quelques dossiers. Mais il ne voulait pas non plus donner l'impression au jeune homme qu'il avait perdu sa soirée, et l'argent qu'il avait investi par la même occasion. Il décida donc de s'intéresser un minimum à celui-ci, et de lui poser quelques questions. « Comment avez-vous rencontré Knox ? » s'enquit-il, reposant le menu sur table, guettant le serveur afin de commander un plat.

et encore désolée de l'attente Heart
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Ven 20 Avr 2012 - 23:50

    Face à moi, j'avais un inspecteur de police, un vrai de vrai, et j'espérais ne jamais avoir affaire à lui dans le cadre d'un manquement à la loi. Je n'avais pas à me plaindre de son comportement à mon égard -il était peut être un peu distant, mais à sa place j'aurais fait pareil-, et pourtant je sentais qu'être interrogé par lui ne devait pas être une partie de plaisir. Physiquement, il n'avait rien de très impressionnant, et j'étais sûr de pouvoir le mettre en terre en un rien de temps, même si je n'avais pas boxé depuis un certain temps. Il n'avait pas la carrure d'un Arnold Schwarzenegger ou de n'importe lequel de ces acteurs bodybuildés, et pourtant il en imposait. J'avais beau ne pas avoir de secrets à lui cacher, du moins rien qui ne pouvait l'intéresser ou me compromettre dans l'immédiat, je sentais qu'il valait mieux pour moi éviter de dire un mot de trop. Il m'écoutait avec attention, et enregistrait chacune de mes paroles, c'était évident. Ses silences devaient être sa façon de les analyser, de déterminer si j'étais ou non une menace pour Maya, et la confiance qu'il allait pouvoir m'accorder. Je ne lui demandais pas de m'accepter comme ami, je n'imaginais même pas que l'on puisse arriver jusque là d'ici la fin de la soirée, mais je le voyais réfléchir à toute vitesse, peser le pour et le contre, les avantages et les inconvénients, avant de m'annoncer le résultat de ses délibérations. A chaque fois, j'étais un peu déçu. Je m'y étais attendu, Knox m'ayant dit quelques mots sur le personnage même s'il n'était pas au courant de ce que j'étais en train de faire, mais je ne m'étais pas attendu à tomber sur une détermination pareille. J'avais beau tenter un argument ou un autre, sa réponse était toujours la même, seulement dite de manières différentes, plus ou moins brutale, et plus ou moins bien reçue de mon côté. Mais je m'entêtais. Non, je ne voulais pas abandonner ! Je ne croyais pas aux contes de fées, au bonheur éternel pour les gentils et les amoureux transis, mais je voulais que Knox et Maya aient une chance de goûter à ce bonheur. Il ne faisait aucun doute pour moi qu'ils y avaient droit, et qu'il fallait les aider. Et j'avais beau me démener comme un pauvre fou depuis le début de notre rendez-vous pour montrer à Adriel qu'il pouvait avoir confiance en moi et en mes intentions, son compliment me prit complètement au dépourvu. Knox était chanceux d'avoir un ami comme moi ? Je n'y avais jamais réfléchi, n'ayant jamais vu la question sous cet angle, mais je devais bien reconnaître que j'avais légèrement dépassé les limites de la simple amitié en dépendant 5 000 $ en vue de convaincre quelqu'un qui m'était complètement inconnu de m'aider à reformer le couple de Knox. Soit, maintenant qu'il le disait, ça paraissait légèrement excessif. Parfaite me l'avait déjà dit, mais dans la bouche d'Adriel ça prenait une toute autre valeur. Tournant et retournant ses mots dans ma tête, je n'arrivais plus à déterminer s'il s'agissait réellement d'un compliment ou d'une mise en garde, une façon pour lui de me dire que j'en faisait légèrement trop.
    Penaud, je l'entendis asséner le coup de grâce. J'étais un écrivain, les mots étaient mes plus fidèles compagnons, et je savais que ceux qu'il avait choisi l'avaient été très soigneusement. "Je pense vraiment". Évidement, il les connaissait tous les deux, donc mieux que moi, donc il pensait être mieux placé. L'argument me paraissait relativement valable, même si je refusais de m'avouer vaincu. Pas si vite ! Sa dernière phrase, en revanche, me laissait moins optimiste. On néglige souvent le pouvoir des mots, et "irrémédiable" en avait tout particulièrement. Je me sentis aussitôt gêné en l'entendant prononcé, comme si Adril venait de me reprocher d'avoir brisé toutes les chances de réunir Knox et Maya. Merde, il était vraiment dur en affaires. Ne me restait donc plus qu'à trouver un plan B.
    La perspective de voir mon invité se plonger dans la carte m'accorda quelques instants de soulagements. J'allais avoir droit à un peu de répit d'ici à ce qu'il fasse son choix, ce qui était bien suffisant pour que je trouve un autre argument. Après tout, j'étais écrivain, je me devais quand même bien d'avoir une idée ! Il ne me laissa cependant pas en construire une seule de potable, reprenant l'interrogatoire.
    En bon inspecteur, Adriel avait attendu que je sois à sa merci avant d'attaquer de nouveau. Il reposa le menu, et attendit patiemment que je lui réponde, son regard se posant alternativement sur moi et sur les serveurs qui slalomaient entre les tables. Oh, rien de bien original... Je sentis alors son regard se fixer sur moi, et je pouvais presque lire dans ses pensées : "ah bon, en êtes-vous bien sûr ?". Est-ce qu'il savait ? Est-ce que Knox lui avait un jour raconté comment il m'avait rencontré, au comptoir d'un bar, alors que nous noyions tous les deux notre chagrin dans l'alcool ? Et est-ce qu'il lui avait raconté tous ses verres en trop que nous avions bus, moi sur la route en train de prier pour qu'aucun policier ne soit de sortie et se décide à arrêter ma voiture après l'avoir vue un peu trop zigzaguer ? Au moins, s'il fallait voir le bon côté des choses, il ne pouvait pas lui avoir dit à quel point l'alcool avait mis en danger le semblant de relation que j'avais alors avec ma femme, ce qu'Adriel ne risquait pas de me ressortir en guide de conclusion sur le chapitre du "mêlez-vous de vos affaires"... Mais, s'il ignorait forcément ce point, j'avais un énorme doute sur le reste. Et s'il essayait de me tester, de voir si j'étais capable de lui dire la vérité ? Dans le doute, et parce que je n'en menais plus très large face à lui, j'avouai. Disons que l'alcool peut avoir de bons côtés. On s'est retrouvé à plusieurs reprises au même moment dans un bar, et on en est venus à discuter. J'avais des problèmes avec ma femme, il en avait avec Maya, on avait pas besoin de plus pour trinquer ensemble. Je m'arrêtai quelques instant, réfléchissant à ce que je venais de dire. J'imagine ce à quoi vous pensez... Mais ça doit paraître bien plus pathétique que ça ne l'était en réalité. Mis à part le fait que je buvais pour de mauvaises raisons, c'était pas si mal. Bien au contraire, puisque ça me manquait. Avec trois enfants à la maison, je pouvais difficilement m'éclipser pour aller boire un coup avec Knox. De son côté, lui aussi aurait probablement eu un peu de mal. Et parfois j'en venais à regretter de ne pas avoir assez d'ambition pour mener une double vie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Mar 29 Mai 2012 - 23:02

Adriel et Knox n'avaient jamais vraiment discuté tous les deux, n'avaient jamais échangé sur quoi que ce soit. Ils avaient toujours échangé des politesses, eut quelques discussions sur des sujets futiles mais les « grands sujets », ceux qui comptent en tout cas, ils n'avaient jamais pris le temps de les aborder. Principalement parce que Adriel avait voulu laisser Maya gérer cette situation toute seule. Mais une part de lui ne pouvait s'empêcher de le regretter au final. Peut être aurait-il du plus s'inquiéter de ce qu'il ressentait, ou des projets qu'il avait pour l'avenir. Il ne s'était jamais vraiment intéressé à celui-ci, il avait eu qu'il semblait aimer Maya inconditionnellement, et c'était tout ce qui comptait. Mais en se concentrant principalement sur Maya, il en avait presque oublié qu'il y avait Max. Qu'il devait s'inquiéter de savoir si il saurait subvenir à ses besoins de quelle sorte qu'ils soient et si il était quelqu'un sur qui l'on pouvait compter. Adriel était parti du principe qu'il pouvait faire confiance à Maya, mais son instinct de flic reprenait le dessus et maintenant qu'il en avait l'occasion, il devait avouer avoir hâte d'en apprendre plus sur l'ex petit ami de sa meilleure amie et père de sa filleule. Il faisait entièrement conscience à Maya, et en toute honnêteté, ne s'attendait pas à découvrir quoique ce soit qui convainque Adriel que Knox serait un mauvais père – ou un mauvais petit ami, mais il ne perdait rien à poser quelques questions. Après tout, il n'avait pas grand chose à faire de mieux. Et puis, cela permettrait peut être au jeune homme qui avait déboursé une belle somme aux enchères d'avoir l'impression de ne pas s'être sacrifié pour rien. Il n'avait pas l'intention de l'écouter chercher à faire des plans sur la comète, trouver des solutions aussi dramatiques que peu réalistes pour régler les problèmes de couples de Miss Mazzello et Mister Spencer. Il l'interrogea alors sur la façon dont il avait rencontré le jeune homme, cherchant à en savoir plus sur l'un comme sur l'autre. Le lieutenant était plus que loin d'être un expert en psychologie – c'était même tout l'inverse – mais il savait pertinemment que faire parler d'eux aux gens ou de souvenirs leur faisait généralement oublié ce pour quoi ils étaient venus – ou les forcer à répondre, histoire de gagner du temps. Il écouta l'histoire qui lui raconta, sans chercher à en tirer des conclusions. Il n'y avait rien de plus typiques que ce qu'il avait raconté, et leur histoire n'avait rien de particulièrement pathétique, contrairement à ce que Basil semblait penser. Ca, ou il était convaincu que Adriel s'apprêtait à faire un profil psychologique de lui, analyser ses moindres fais et gestes, mais ce n'était pas le cas. Il essayait tout simplement de faire passer le temps. «  Et ça va mieux avec votre femme ? » demanda-t-il mais il continua avant même d'avoir une réponse du jeune homme. « Ce n'est pas parce que Knox vous a aidé en vous écoutant, vous conseillant, ou je ne sais quoi, que vous lui devez la même chose... » Il se redressa légèrement, et approcha son visage du centre de la table. « Je comprends votre démarche, et je la respecte. Mais je pense qu'il faudrait que vous fassiez comprendre à Knox qu'il doit être soit prêt à se montrer patient, soit à passer à autre chose... » Adriel devait avouer se sentir mal de devoir donner un tel conseil, parce qu'à l'heure actuelle, il n'était toujours pas certain du choix de Maya. Il pouvait lire l'agacement sur son visage quand Knox était trop présent, et elle ne parlait pas vraiment de lui. Mais cela ne voulait pas dire qu'elle avait mis sa décision finale, et que ce n'était pas dû à sa grossesse puis aux hormones post-partum. Il ne s'y connaissait pas dans ce genre de choses, et même si il avait conscience de la difficulté dans laquelle se retrouvait Knox et peut être même de la cruauté de cette situation, Adriel serait toujours du coté de Maya. Mais il sympathisait avec lui, l'air de rien.

Lorsque le serveur se présenta à eux, Adriel lui fit signe de revenir plus tard. « Ecoutez, je pense que je vous fais perdre votre temps... On serait tous les deux bien mieux chez nous. » Ce dont il était convaincu puisqu'il ne changerait pas d'avis et était déterminé à ne pas se mêler de ce genre d'histoires. « Je vais vous rembourser la somme que vous avez dépensé, j'en ai moins besoin que vous. » précisa-t-il, culpabilisant tout de même d'avoir fait se déplacer ce jeune homme pour rien. Mais il n'y avait rien qu'il puisse faire... Du moins, rien qui ne puisse vraiment aider Maya ou Knox, ni même Basil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel Ven 15 Juin 2012 - 23:01

    A discuter avec Adriel, je réalisais à quel point il me faudrait prier pour ne jamais être complice d'un crime et avoir à subir un interrogatoire. J'avais toujours cru être quelqu'un d'assez fort pour pouvoir garder un secret, quelqu'un sur qui on pouvait compter en cas de coup dur et qui était capable de tenir tête à un quelconque interlocuteur, mais j'étais bien obligé d'admettre que ce n'était pas le cas. Par expérience, je savais que Parfaite sentait lorsque je lui mentais, mais j'avais toujours mis ça sur le compte de toutes ses heures passées ensemble, ce qui faisait qu'elle était en mesure de me connaître mieux que la plupart des gens. Je savais aussi que je n'étais pas un très bon menteur, mais pour des broutilles ça ne posait pas de véritable problème. Face à Adriel pourtant, je perdais tous mes moyens. Je n'étais pas coupable, je n'avais rien à me reprocher, mais je me sentais presque obligé de tout avouer. Que voulait-il savoir ? Je n'avais pas de cadavres dans mes placards, ni enterrés au fond du jardin, mais suffisamment de choses refoulées dans un coin de ma mémoire pour être susceptible de faire une gaffe ou deux. Des choses insignifiantes qui me mettraient mal à l'aise, d'autres qui raviveraient les braises de la fureur de Parfaite concernant mon ex, et quelques autres qui pourraient effectivement s'avérer gênantes, voire compromettantes, si jamais elles venaient à devenir publiques. Une chance qu'Adriel n'ait pas vu l'intérêt de détourner la conversation sur autre chose que la relation Knox / Maya et les motivations que j'avais à vouloir les réunir, faute de quoi je ne donnais pas cher de mes nerfs.
    Le seul fait d'avoir à parler de ma rencontre avec Knox m'avait rendu plus nerveux que je n'aurais du l'être, et ce n'étais désormais plus moi qui pouvais prétendre au contrôle de la conversation. En plus, avoir à parler d'alcool n'évoquait pas que de bons souvenirs en moi. Bien sûr, c'était ces nuits d'euphories, à Londres comme à Miami, mais aussi cette façon de dissimuler mes problèmes derrière quelque chose de plus fort. C'était la solution de facilité, ça me paraissait désormais évident, mais à une certaine époque je n'y voyais qu'une façon de trouver du plaisir à ma situation. J'étais persuadé qu'Adriel rebondirait sur le sujet, m'expliquant qu'une amitié basée sur des discussions de comptoir ne pouvait être considérée comme quelque chose de sérieux, et que je ferais mieux m'occuper de mes propres problèmes de couple. Soit, il aurait raison. Mais il ne le fit pas, et je lui en fus reconnaissant. Non pas parce que ça simplifiait mon argumentation, mais parce que ça me donnait l'impression d'avoir un homme en face de moi, et pas seulement un inspecteur de police. Et étant donné la situation, ça m'enlevait un poids ! Je n'aurais cependant jamais imaginé l'entendre me demander si les choses s'étaient arrangées avec Parfaite. Sa question me surprit à un point tel que je restai la bouche ouverte quelques secondes de trop, essayant de trouver quoi répondre. Euh oui, il me semblait, à peu près. Et allez savoir s'il eut pitié de moi ou s'il avait d'autres interrogations en tête, mais il enchaîna aussitôt. Retour de l'inspecteur. Cet intermède "personnel" m'avait tout de même permis de me sentir un peu plus à l'aise. C'était bête, mais cette désagréable sensation d'être un coupable que l'on interroge s'était en partie dissipée en l'entendant s'intéresser à ma propre vie, et je me sentais désormais plus à même de reprendre la discussion là où elle s'était arrêtée. Je pense que vous savez aussi bien que moi qu'il n'est pas décidé à passer à autre chose...
    J'avais prononcé cette phrase avec un sourire en coin, ayant conscience que l'on serait enfin d'accord sur une chose. Une unique chose probablement, puisque j'avais compris que j'avais perdu la partie. Je n'aurais pas pensé que ça puisse arriver lorsque j'avais imaginé mon plan, mais j'étais obligé de m'avouer vaincu. Je continuais à penser que le couple que formaient Knox et Maya valait la peine qu'on leur donne un coup de pouce, mais peut être qu'Adriel avait raison. Peut être que je ne faisais qu'empirer les choses en me mêlant de leur relation, et en voulant mêler leur ami à mon plan. Les trois quarts du temps, je ne savais pas ce que je faisais dans mon propre couple, improvisant plus que je ne planifiais, alors pour les autres... Devoir abandonner m'embêtait tout de même énormément. J'avais tellement cru pouvoir arriver à mes fins - pour eux bien sûr -, envisageant déjà le happy-end, qu'il y avait presque un côté cruel à me dire que ça n'arriverait pas. Enfin non, peut être que ça arriverait un jour, on en savait rien, mais ça ne serait pas grâce à moi.
    Je devais avoir l'air confus, ou du moins c'est ce que j'en déduisis en voyant Adriel demander au serveur de revenir plus tard. Je grimaçai involontairement lorsqu'il dit que l'on serait tous les deux mieux chez nous. Effectivement. Plus tôt je rentrerai, plus j'aurais une chance de me rattraper en passant la fin de la Saint-Valentin avec Parfaite. Vous avez raison. Et je vous ai également fait perdre votre temps. Vous aviez probablement espéré avoir un rendez-vous plus intéressant qu'un tête à tête avec un casse-pied qui veut se mêler des affaires des autres... Désolé. Ce n'était pas une excuse en l'air, mais bien sincère. S'il avait imaginé voir arriver la femme de sa vie, je comprenais qu'il ait pu être déçu en me découvrant moi...
    Je regardai ma montre et constatai qu'il n'était pas trop tard, mais que l'on avait tout de même dépassé le temps minimal imposé lors de ce rendez-vous arrangé. Tant mieux, ça nous éviterait d'attendre avec un silence gêné. Mais lorsque Adriel proposa de me rembourser, je hochai la tête avec énergie. Non non, ce n'est pas la peine. Ne vous inquiétez pas, j'ai de quoi faire une folie de temps en temps sans être dans le rouge. Sourire désolé à l'appui, je me levai. Dire que j'étais impatient de cette entrevue, j'étais maintenant le premier à quitter les lieux. Je tendis une main à Adriel et la lui serrai. Je m'excuse une nouvelle fois d'avoir gâché votre soirée. J'espère que vous n'irez pas raconter à Maya à quel point les amis de Knox sont bizarres... J'hésitai à ajouter d'éviter de parler de ma démarche aussi bien à Maya qu'à Knox, mais quelque chose me disait qu'il n'en avait, de toute façon pas l'intention.

    Dehors, la nuit était tombée depuis bien longtemps, et je rajustai le col de mon manteau tout en gagnant ma voiture. Une fois à l'intérieur je rallumai mon portable, que j'avais éteins lorsque j'attendais Adriel. Trois nouveau textos ? En recevoir un de Knox aurait été trop beau pour être vrai, et ils étaient effectivement tous été envoyés par Parfaite, qui s'inquiétait du déroulement de ma soirée. Bon, puisque je ne pouvais pas sauver tous les couples du quartier, j'allais me contenter d'entretenir le mien...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Lazy confessions, crazy intentions | Adriel

Revenir en haut Aller en bas
 

Lazy confessions, crazy intentions | Adriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-